La crise du carburant s'aggrave au Liban

Le Liban reste embourbé dans une crise économique profonde qui entraîne un désastre industriel et agricole pour le pays
Atalayar_Crisis Líbano

AFP/ JOSEPH EID  -   Des véhicules font la queue pour du carburant dans une station-service à Beyrouth, la capitale du Liban, le 11 juin 2021, dans un contexte de grave pénurie de carburant.

La crise économique, politique et sociale continue de planer sur le Liban. Le pays, frappé par l'effondrement de l'économie, l'épuisement du système politique, les conséquences de la guerre en Syrie voisine et la crise du coronavirus, tente de se maintenir à flot dans un contexte morose.

En avril dernier, l'augmentation du prix de l'essence de 100 dollars a provoqué un grand mécontentement social. Les résidents ont décidé de descendre dans la rue pour protester contre un système qui reste insoutenable. En raison du plan de réduction du gouvernement, les produits de base ont vu leurs prix augmenter et de graves crises d'électricité ont maintenu le pays dans l'obscurité pendant de longues périodes.

Atalayar_Crisis Líbano
AFP/ JOSEPH EID - Des véhicules font la queue pour acheter du carburant dans une station-service de Beyrouth, la capitale du Liban, le 11 juin 2021, dans un contexte de grave pénurie de carburant.

Ces derniers jours, de longues files d'attente devant les stations-service ont continué à marquer la scène au Liban, qui continue à connaître des pénuries de médicaments et d'autres produits de base. Dans cette veine, des plateformes sur différents réseaux sociaux ont diffusé que le prix du pétrole "pourrait atteindre 140 000 LL (93 dollars) selon le taux de change du dollar sur le marché noir et le prix du baril de pétrole en ce moment".

Le chef du syndicat des travailleurs et des usagers des compagnies pétrolières, Wali Dib, a averti que "le secteur du pétrole et du gaz est proche de l'effondrement la semaine prochaine, lorsque les réserves des compagnies devraient s'épuiser." De même, Wali Dib a critiqué la gestion politique après avoir déclaré que "les responsables de la crise ne prennent pas de décisions pour mettre fin à cette situation".
 

Atalayar_Crisis Líbano
PHOTO/DALATI NOHRA/REUTERS - Le président du Liban, Michel Aoun

La pénurie de pétrole brut de la semaine dernière a entraîné la fermeture de plusieurs stations-service et a effrayé la population quant à un éventuel retour au rationnement et à l'insuffisance des ressources. Ainsi, le syndicat des propriétaires de stations-service a exhorté le gouvernement et la Banque du Liban (BDL) à "annoncer clairement leurs politiques dans ce secteur et à être francs avec nous et avec le peuple sur ce qu'ils veulent vraiment faire".

Les sociétés importatrices de pétrole ont déjà demandé l'annulation des subventions à l'essence, en raison des transferts de rationnement effectués par la BDL, qui ont réduit de quatre à un le nombre mensuel de navires producteurs d'électricité.

Le député libanais Michael Daher, qui a déjà prédit la crise du modèle économique en 2012, a exprimé sa crainte que la crise du carburant n'entraîne l'effondrement du secteur agricole et industriel, car le manque de carburant empêche les agriculteurs de mener à bien leurs activités professionnelles.  

Atalayar_Crisis Líbano
PHOTO/REUTERS - Manifestation, après que la Banque centrale du Liban a déclaré qu'elle arrêterait les retraits bancaires des comptes en dollars à un faible taux fixe, à Antelias, au Liban, le 3 juin 2021.

Il faut ajouter à cela les mesures prises par les institutions financières qui ont annoncé il y a plus d'un an un corralito de facto qui a empêché les gens de retirer de l'argent aux distributeurs automatiques après la fermeture de plusieurs bureaux. Si l'on ajoute les conséquences des pénuries alimentaires face à une forte demande et les pénuries monétaires, la classe moyenne du pays a disparu. Selon la Banque mondiale, la moitié de la population vivait sous le seuil de pauvreté avant les explosions de Beyrouth.

En mars dernier, le Liban s'est déclaré en faillite et a officiellement déclaré le premier défaut de paiement de sa dette dans l'histoire du pays.
 

Atalayar_Crisis Líbano
AFP/AFP - Fiche d'information sur l'économie libanaise

Avec la crise pétrolière, la crise politique reste l'un des principaux problèmes non résolus du pays. Les pourparlers sur la formation d'un futur gouvernement restent bloqués et c'est le président par intérim lui-même, Michel Aoun, qui a déclaré à plusieurs reprises que si l'actuel premier ministre par intérim, Saad Hariri, ne parvient pas à former un gouvernement, il devrait démissionner.

Le système politique libanais, caractérisé par un système de quotas, régi par 18 communautés religieuses qui se partagent le pouvoir depuis des décennies, présente des signes d'épuisement qui démontrent l'insoutenabilité du maintien au pouvoir des élites politiques qui ont été impliquées dans plusieurs cas de corruption et qui perpétuent le sectarisme. Le chroniqueur Sarkis Naoum a déclaré pour Reuters que malgré le changement politique vécu après les manifestations de 2019, les politiciens "gouvernent le pays avec la mentalité de la milice, de la corruption, de la tyrannie et du sectarisme." Cette situation continue d'apporter des échos de changement, mais le fondateur du site web "Beirut report" a informé Al-Jazeera qu'"il est facile de parler de révolution, mais nos problèmes sont structurels et profonds, avec des loyautés politiques forgées pendant des décennies et des gens prêts à donner leur vie pour leurs dirigeants".
 

Atalayar_Crisis Líbano
PHOTO/AP - Sur cette photo d'archives du 5 août 2020, de la fumée s'élève après une explosion survenue la veille dans le port maritime de Beyrouth, au Liban.

D'autre part, en raison de la guerre syrienne, plus de 1,5 million de Syriens se sont réfugiés au Liban, un chiffre qui a fait de ce pays l'État comptant le plus grand nombre de réfugiés par habitant au monde. L'afflux de réfugiés a submergé les systèmes sanitaires et hospitaliers, ainsi que les services d'électricité et d'assainissement de l'eau. Les résultats montrent que les efforts des ONG n'ont pas été suffisants et que les maigres aides internationales des institutions ont été maigres.

Atalayar_Crisis Líbano
PHOTO/AP - Un homme passe à vélo devant des poubelles incendiées par des manifestants qui bloquent la route principale devant le bâtiment de la Banque centrale du Liban.

Le Liban continue de vivre au milieu d'une crise multilatérale qui touche la population civile sous tous ses aspects. L'insuffisance de l'aide internationale et la difficulté interne de gérer le pays continuent d'aggraver une situation tragique qui nécessite des solutions. Si le recul se poursuit sans relâche, la population libanaise continuera à vivre les conséquences économiques d'une crise qui a déjà augmenté les cas de pauvreté chez plus de la moitié de la population et qui, ajoutée à la crise sanitaire, rend difficile la sortie de récession d'un pays sur le point de se proclamer État failli.