La croissance économique urbaine en Afrique : analyse de l'urbain africain et ses implications

La planification et la gestion urbaines sont des défis majeurs du développement et nécessitent une meilleure compréhension de l'urbanisation afin de concevoir des politiques ciblées appropriées
RRUTERS/AKINUNDE AKINLEYE

RRUTERS/AKINUNDE AKINLEYE  -   Marché près du quartier central des affaires, près de Marina à Lagos, Nigeria

Africapolis, une nouvelle géographie urbaine

L'Afrique est aujourd'hui la région qui connaît le taux de croissance urbaine le plus élevé au monde. Selon les données de l'OCDE, la population du continent devrait doubler d'ici à 2050. La population urbaine de l'Afrique subsaharienne représente aujourd'hui 41,25 %, avec un taux de croissance de 4,5 % par an.  En 2015, le Kenya comptait déjà plus de citoyens que l'ensemble du continent en 1950. Cette année-là, la population urbaine de l'Afrique était de 567 millions de personnes, contre 27 millions en 1950. D'ici 2050, les villes africaines devraient abriter 950 millions d'habitants supplémentaires. Une grande partie de cette croissance se produit dans les villes de petite et moyenne taille. La transition urbaine en Afrique est porteuse de grandes opportunités ; elle pose également des défis majeurs. Mais les agglomérations urbaines africaines se développent généralement sans bénéficier de politiques ou d'investissements à la hauteur de ces enjeux (voir : OCDE 2020 Dynamique de l'urbanisation en Afrique).  

La planification et la gestion urbaines sont donc des enjeux essentiels du développement, qui nécessitent une meilleure compréhension de l'urbanisation, de ses moteurs, de ses dynamiques et de ses impacts, afin de concevoir des politiques spécifiques, inclusives et tournées vers l'avenir aux niveaux local, national et continental.

Asentamiento marginal de Makoko, en Lagos AFP/PIUS UTOMI
AFP/PIUS UTOMI - Bidonville de Makoko, Lagos

Note : Ce document reflète essentiellement des informations statistiques avec des commentaires supplémentaires ; les informations proviennent de diverses sources : Africapolis, OCDE, Banque africaine de développement, Banque mondiale, Nations Unies, Agence française de développement, Union africaine, Jeune Afrique, ainsi que certains démographes et chercheurs.

(Pourcentage de la population urbaine par pays en Afrique : https://www.statista.com/statistics/1223543/urbanization-rate-in-africa-by-country/ les pourcentages varient de 14% à 90% dans les différents pays. https://africapolis.org/en/data?country=Angola&keyfigure=totalPop&type=abs&year=2015

Introduction

La diversité urbaine africaine n'est pas suffisamment expliquée dans les différentes analyses et récits. Cela s'explique en partie par un développement urbain qui échappe à la portée des mesures statistiques. Ces derniers sont principalement basés sur des divisions administratives et ne montrent qu'une partie du phénomène urbain. Les frontières administratives sont généralement inamovibles et précises. Les villes, cependant, sont des objets vivants qui évoluent et se développent au-delà de ces limites. L'Afrique en est un exemple clair.

Aujourd'hui, l'Afrique est encore largement rurale, mais l'Afrique de demain sera résolument urbaine, avec plus de la moitié de la population en 2037. Ainsi, le nombre de citoyens africains dépassera le nombre de citoyens chinois d'ici 2041 (UN/DESA : Département des affaires économiques et sociales des Nations unies 2017).

1. Afrique urbaine, mesures et définitions

Ce n'est pas facile et ce n'est pas définitif. On peut intégrer l'urbain en trois catégories : les villes, les agglomérations et les régions métropolitaines. (Moriconi-Ebrard, 2000) 

La notion de ville fait généralement référence à une unité politico-administrative. Une agglomération est un environnement défini comme un groupe de bâtiments denses ; et cette densité est mesurée soit en termes de nombre d'habitants par unité, soit par une distance maximale entre les bâtiments. L'aire métropolitaine n'est donc ni une ville, ni une région, ni une agglomération, mais un ensemble de flux plus ou moins polarisés.

Les définitions de l'urbain varient en Afrique.

Un hombre camina sobre residuos de plástico, utilizados para recuperar un pantano para que el terreno pueda ser desarrollado para viviendas, en la zona de Mosafejo, en Lagos AFP/YASUYOSHI CHIBA
AFP/YASUYOSHI CHIBA - Un homme marche sur des déchets plastiques, utilisés pour assainir un marécage afin que le terrain puisse être aménagé en logements, dans le quartier Mosafejo de Lagos.

Quelques exemples.

Afrique du Sud : une zone urbaine est une zone dotée d'une administration locale.

Algérie : urbain est la délimitation des zones urbaines et rurales suite à un recensement basé sur la classification des agglomérations. Regroupement de 100 bâtiments ou plus, séparés par une distance d'au moins 200 mètres, considérés comme des zones urbaines.

Éthiopie : localités de 2000 habitants ou plus.

Kenya : une zone comptant une population de 2 000 habitants ou plus, dotée de liaisons de transport, de zones bâties, de structures industrielles ou manufacturières et d'autres installations modernes.

Niger : capitales, villes départementales ou de district.

En outre, les administrations chargées des statistiques manquent de moyens. Les données collectées et connues au niveau local ne sont pas toujours transmises ou intégrées au niveau national, révélant une discontinuité d'échelle dans la représentation des pays et de leur population. Dans la plupart des pays, les statistiques urbaines ne sont ni accessibles ni disponibles. Les lacunes statistiques ont un impact sur les autres plans et stratégies de développement sectoriel. Cela peut conduire à un écart entre la logique de décision et la logique d'action. De plus, en raison de la croissance démographique rapide de la population africaine, dans des régions entières, il est de plus en plus difficile d'isoler les zones urbaines et rurales. Toutefois, si le niveau de développement n'est certainement pas comparable, la population continue de croître à un rythme soutenu. L'agriculture, l'industrie et les services se développent et se mondialisent, de sorte que continuer à classer certaines zones comme "rurales" ne serait plus strictement approprié.
crecimiento economico africa

2. Le niveau et le rythme de l'urbanisation africaine

La moitié de la population africaine vit dans l'une des 7 617 agglomérations urbaines. Dans 9 pays, le niveau d'urbanisation est supérieur à 66 %, et dans 30 autres, il se situe entre 33 et 65 %. En 1950, seuls 4 pays avaient un niveau d'urbanisation supérieur à 33 %, et 35 étaient en dessous de 10 %.

En 2015, la moitié de la population africaine (50,4 %) vivait dans une zone urbaine de 10 000 habitants. L'Afrique du Nord est la région la plus urbanisée du continent (78 %), l'Égypte et la Libye présentant les niveaux d'urbanisation les plus élevés, avec respectivement 93 % et 81 %. Les deux autres pays dont le taux d'urbanisation est supérieur à 80% sont le Gabon (81%) et Sao Tomé et Principe (80%). Les pays présentant les plus faibles niveaux d'urbanisation sont le Niger (17%), le Burundi (21%), l'Érythrée (24%), le Lesotho (26%) et le Sud-Soudan (27%).  En dehors de l'Afrique, les seuls pays présentant des niveaux aussi bas sont le Népal, le Cambodge et le Sri Lanka. En 2015, 22 pays africains avaient un niveau d'urbanisation supérieur à 50 %. En général, les pays dont le niveau de revenu est élevé ont tendance à avoir des niveaux d'urbanisation plus élevés. Les deux seuls pays à faible revenu (en revenu national brut par habitant) dont le niveau d'urbanisation est supérieur à 50 % sont le Rwanda, le pays le plus densément peuplé, et la Gambie, l'un des pays dont la superficie est la plus faible. De même, les pays présentant le niveau d'urbanisation le plus élevé - Djibouti, l'Égypte, le Gabon et la Libye - sont des pays à revenu intermédiaire dont les territoires sont presque déserts ou fortement boisés, comme au Gabon. Ce facteur s'explique par le faible nombre d'agriculteurs, le plus grand groupe d'actifs de la population rurale ; une activité qui tend également à diminuer dans les pays plus développés, avec la mécanisation et l'intensification de l'agriculture, comme en Afrique du Sud (70%). Le rythme de la transition urbaine s'est accéléré au fil des ans, notamment en Afrique. L'Afrique était essentiellement agraire en 1950 (et l'est toujours en tant que secteur contribuant à l'augmentation de l'emploi et de l'activité), mais une transformation spectaculaire a eu lieu au cours des 25 dernières années. Pour l'ensemble du continent, le niveau d'urbanisation est passé de 31% en 1990 à 50% déjà en 2015 (voir carte 2015) et ceci est principalement dû à une forte croissance démographique.

Exemples de niveaux d'urbanisation (voir cartes)crecimiento economico africa

crecimiento economico africa

crecimiento economico africa

On peut citer l'Égypte avec une population de 91 millions d'habitants et un taux d'urbanisation de 93 % (85 millions de citadins), le Gabon avec une population de 1 866 000 habitants et un taux d'urbanisation de 81 %, le Nigeria avec une population de 187 millions d'habitants et un taux d'urbanisation de 53 %, etc.

crecimiento economico africa
AFP/PIUS UTOMI EKPEI - T Des ouvriers posent des tuiles à emboîtement pour construire une route à Eko Atlantic City, Lagos, le 22 novembre 2016.
3. Le rural et l'urbain. Transgression/rubanisation (densification rurale)

L'Afrique a longtemps été essentiellement rurale, mais les frontières entre ville et campagne ont été transgressées par une double appartenance et un déplacement d'un côté à l'autre. L'agriculture commercialisée par les agriculteurs a augmenté à mesure que le rapport entre la population non agricole et la population agricole s'est accru, suivant la voie et le développement des marchés urbains, sauf dans les pays producteurs de pétrole et les zones de conflit. Il y a également eu une valeur ajoutée des zones rurales vers les zones urbaines dans les chaînes agroalimentaires (transformation, stockage, distribution, etc.) et, inversement, les importations alimentaires ont été la réponse aux risques alimentaires urbains. Entre 1930 et 2030, l'environnement urbain devrait absorber 70 % de la croissance démographique. L'urbanisation est alimentée par trois facteurs : la croissance naturelle de la population, l'exode rural et l'agglomération des zones rurales par extension territoriale. Contrairement à d'autres continents, l'urbanisation africaine est peu liée à l'industrie et croît en termes absolus. Un processus pertinent est la densification des villages ruraux qui sont devenus des villes, soit simplement par croissance naturelle, soit par coalescence ou regroupement entre plusieurs villages qui se sont développés. Cette tendance est particulièrement importante dans les pays du Sahel, où la population devrait quadrupler entre 2000 et 2050, passant de 58 millions à 241 millions d'habitants.

Au Niger, la densité de population est de 6 000 habitants/km2 dans les villes, contre 16 habitants/km2 dans le reste du pays. 

Quelles sont les régions urbaines les plus densément peuplées ? L'Afrique du Nord a sans doute le taux d'urbanisation le plus élevé du continent (plus de 60 %) et la plus forte densité d'agglomérations, comme en Égypte, au Maroc et en Algérie. La deuxième zone la plus densément urbanisée est le littoral du golfe de Guinée, le long du corridor Abidjan-Lagos, sur quelque 600 kilomètres. La troisième zone la plus densément urbanisée est constituée des hautes plaines d'Éthiopie, ainsi que des Grands Lacs (Burundi, Rwanda, Ouganda et Tanzanie).

4. Le lien entre l'urbanisation et la croissance économique en Afrique

L'urbanisation est sans aucun doute un facteur d'opportunité en raison de l'agglomération et de l'adéquation entre l'offre et la demande d'emploi dans les services et les infrastructures, ainsi que dans l'apprentissage. La plupart des économies modernes sont urbaines et il existe donc une corrélation entre la croissance urbaine et la croissance du PIB par habitant. Les pays où la majorité de la population réside à la campagne sont ceux où le revenu par habitant est beaucoup plus faible (Malawi, Niger) tandis que ceux où le PIB est plus élevé sont les plus urbanisés, comme l'Afrique du Sud ou le Gabon. Ce rapport entre la croissance urbaine et le PIB présente des caractéristiques particulières dans le cas de l'Afrique. Exemples : 

  • Contrairement aux pays de l'OCDE, l'urbanisation en Afrique n'est pas liée à un processus d'industrialisation (processus encore en suspens) qui pourrait attirer de la main-d'œuvre... seulement 13% de la population africaine est employée dans le secteur secondaire selon le Bureau international du travail (www.ilo./ilosat/). La croissance de la ville est principalement alimentée par la consommation intérieure, les produits manufacturés étant largement importés en raison du manque de production locale, ce qui entraîne un déficit commercial. 
  • Dans de nombreux cas, la croissance urbaine est causée par les naissances dans la ville et pas nécessairement par la migration des zones rurales. Entre 2010 et 2014, le taux de fécondité urbain était supérieur à 5 enfants par femme au Mali, au Niger, au Nigeria, en RDC et au Burundi. 
  • Il y a des pays qui "vivent" de l'extraction des ressources naturelles et qui ne sont pas très redistributifs/non inclusifs, comme la Guinée équatoriale (GE), l'Angola, avec un faible indice de développement humain. La Namibie et le Swaziland ont des PIB similaires à ceux de la Guinée équatoriale et de l'Angola pour les mêmes raisons (ressources minérales) sans être des pays fortement urbanisés.
  • La précarité urbaine est très répandue en AFRIQUE, avec 43% des citoyens vivant sous le seuil de pauvreté et dans certains cas, comme en RDC, le seuil atteint 61% (Banque mondiale 2013).
  • La plupart des villes africaines manquent de capitaux, d'investissements et d'infrastructures, et pour ONU-Habitat, les raisons de ce manque sont une fois de plus liées à la corruption, à l'insécurité qui entraîne une forte pauvreté urbaine et à la mauvaise gouvernance.
5. L'explosion urbaine et sa gestion

Le terme d'explosion urbaine africaine alimente des visions catastrophiques. Le manque de planification et la faible densité de certaines populations en sont les causes, mais les villes africaines sont normalement suffisamment denses et leur empreinte écologique est proportionnellement plus faible que celle des pays de l'OCDE. 

Qu'adviendra-t-il des banlieues et des villes nouvelles ?

Le taux de croissance de la population en Afrique nécessite, selon les études de UN-HABITAT, 4 millions de nouvelles unités de logement supplémentaires par an. Si ces logements ne sont pas livrés dans le cadre d'une offre formelle planifiée par des institutions publiques, ils seront développés par des auto-constructeurs. C'est pourquoi ONU-Habitat prévoit que la population des bidonvilles dans le monde devrait doubler entre 2010 et 2030. Jusqu'à présent, le seul pays africain qui a réalisé une production massive de logements financés par l'État est l'Afrique du Sud : quelque 3 millions de petites maisons neuves distribuées presque gratuitement aux familles les plus pauvres après l'apartheid entre 1994 et 2015. Toutefois, il convient de noter que ce pays a un PIB plus élevé que les autres pays et une croissance démographique plus faible. Son PIB par habitant a atteint 13 500 USD en 2017, soit 20 fois le PIB de la République centrafricaine (RCA) ou du Burundi (en parité de pouvoir d'achat). Son taux de fécondité était de 1,9 en 2016, contre une moyenne africaine de 4,6. Tout cela doit tenir compte des ressources et des facilités financières dont dispose l'Afrique du Sud par rapport à des pays comme le Soudan, la RCA, le Tchad, la Mauritanie ou Madagascar.
 

Barrio de chabolas en Kliptown, cerca de Soweto AFP/ WIKUS DE WET
AFP/ WIKUS DE WET - Shantytown à Kliptown, près de Soweto

Un autre défi important est l'intégration des quartiers informels dans la ville. Les politiques répressives qui ont été menées avec ces quartiers ont eu des conséquences sociales négatives : exclusion et inégalités, et sont inefficaces dans la mesure où le développement de ces quartiers répond à des besoins essentiels pour des populations qui n'ont d'autre moyen que l'auto-construction (AFD l'économie africaine 2020).

La forte proportion de la population urbaine africaine vivant dans des bidonvilles et la congestion des centres-villes historiques ont obligé les gouvernements africains à mobiliser des sites vierges dans les grandes banlieues métropolitaines pour développer de nouveaux projets d'aménagement urbain à grande échelle. Dans différentes parties du continent, des projets immobiliers financés principalement par des fonds privés ont vu le jour, comme dans les cas suivants 

 En Eko Atlantic, anunciado como el mayor proyecto inmobiliario de África, la frenética construcción se ha ralentizado a paso de tortuga. Apodada la "Dubai de África", la llamada ciudad dentro de la ciudad se está construyendo en 10 kilómetros cuadrados (3,9 millas cuadradas) sobre toneladas de arena dragada del Océano Atlántico frente a la costa AFP/PIUS UTOMI EKPEI
AFP/PIUS UTOMI EKPEI - À Eko Atlantic, présenté comme le plus grand projet immobilier d'Afrique, la construction effrénée s'est ralentie à un rythme d'escargot. Surnommée le "Dubaï de l'Afrique", la "ville dans la ville" est construite sur 10 kilomètres carrés (3,9 miles carrés) sur des tonnes de sable draguées dans l'océan Atlantique au large des côtes.

Des villes nouvelles émergent sur le continent et le pays précurseur a été l'Egypte avec 22 villes nouvelles construites entre 1977 et 2000 (Pierre-Arnaud Barthel 2011). Certains d'entre eux, construits dans le désert, n'ont pas été la solution en termes de population et de délocalisation des activités économiques (Sims D.2015 Egypt's Desert dreams American University of Cario Press, Le Caire).

En revanche, dans le Grand Caire, certaines d'entre elles ont permis d'accueillir les classes défavorisées en se limitant à être de simples cités-dortoirs (voir image).

Ciudad de los Muertos El Cairo Egipto  PHOTO/REUTERS
PHOTO/REUTERS - Cité des morts Le Caire Égypte

Le pays a récemment lancé un nouveau projet pharaonique : la création d'une nouvelle capitale à 60 kilomètres à l'est du Caire, aussi grande que 7 fois Paris intra-muros. Cette nouvelle capitale devrait abriter 6 millions d'habitants, alors que le Caire actuel abrite 18 millions de personnes sur un territoire plus restreint. L'objectif est de décongestionner la mégapole égyptienne et de se débarrasser de la pollution atmosphérique, mais cela nécessitera la construction de longues autoroutes, dont l'impact environnemental pourrait être élevé. Les autorités elles-mêmes souhaitent également offrir un lieu sûr aux ministères, au parlement et aux autres institutions publiques. Certains chercheurs affirment que ces nouvelles constructions n'attirent pas un grand nombre de personnes car la plupart sont éloignées de leur lieu de travail. On trouve d'autres cas au Maroc, en Angola et en Algérie, où des promoteurs chinois proposent des projets à faible coût pouvant être réalisés rapidement.

6. Conclusion

Les autorités publiques africaines doivent décider de leur position vis-à-vis du secteur informel : si elles décident de contrôler toutes les activités qui ne sont pas officiellement enregistrées, y compris la construction de logements, elles devront investir massivement dans l'intégration des quartiers émergents dans la ville formelle, c'est-à-dire dans les liaisons de transport public, la construction de travaux de génie civil, d'équipements publics, de voies d'accès, etc. Comme toujours, tout cela nécessite un financement, mais cet aspect doit être considérablement amélioré en termes de ressources financières des acteurs responsables du développement des villes : gouvernement central, municipalités, gouvernements locaux, entreprises locales publiques et privées.

Notes, références, bibliographie

1.    Africapolis (www.africapolis.org) est un outil de recherche et de visualisation de données utilisé pour cartographier, analyser et comprendre l'urbanisation et la croissance urbaine en Afrique. Sa méthodologie comprend des photos aériennes, des images satellites, des sources cartographiques existantes, etc. Africapolis définit une agglomération comme urbaine si sa population est supérieure à 10 000 habitants et si son étendue physique ne présente pas de rupture dans la zone bâtie de plus de 200m.  
 
2.    L'horloge de la population africaine au 27 décembre 2021 est : 1 392 849 488 à 13:48 https://countrymeters.info/es/Africa

3.    En 1960, le pourcentage de citadins subsahariens était de 14,7%. 
4.    https://www.oecd.org/fr/publications/dynamiques-de-l-urbanisation-africaine-2020-481c7f49-fr.htm Dynamique de l'urbanisation africaine 2020 Cahiers de l'Afrique de l'Ouest de l'OCDE.

5.    François Moriconi-Ebrard est un géographe né à Saint-Etienne, ancien professeur associé de géographie et chercheur au CNRS (Laboratoire interdisciplinaire des énergies de demain, Université de Paris).  Il est le créateur de la base de données mondiale Geopolis, fruit de douze années de travail 1 , et co-auteur du CD-ROM Europe of the Populations . Il est l'auteur de trois livres et de plusieurs articles sur la question de l'urbanisation du monde.

6.    OCDE/CSAO (2020), Dynamiques de l'urbanisation africaine 2020 : Africapolis, une nouvelle géographie urbaine, Cahiers de l'Afrique de l'Ouest, Éditions OCDE, Paris, https://doi.org/10.1787/481c7f49-f.

7.    Agence française de développement l'économie africaine 2020 (la découverte)
8.    L'empreinte écologique analyse les habitudes de consommation de ressources et de production de déchets d'une population donnée ;
9.     Les nouvelles villes apportent-elles la solution ? (L'Economie africaine 2020 AFD)

Assemblé Générale des Nations Unies (2017) Conseil des droits de l’homme,43e sesion,27 février-24 mars
BARTHEL P.A.(2011) « Repenser les villes nouvelles du Caire »
ONU-Habitat (2010) The state of African cities. Governance, Inequality, and urban land markets.
Atlas de l’Afrique AFD pour un autre regard du continent. L’urbanisation une tendance forte du peuple africain.
https://www.oecd.org/fr/publications/dynamiques-de-l-urbanisation-africaine-2020-481c7f49-fr.htm