La démission du Premier ministre tunisien plonge le pays dans une grave crise

Elyes Fakhfakh quitte ses fonctions après des semaines de controverse sur son implication présumée dans la corruption
Le Premier ministre tunisien désigné Elyes Fakhfakh annonce son cabinet au Palais de Carthage à Tunis le 19 février

AFP / HO / BUREAU DE PRESSE PRÉSIDENTIEL  -   Le Premier ministre tunisien désigné Elyes Fakhfakh annonce son cabinet au Palais de Carthage à Tunis le 19 février

Le Premier ministre tunisien Elyes Fakhfakh a démissionné aujourd'hui après plusieurs semaines de controverse sur son implication présumée dans la corruption, plongeant le pays dans une grave crise politique en plus de la crise économique et sociale que la Tunisie subit depuis des mois.

Selon la radio locale "Mosaïque FM", le chef de l'exécutif a démissionné après une réunion au palais de Carthage avec le président de la République, Kais Said, le président du Parlement et partenaire du gouvernement, Rachid Ghannouchi et le secrétaire général de l'UGTT, le principal syndicat du pays et important médiateur politique, Noureddine Tabboubi.

Selon la constitution, le président dispose désormais d'une semaine pour nommer un remplaçant, qui doit obtenir le soutien de la majorité absolue du parlement dans un délai d'un mois et élire un nouveau gouvernement, car l'actuel reste en fonction. S'il ne le fait pas, la Magna Carta prévoit que le délai peut être prolongé de 30 jours supplémentaires avant la répétition des élections, qui se sont tenues en octobre dernier.

La pression islamiste

Cette démission est intervenue quelques heures seulement après que le parti Ennahda, un parti conservateur à tendance islamiste, leader de l'Assemblée de 54 sièges et partenaire du gouvernement, où il compte six ministres, ait entamé une procédure de dépôt d'une motion de censure contre Fakhfakh.

La formation a déposé une proposition avec 105 signatures, seuls quatre des 109 soutiens devaient être acceptés par l'Assemblée. Parmi les signataires, les députés d'Ennhada et ceux des deux autres partis majoritaires, la formation "Qalb Tunis", dirigée par le magnat controversé des médias Nabil Karaoui, qui est également poursuivi pour corruption, et la plateforme Al Karama, qui soutient les salafistes. Aucun d'entre eux ne fait partie de la faible coalition gouvernementale, bien qu'Ennahda ait toujours voulu rejoindre "Qalb Tunis", un souhait qui s'est toujours heurté à un refus catégorique de la part du Fakhfakh.

Conflit d'intérêts

La situation du Premier ministre a commencé à se compliquer il y a quelques semaines lorsque l'Institut national de lutte contre la corruption (INLUCC) l'a déclaré coupable d'un délit présumé de "conflit d'intérêts" pour avoir omis de déclarer qu'il possédait des actions de sociétés privées ayant passé des contrats avec l'administration.

Fakhfakh, qui nie ces accusations, a répondu mardi aux attaques de son partenaire conservateur en annonçant un remaniement ministériel après une réunion avec Said, qui a joué un rôle étrange en niant, entre autres, qu'il y avait des tentatives de renversement du gouvernement. Les experts locaux ont alors suggéré la possibilité que Fakhfakh choisisse d'expulser les six ministres d'Ennahda du cabinet pour tenter de survivre politiquement, ce qui a maintenant disparu.

Pression sur les islamistes

La pression exercée sur le Premier ministre a coïncidé avec les manœuvres de certains partenaires gouvernementaux contre Ghannouchi lui-même, qui a également des problèmes au sein de son propre parti. Alors que le Conseil de la Shura, la plus haute instance d'Ennahda, l'a autorisé lundi à soumettre la motion de censure, un groupe de 75 législateurs a annoncé qu'ils feraient de même contre le leader islamiste et président de la Chambre pour une violation présumée du code de l'Assemblée.

Ghannouchi et Ennahda sont également sous la pression d'Abir Moussi, leader du Parti du destin libre (FDP), formé par des nostalgiques de l'ancien régime dictatorial, qui a accusé la formation à la fois d'appartenir au réseau des Frères musulmans et d'avoir falsifié les actes de légalisation du parti, qui étaient clandestins jusqu'à la révolution de 2011 qui a mis fin à la tyrannie de Zinedin el Abedin Ben Ali.

Dans ce contexte, le futur candidat au poste de Premier ministre semble avoir la tâche difficile, comme l'a fait Fakhfakh, d'obtenir une majorité dans un parlement très fragmenté, avec près de vingt partis et de nombreux indépendants ayant leurs propres programmes.