PUBLICIDAD

Iberdrola

La dérive autoritaire d'Erdogan atteint le Conseil militaire suprême

Le dirigeant turc a démis de leurs fonctions 30 généraux et augmenté le nombre de généraux et d'amiraux dans les forces armées du pays
Le président turc Recep Tayyip Erdogan

PHOTO/ Service de presse présidentiel via AP  -   Le président turc Recep Tayyip Erdogan

Dans la nuit du vendredi 15 juillet 2016, l'histoire de la Turquie a pris un tournant radical. Une tentative de coup d'État a mis l'ordre constitutionnel établi dans les cordes. Cet événement, qui a encore accentué la polarisation du pays, a également été l'étincelle qui a allumé la mèche de la dérive autoritaire de Recep Tayyip Erdogan. Quatre ans plus tard, à l'occasion de l'anniversaire de cette tentative de coup d'État, le dirigeant turc a annoncé les décisions prises lors de la réunion d'été du Conseil militaire suprême.  

En mars dernier, les autorités turques ont forcé les membres de l'armée qui ont été licenciés pour leurs liens présumés avec le mouvement du prédicateur islamiste Fethullah Gülen (FETÖ) à payer le coût des exercices militaires qu'ils ont reçus avant d'être contraints de quitter leur poste, selon le journal turc Zaman. La purge contre l'opposition s'est poursuivie avec la destitution d'au moins 30 généraux durant ce Conseil militaire suprême, qui ont été remplacés par des personnes loyales au régime, selon certaines critiques du président turc. Parmi les généraux à la retraite figurent le général Metin Temel et le commandant Zekai Aksakalli, selon Anadolu. 

Les décisions, approuvées par Erdogan, augmenteront le nombre de généraux et d'amiraux dans les forces armées turques de 226 à 247. Parmi eux se trouvent 17 généraux et amiraux et 51 colonels qui ont été promus. Selon l'agence de presse Anadolu, le deuxième chef d'état-major général, le lieutenant général Metin Gurak, a été promu général, tandis que le commandant de la marine, le vice-amiral Ercument Tatlioglu, a été promu amiral.  

En plus de ces changements, le Conseil militaire suprême a obligé 30 généraux et amiraux à prendre leur retraite avant le 30 août prochain car, comme l'explique la déclaration, « ils n'ont pas été engagés comme personnel permanent. D'autre part, cette institution a prolongé le contrat pour un an à 35 généraux et amiraux et pour deux ans à 294 colonels, dont le commandant de la troisième armée, le général de corps d'armée Seref Ongay, le commandant de l'armée égéenne, le général de corps d'armée Ali Sivri et le commandant du huitième corps d'armée, le général de corps d'armée Osman Erbas, entre autres ».  

PHOTO/AP - Fotografía de archivo del 1 de agosto del 2017: la Policía paramilitar y los miembros de las fuerzas especiales escoltan fuera del tribunal a los sospechosos por intento de golpe de Estado
PHOTO/AP - Photo d'archive du 1er août 2017 : Des policiers paramilitaires et des membres des forces spéciales escortent des suspects de tentative de coup d'État hors du palais de justice

Cette réunion - présidée par Erdogan et d'une durée de 45 minutes seulement - traite de questions telles que les promotions, les licenciements et autres décisions relatives au personnel qui affectent directement l'armée turque.  Le vice-président turc Fuat Otkay, le ministre de la défense Hukusi Akar, le juge Abdul Hamid Gul, le ministre de l'intérieur Suleiman Soylu, son homologue du ministère des affaires étrangères Mevlut Gawishoglu, ainsi que des représentants du Trésor et du ministère de l'éducation y ont participé. Le chef d'état-major général des forces armées turques, Yışır Güler, le commandant des forces terrestres, le général Umed Dundar, le commandant de la marine, l'amiral Adnan Ozbal, et le commandant de l'armée de l'air, le général Hassan Cujk Akyuz, ont également participé à la réunion.

Le président turc et son parti ont accusé à plusieurs reprises le mouvement de Gülen d'être derrière le coup d'État militaire qui a eu lieu il y a quatre ans, ce que ce dernier nie fermement. Depuis lors, Ankara a enquêté sur plus de 130 000 fonctionnaires et a ordonné la détention préventive de près de 50 000 personnes, dont des universitaires, des avocats et des journalistes.  

L'opposition estime que les derniers changements approuvés au sein du Conseil militaire sont une réponse à la dérive autoritaire d'Erdogan visant à renverser toute critique du régime au sein de l'armée et des autres institutions de l'Etat. Il y a une semaine, le ministre de l'intérieur a révélé que le nombre de détenus suite au coup d'État de 2016 s'élève à 282 790, selon les déclarations recueillies par l'Al Ain numérique. « Au cours des quatre dernières années, environ 150 000 employés du gouvernement, membres de l'armée et de la police ont été isolés ou expulsés », a-t-il ajouté.   

Un nouveau coup porté à la liberté d'expression en Turquie ?  

Quelques heures plus tard, la commission de la justice du Parlement turc a approuvé un projet de loi visant à réglementer le contenu publié sur les réseaux sociaux. Ce règlement prévoit de nommer un représentant chargé des enquêtes et des poursuites judiciaires relatives aux crimes commis sur ces plateformes. Les fournisseurs de réseaux sociaux ayant plus d'un million de visites quotidiennes dans la nation eurasienne seront obligés de nommer au moins un représentant dans ce pays qui aura jusqu'à 48 heures - rapporte l'agence Anadolu - pour répondre aux demandes de retrait de contenus offensants.  

AP/BURHAN OZBILICI - Miembros del parlamento turco en una votación
AP/BURHAN OZBILICI - Les membres du Parlement turc lors d'un vote

Le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) a critiqué le gouvernement pour avoir utilisé ce projet de loi pour « renforcer le contrôle de l'Etat » sur les contenus publiés sur les réseaux sociaux. Les entreprises qui ne se conforment pas à la loi pourraient se voir infliger des amendes allant jusqu'à 30 millions de lires turques (4,4 millions de dollars US), selon le projet.

Ce projet de loi « est une tentative flagrante pour amener les entreprises internationales à censurer davantage d'informations au nom des dirigeants turcs », a averti Gulnoza Said, coordinatrice du programme Europe et Asie centrale du CPJ. « Pendant des années, les publications des médias sociaux ont été utilisées pour poursuivre les journalistes turcs, et les mesures proposées les mettraient davantage en danger pour faire leur travail », a-t-il ajouté avant l'adoption de la loi.  

L'une des dernières attaques contre la liberté d'expression en Turquie a eu lieu en mars dernier, lorsque les autorités ont décidé d'arrêter plusieurs personnes pour avoir publié des « publications non fondées et provocatrices » sur le COVID-19 sur divers réseaux sociaux. La tentative de coup d'État ratée d'il y a quatre ans a eu de graves répercussions sur ce type de liberté en Turquie.  Dans une série d'articles compilés par l'Institut de la presse internationale sur la liberté de la presse et les réalités du journalisme en Turquie aujourd'hui, un groupe de journalistes a dénoncé la situation à laquelle ils doivent faire face chaque fois qu'ils veulent faire leur travail. « L'écart entre l'endroit où vous vous réveillez et celui où vous dormez est ce qui définit le métier de journaliste en Turquie. Vous pouvez vous réveiller totalement motivé pour faire un reportage et cette motivation peut vous amener à dormir en prison la nuit », déplore le journaliste indépendant Seda Taşkın. Selon l'Institut international de la presse (IPI), plus de 100 journalistes sont emprisonnés dans la nation eurasienne.

La censure a également été transférée au pouvoir judiciaire ces derniers mois, car un an seulement après le coup d'État manqué de 2016 qui a changé le cours de la Turquie, le président turc a démis un tiers des juges et arrêté plus de 100000 personnes. Les changements approuvés au sein du Conseil militaire suprême, ainsi que les limitations imposées aux réseaux sociaux, suite à l'adoption de cette loi, montrent que la dérive autoritaire d'Erdogan ne connaît pas de limites.