PUBLICIDAD

Iberdrola

La diaspora iranienne à Madrid se rassemble devant le Congrès des députés

Le rassemblement organisé par l'Association pour les droits de l'homme en Iran a appelé au soutien du gouvernement espagnol alors que les affrontements s'intensifient dans la République islamique
Atalayar-Congrès-Députés-Madrid-Spain-iran-Manifestations-Mahsa-Amini

PHOTO/ATALAYAR  -   Des dizaines de militants et d'Iraniens vivant à Madrid se sont rassemblés ce jeudi devant le Congrès des députés, aux cris de "Femmes, vie, liberté"

Une fois de plus, réunis au cri de "Femmes, vie, liberté", des dizaines de militants et d'Iraniens vivant à Madrid se sont rassemblés ce jeudi - cette fois devant le Congrès des députés - pour demander le soutien du public et des autorités espagnoles face à l'escalade de la répression et des violences policières en République islamique d'Iran. 

"Les Iraniens protestent pacifiquement contre la République islamique depuis 52 jours, à l'intérieur et à l'extérieur des frontières du pays", a déclaré la défenseuse des droits de l'homme Nilúfar Saberi dans une lettre ouverte. "Les protestations se poursuivent à ce jour dans plus de 170 grandes villes d'Iran en général, et en particulier dans les universités. Au cours de ces 52 jours, les autorités islamiques iraniennes, dans leur politique brutale de répression, ont tué au moins 297 personnes à balles réelles, dont 47 mineurs, et ont arrêté des milliers de personnes. Ils ont déjà commencé à prononcer des condamnations à mort contre certains d'entre eux. Et, très probablement, la peine de mort sera infligée à la plupart d'entre eux.

atalayar-congreso-diputados-madrid-manifestación-irán-españa-santiago-sánchez-mahsa-amini- nilúfar-saberi
PHOTO/ATALAYAR

Depuis la mort, en septembre dernier, de la jeune femme kurde de 22 ans, Mahsa Amini - trois jours après avoir été arrêtée et battue par la police des mœurs iranienne pour avoir porté un mauvais voile - les rassemblements à Madrid et dans d'autres capitales européennes et mondiales sont devenus un événement quasi quotidien

Dans la capitale espagnole, des manifestations sont convoquées "tous les jours, ou une fois tous les deux jours si possible", a expliqué à Atalayar Arash, membre de l'Association iranienne pour les droits de l'homme qui a préféré ne pas révéler son nom de famille par crainte de représailles contre ses proches restés en Iran. "Nous avons manifesté à Callao, sur Gran Vía et devant le ministère des Affaires étrangères. Et aujourd'hui, ici, devant le Congrès des Députés, nous voulons faire pression sur les autorités espagnoles pour qu'elles nous écoutent, pour qu'elles rattrapent leur retard. Tous les gouvernements européens manifestent contre ce qui se passe avec le régime iranien, et nous ne pouvons pas être laissés pour compte", a ajouté Arash.

atalayar-congreso-diputados-madrid-manifestación-irán-españa-santiago-sánchez-mahsa-amini- nilúfar-saberi
PHOTO/ATALAYAR

Des députés européens tels que Sofía Castañón, Marta Rosique et Enrique Santiago ont participé à cette réunion. "Ce que nous devons faire, c'est faire passer le mot sur tout ce qui se passe en Iran. Nous ne pouvons pas faire plus. Nous devons ouvrir les yeux et les oreilles des personnes qui détiennent le pouvoir", a déclaré Arash.

Elika Jouibari, une autre jeune manifestante, a déclaré à Atalayar que "normalement, ces rassemblements, les plus importants, ont lieu le samedi. Mais aujourd'hui, nous avons dû coïncider avec le reste des grandes villes, comme les autres capitales européennes, les États-Unis ou la France, où d'autres réunions ont eu lieu aujourd'hui également". "Nous ne pouvons pas laisser la lutte, d'ici, d'Espagne, décliner", a-t-elle souligné. 

En ce sens, l'une des demandes les plus importantes formulées par les personnes rassemblées, ainsi que par les membres et les militants de l'Association iranienne pour les droits de l'homme et de l'Association Peace Now, a été prononcée par Nilúfar Saberi. "Nous sommes ici devant le Congrès des députés", a déclaré le militant, "pour souligner que la République islamique d'Iran ne représente pas le peuple iranien. C'est pourquoi nous demandons aux députés espagnols de réduire au minimum les relations diplomatiques avec l'Iran. Soutenez-nous contre le totalitarisme de la République islamique".  

atalayar-congreso-diputados-madrid-manifestación-irán-españa-santiago-sánchez-mahsa-amini
PHOTO/ATALAYAR

La diaspora iranienne en Espagne et dans le reste du monde demande une plus grande implication des autorités occidentales en augmentant les sanctions contre l'Iran, en réduisant les liens diplomatiques et en soutenant la lutte iranienne contre le régime des Ayatollahs. "La religion et l'État sont séparés", ont scandé les manifestants devant le Congrès, demandant l'éviction du président Ebrahim Raisi et appelant à l'instauration d'un "régime démocratique et d'un État de droit laïque" garantissant la liberté de tous les Iraniens. Surtout pour les femmes. 

"Mahsa Amini n'est pas un cas isolé. Elle fait partie des centaines de personnes qui ont été tuées par le régime iranien", a déclaré M. Saberi, en mettant l'accent sur la situation vulnérable des femmes. "Des centaines de personnes ont été tuées pour ce morceau de tissu".

atalayar-congreso-diputados-madrid-manifestación-irán-españa-santiago-sánchez-mahsa-amini
PHOTO/ATALAYAR

Le rallye a également permis de se souvenir une nouvelle fois de l'Espagnol Santiago Sánchez, disparu en Iran alors qu'il se rendait à pied au Qatar - avant le début de la Coupe du monde. Selon les dernières informations, M. Sánchez a été arrêté avec son traducteur après avoir visité la tombe de Mahsa Amini. Il est actuellement détenu dans le centre de détention des services de renseignement iraniens à Sanandaj, dans l'ouest du pays. En outre, les personnes rassemblées ont ajouté des chansons iraniennes et kurdes à leur liste de chants et de slogans, et ont rendu hommage à leurs racines, à Mahsa Amini et à toutes les autres personnes tuées lors des soulèvements contre un régime "meurtrier" et "violant les droits de l'homme", à travers des mélodies célèbres.