La difficile démobilisation et intégration des groupes armés au Mali

Les dirigeants des mouvements armés en 2012 sont pour la plupart les mêmes que lors de la révolution de 2006 et, dans certains cas, même les mêmes que lors de la révolution des années 1990.
Des soldats de l'armée malienne patrouillent dans la zone située le long du fleuve Djenné, au centre du Mali, le 28 février 2020.

AFP/MICHELE CATTANI  -   Des soldats de l'armée malienne patrouillent dans la zone située le long du fleuve Djenné, au centre du Mali, le 28 février 2020.

Dans la plupart des processus de régénération des États après un conflit, l'un des principaux défis est l'intégration des mouvements armés dans l'armée ou la société civile après des années de guerre. Bien qu'il s'agisse d'un problème commun à de nombreux États sortant d'un conflit, le cas du Mali illustre les risques et les défis posés par l'intégration des groupes armés après les révoltes touaregs.

Una semana antes, el primer ministro de Mali anunció el desmantelamiento de los controles de seguridad organizados por la milicia tradicional de cazadores Dan Na Ambassagou del país Dogón
AFP/MICHELE CATTANI - Une semaine auparavant, le Premier ministre malien a annoncé le démantèlement des postes de contrôle de sécurité mis en place par la milice traditionnelle du pays Dogon, composée de chasseurs Dan Na Ambassagou.

La dernière révolution touarègue, en 2012, a entraîné un grand nombre de personnes dans les régions du nord et du centre du Mali dans un conflit dont les conséquences sont encore présentes aujourd'hui. Les mouvements armés touaregs, pour ou contre l'indépendance, se sont multipliés par rapport aux révolutions précédentes. D'autre part, il s'agit de la première crise dans le nord du Mali à laquelle participent activement des groupes djihadistes tels que MUJAO et Ansar Dine, qui confrontent à la fois les groupes touaregs et l'État malien dans le but d'implanter la charia au Mali. Entre-temps, des milices armées comme Ganda Izo se sont reconstituées dans le centre du Mali en raison de la violence engendrée par le conflit dans le nord et de la disparition de fonctionnaires qui avaient fui le conflit. Malgré la signature des accords de paix et de réconciliation en 2015 entre les groupes armés du nord du Mali et l'État, le djihadisme a continué à se propager dans le centre et l'est du Mali, allant jusqu'au Burkina Faso et au Niger. Les groupes djihadistes ont profité de la marginalisation de certaines populations et ont exploité les conflits intercommunautaires pour recruter des adeptes. La formation de nouveaux groupes dans le centre du Mali a aggravé la crise sociale et sécuritaire, provoquant la création d'autres milices d'autodéfense ethno-communautaires qui se sont radicalisées et ont même perpétré des massacres contre des civils. De 2016 à 2020, la situation s'est aggravée jusqu'à ce que, en 2020, l'instabilité et l'insécurité, associées aux ravages économiques de la pandémie de coronavirus, provoquent une crise politique qui a culminé avec le coup d'État du mois d'août. 

Mapa que muestra las zonas de influencia de los grupos armados en el Sahel y las bases militares regionales
AFP/AFP - Carte indiquant les zones d'influence des groupes armés sahéliens et les bases militaires régionales

Bien que cette situation soit unique en raison des circonstances particulières de la révolution touarègue et de la propagation du djihadisme au Mali, les auteurs de la violence n'ont pas changé. Les dirigeants des mouvements armés en 2012 sont largement les mêmes que lors de la révolution de 2006 et, dans certains cas, même de la révolution des années 1990. Quelle que soit la faction à laquelle ils appartiennent, les chefs des milices d'autodéfense dogon comme Dan Na Ambassagou étaient également présents dans les milices créées dans les années 1990 et 2000, Ganda Koy et Ganda Izo, pour combattre les Touaregs. C'est le cas de l'un des dirigeants de Dan Na Ambassagou, Youssouf Toloba. Les chefs djihadistes ne sont pas non plus inconnus. Iyad Ag Ghali, leader de la révolution touareg des années 1990 et 2006, a été le créateur d'Ansar Dine et du réseau JNIM, et plusieurs leaders de ces révoltes, de la tribu Ifoghas de la région de Kidal, ont également rejoint les groupes djihadistes. Presque tous les protagonistes de la violence, c'est-à-dire les dirigeants de ces groupes, avaient été démobilisés au préalable, et avaient même signé des pactes avec l'État, se dissociant des groupes et visant à s'intégrer dans la société civile. Ce fait illustre le fait que les stratégies de réintégration des membres des groupes armés n'ont pas fonctionné jusqu'à présent. Le titre III des accords de paix et de réconciliation signés en 2015 contient des politiques et des stratégies visant à démobiliser les combattants du conflit de 2012. Selon un rapport de l'observateur indépendant du Centre Carter qui surveille la mise en œuvre de cet engagement, il y a environ 84 000 membres de groupes armés inscrits dans des programmes de démobilisation, de désarmement et de réintégration (DDR) qui attendent d'être intégrés dans l'armée et la société civile. À ce jour, moins de 2 000 personnes ont rejoint les forces armées maliennes.

Un mapa de las ubicaciones del Ejército francés en el Sahel se muestra mientras el presidente francés Emmanuel Macron pronuncia su discurso después de una reunión por videoconferencia con los líderes del G5 del Sahel el martes 16 de febrero de 2021 en París
AP/FRANCOIS MORI - Une carte des emplacements de l'armée française dans le Sahel est montrée alors que le Président français Emmanuel Macron prononce son discours après une réunion par vidéoconférence avec les dirigeants du G5 du Sahel, mardi 16 février 2021, à Paris.

Outre la lenteur du processus, l'intégration des ex-combattants des groupes armés se heurte à d'autres difficultés, notamment le fait que certains d'entre eux ont lutté contre l'État malien pendant pratiquement toute leur existence, sous la direction de différents dirigeants de leur communauté. Même s'ils sont correctement intégrés, il y a une forte probabilité que leur loyauté reste envers leur groupe armé d'origine, outre le fait que leur obéissance reste à leurs chefs et pas nécessairement aux commandants de l'armée avec lesquels ils ont combattu pendant des années. Enfin, l'absorption des groupes armés, et surtout de leurs chefs dans l'armée et le gouvernement, présente de grands défis pour deux raisons principales. D'abord, lorsqu'il y a un manque d'intégration correcte, en particulier des membres supérieurs des groupes armés dans l'armée, cela entraîne une inflation des grades qui fait que les jeunes chefs des groupes armés dirigent des soldats de l'armée malienne qui auraient eu un rang plus élevé s'il n'y avait pas eu l'intégration des combattants. Dans le cas du Sud Soudan, par exemple, l'absorption incorrecte des grades a entraîné un grand nombre de généraux, encore plus nombreux qu'aux États-Unis, pour une population de seulement 11 millions de personnes. Dans l'armée malienne, il y a aussi plusieurs généraux et chefs militaires qui viennent de groupes armés, comme Ag Gamou, qui a été démobilisé après la révolution touareg dans les années 1990. Deuxièmement, dans la nouvelle période de transition au Mali, les nouvelles autorités ont fait un effort pour intégrer les membres de la CMA et de la Plateforme, les mouvements signataires des accords de paix et de réconciliation de 2015, dans le gouvernement et les organes de transition. Cependant, en raison de la lenteur de la mise en œuvre des accords et de l'annonce par le gouvernement de la nouvelle feuille de route de la transition, qui est controversée pour certains dirigeants touaregs, les membres des différentes communautés touaregs du nord du Mali craignent que les chefs des groupes armés intégrés dans ce nouveau gouvernement ne représentent plus leurs intérêts. 

Un parche de las Fuerzas Armadas de Mali (FAMa) llevado por un soldado es fotografiado durante la Operación Barkhane en Ndaki, Mali, el 29 de julio de 2019
PHOTO/REUTERS - Un écusson des Forces armées du Mali (FAMa) porté par un soldat est représenté lors de l'opération Barkhane à Ndaki, au Mali, le 29 juillet 2019.

En conclusion, le nouveau gouvernement et les représentants des intérêts des communautés du nord du Mali à Bamako doivent faire un effort dans cette période de transition pour accélérer la réintégration des combattants armés dans la société civile et pour mettre en œuvre les lignes directrices des accords de paix et de réconciliation dans les meilleurs délais.