La diplomatie chinoise des vaccins

Le Ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, défend la position de la Chine dans le processus de vaccination mondiale
Atalayar_ Sinopharm de China

PHOTO/REUTERS  -   Boîtes de vaccin China Sinopharm contre la maladie à coronavirus (COVID-19)

NIl n'y a rien de particulièrement surprenant dans l'émergence de la "diplomatie vaccinale" comme mot à la mode en matière de politique étrangère en 2021. Si 2020 a été l'année de la pandémie de COVID-19, alors cette année s'annonce comme l'année du vaccin. Dans le sillage de cette dynamique, le conseiller d'État et Ministre des affaires étrangères chinois, Wang Yi, a réitéré dimanche dernier l'opposition de la Chine au "nationalisme du vaccin" et a souligné l'engagement de la Chine à maintenir une distribution équitable des vaccins dans le monde, affirmant que la Chine rejette toute "division du vaccin".

À ce jour, la Chine a autorisé l'utilisation de deux vaccins nationaux : celui de Sinopharm et celui de SinoVac. Contrairement aux vaccins occidentaux (basés sur des ARNm ou des virus distincts modifiés), les deux vaccins chinois sont basés sur une version atténuée du SRAS-Cov-2. Les résultats, comme on commence à le voir dans des pays comme le Brésil et la Turquie, ne sont pas aussi bons que ceux de leurs homologues occidentaux. Cependant, ils disposent désormais de vaccins efficaces et bon marché, et comme les nations riches ont réservé la plupart des doses de vaccins développés en Occident qui devraient être produites cette année, la Chine a proposé de se positionner dans la demande des pays en développement qui cherchent désespérément à enrayer la pandémie.

Pour de nombreux pays, les vaccins chinois actuels sont mieux adaptés à leurs besoins. Ils n'ont pas besoin d'être stockés aux basses températures de leurs rivaux de Pfizer ou Moderna, et la version de CanSino ne nécessite qu'une seule dose. En outre, plusieurs des accords signés avec d'autres pays, tels que les Émirats arabes unis et l'Indonésie, prévoient que ces nations peuvent autoriser leurs propres injections. Cela permettra de répondre à la forte demande, tout en soutenant les ambitions de ces États de devenir des centres de production pharmaceutique dans leurs régions respectives.

Atalayar_Sinopharm de China
AP/LEO CORREA - Un agent de santé administre une dose de vaccin Sinopharm de Chine à un homme pendant le début de la campagne de vaccination COVID-19 au ministère de la Santé à Dakar, au Sénégal

Les deux principales sociétés de biotechnologie, Sinopharm (entreprise publique) et Sinovac (entreprise privée), ont vendu à l'étranger ou reçu des commandes internationales pour plus de 800 millions de doses. Selon les données de l'Université Duke, les doses chinoises sont supérieures aux plus de 300 millions de Moscou ou aux 210 millions du mécanisme COVAX, soutenu par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et qui vise à assurer un accès équitable au vaccin pour tous les pays (Pékin a promis 10 millions de doses pour cet instrument).

La Hongrie a commencé à immuniser sa population avec les premières unités d'un lot de 550 000 doses du vaccin COVID-19 de Sinopharm. La semaine dernière, un avion a atterri à Buenos Aires avec 900 000 autres personnes. À Manille, 600 000 doses de vaccin Sinovac, le premier lot donné par Pékin au pays, devaient atterrir. "Je dois l'admettre. Si nous avions insisté pour utiliser des (vaccins) occidentaux, nous serions toujours en train d'attendre qu'ils arrivent", a souligné Harry Roque, porte-parole de la présidence philippine.

Atalayar_China vacuna áfrica
PHOTO/AFP - Déchargement d'une partie d'une cargaison de 200 000 doses de vaccin contre le coronavirus de Sinopharm en provenance de Chine à partir d'un avion d'Air Zimbabwe

En Afrique, les Chinois ont exporté des vaccins vers une demi-douzaine de pays et sont en pourparlers avec des dizaines d'autres pour rendre les remèdes disponibles dans les mois à venir. De même, un nouveau pont aérien est désormais en service entre les deux régions, ce qui facilitera le transport et la distribution des vaccins à travers l'Afrique. En 2020, la Chine a fourni environ 120 lots de fournitures médicales d'urgence à l'Afrique et a envoyé des équipes d'experts médicaux dans 15 pays africains explorant leur "rayon d'influence". Mais c'est la distribution à grande échelle de vaccins chinois qui suscite l'inquiétude de nombreux experts dans le monde, notamment aux États-Unis et dans les pays européens, quant aux ramifications géopolitiques. Pour échapper à d'éventuelles influences, ces pays pourraient utiliser des mécanismes internationaux tels que le COVAX, ou s'unir pour un achat commun en utilisant des modèles tels que le Fonds renouvelable de l'Organisation panaméricaine de la santé ou les initiatives de l'UNICEF pour renforcer l'achat de vaccins.

Atalayar_China vacuna áfrica
AFP/AFP - Graphique montrant, par continent et par pays, la mise en circulation prévue des vaccins à mécanisme Covax versus Covax-19 dans une première série de livraisons jusqu'en mai

Les commentaires de M. Wang lors de la réunion d'information de haut niveau sur la politique étrangère de la Chine, organisée en marge de la réunion annuelle à deux sessions, constituent une réponse à la "diplomatie du vaccin" des pays occidentaux à l'égard de la Chine et à la négligence présumée des demandes de vaccins des pays moins développés dans un contexte de pénurie mondiale. La Chine "peut utiliser (ses vaccins) pour devenir un leader mondial en matière d'accès équitable aux vaccins, en comblant le fossé entre les pays développés et les pays en développement. Cela améliorerait certainement son image dans ces pays et projetterait le soft power, déclare Yanzhong Huang, du Conseil américain des relations étrangères. Sa "diplomatie du vaccin" lui permet également d'essayer de "combler le vide laissé par le leadership américain". Le retrait des États-Unis du leadership mondial a créé des opportunités pour la Chine de combler ce vide", note-t-il. De plus, "ce n'est pas seulement le prestige en tant que puissance qui est en jeu". Le vaccin est aussi un business, et un business très juteux : à un prix d'environ 20 dollars par dose en Indonésie, qui a commandé 125 millions de doses des deux premières formulations chinoises approuvées, "cela représente 2,5 milliards de dollars..., les entreprises chinoises vont gagner beaucoup d'argent", ajoute l'expert.