La distribution désastreuse de vaccins contre la COVID-19 en Égypte ne donne pas la priorité aux populations à risque

Un nouveau rapport d'Amnesty International dénonce cette situation
pobreza-egipto

AFP/MOHAMED EL-SHAHED  -   Des enfants dans une ruelle du village d'al-Nehaya, l'un des plus pauvres d'Égypte

Selon un récent rapport d'Amnesty International, les prisonniers, les réfugiés, les populations à risque et les groupes les plus pauvres sont lésés par la mise à disposition irrégulière de vaccins. "La distribution de vaccins en Égypte a été gravement affectée par l'absence de stratégie claire et de transparence, ce qui a entraîné des retards et des arriérés, et n'a pas permis d'atteindre les personnes qui en ont le plus besoin ni de remédier à la réticence à l'égard des vaccins par le biais de campagnes de sensibilisation ciblées, a déclaré Philip Luther, directeur du département Recherche et plaidoyer pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord d'Amnesty International.

"Nous demandons au gouvernement de veiller à ce que les groupes prioritaires soient effectivement privilégiés et que le système de distribution soit inclusif, accessible et non discriminatoire", a-t-il ajouté. À ce jour, l'Égypte a signalé plus de 281 000 cas et 16 169 décès, mais selon le comité national égyptien de lutte contre le coronavirus, les chiffres réels sont probablement 10 fois plus élevés que ceux officiellement enregistrés. 

 vacuna-sinopharm-egipto
PHOTO/REUTERS - Boîtes de vaccin China Sinopharm contre la maladie à coronavirus (COVID-19)

La campagne de vaccination égyptienne a débuté le 24 janvier et visait à donner la priorité aux agents de santé travaillant en première ligne contre le virus, soit quelque 207 000 personnes, puis à la population à haut risque, à savoir les patients souffrant de maladies du foie, de cancers et les personnes âgées. Le vaccin serait fourni après inscription sur un portail en ligne et serait peu coûteux pour ceux qui peuvent se le permettre. Au début de l'année, la ministre de la santé, Hala Zayed, a déclaré qu'ils obtiendraient 100 millions de doses de vaccin auprès de différents fournisseurs. Ils travaillent actuellement avec AstraZeneca et Sinpopharm.

Le rapport indique que, bien que l'inscription en ligne ait été initialement ouverte aux agents de santé, la population à haut risque a connu de longs délais d'attente et n'a souvent pas obtenu de rendez-vous pour se faire vacciner. Il y a aussi des témoignages de jeunes qui disent avoir été programmés plus tôt que leurs aînés, même après s'être inscrits des mois plus tôt.

coranavirus-egipt
PHOTO/GEHAD HAMDY - La campagne de vaccination égyptienne a débuté le 24 janvier, dans le but de donner la priorité aux agents de santé travaillant en première ligne contre le virus

La campagne de diffusion de l'information sur la vaccination a également été fortement critiquée. Les messages contradictoires du gouvernement sur la distribution des vaccins et l'absence de campagnes de sensibilisation du public, tant sur l'accès au vaccin que sur les réticences à la vaccination, ont entraîné l'exclusion des groupes socio-économiquement marginalisés et des personnes en situation irrégulière.

Les professionnels de la santé en Haute-Égypte rapportent que de nombreux habitants n'étaient pas au courant de la distribution des vaccins et que, dans certains cas, les agents de santé locaux ont eux-mêmes mené des actions de sensibilisation en l'absence d'initiatives gouvernementales, ce qui rappelle une fois de plus la gestion inégale et chaotique de la vaccination dans le pays. 

egipto-turismo-covid19.
AFP/KHALED DESOUKI - Employés de l'hôtel Hilton à Hurghada Plaza, une ville sur la mer Rouge

En avril, la plateforme médiatique indépendante en ligne Mada Masr a rapporté que les parlementaires et leurs familles avaient bénéficié d'un traitement préférentiel pour choisir entre AstraZeneca et Sinopharm, malgré les déclarations répétées du ministère de la Santé selon lesquelles la population n'aurait pas son mot à dire sur les vaccins qu'elle reçoit. Le premier ministre, Mostafa Kamal Madbuli, avait ordonné au ministère de commencer à vacciner les parlementaires et les sénateurs, mais aucun ordre public n'avait été donné pour que leurs familles soient également vaccinées.

"L'Égypte stocke actuellement les vaccins Sinopharm et AstraZeneca. Chaque législateur et sa famille peuvent choisir le vaccin qu'ils souhaitent recevoir", explique à Mada Masr Yasser Omar, vice-président de la commission de la planification et du budget de la Chambre des représentants. Sept autres parlementaires qui ont souhaité rester anonymes ont corroboré ces développements.

Entre-temps, bien que les autorités égyptiennes aient confirmé qu'une campagne de vaccination à l'intérieur des prisons avait débuté le 17 mai avec l'inoculation de 5 000 prisonniers âgés ou atteints de maladies chroniques, elles n'ont pas rendu publics le processus, le calendrier et les critères de vaccination. Des plaintes ont été déposées selon lesquelles de nombreuses personnes détenues pour des raisons politiques n'ont pas encore eu accès au vaccin, alors qu'elles sont en danger. 

parlamento-egipcio
PHOTO/LOBNA TAREK - Vue générale d'une session du Parlement égyptien

Par exemple, le 14 avril, l'avocat du détenu Abdelmonim Aboulfotoh, 69 ans, ancien candidat à la présidence et fondateur du parti d'opposition Misr Al-Qawia, a déposé une demande auprès du bureau du procureur pour que son client puisse recevoir le vaccin COVID-19, étant donné son âge avancé et ses problèmes de santé. A ce jour, il n'a pas reçu une seule dose.

Un certain nombre d'obstacles pratiques rendent difficile l'accès aux vaccinations pour les réfugiés, les demandeurs d'asile et les migrants, ainsi que pour ceux qui n'ont pas accès à l'internet. Les ressortissants non égyptiens peuvent s'inscrire en ligne avec leur passeport, leurs documents de résidence et leur numéro d'identification fourni par le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), mais ceux qui sont sans papiers ou qui cherchent à officialiser leur statut en sont exclus.