PUBLICIDAD

Iberdrola

La droite radicale remporte les élections italiennes avec Meloni à sa tête

Le visage visible des Fratelli d'Italia (FdI) post-fascistes remporte plus de 26% des voix et est sur le point de prendre le Palazzo Chigi
Giorgia Meloni

PHOTO/FdI  -   Giorgia Meloni, leader et fondatrice de Fratelli d'Italia, lors d'un meeting de campagne

Il n'y a pas eu de surprise. Les sondages de dimanche ont confirmé les projections et donné une victoire éclatante à la coalition de droite menée par les Frères d'Italie (FdI), la formation post-fasciste dirigée par la femme du moment, Giorgia Meloni. Avec le soutien de l'incendiaire Ligue de Matteo Salvini et de l'immortel Forza Italia de Silvio Berlusconi, et largement favorisé par la loi électorale controversée de l'Italie, le Rosatellum, le bloc radical a sept points de plus qu'en 2018 et plus de 44 % des voix. Mais il est encore loin d'atteindre le nombre de bulletins nécessaires pour réformer la constitution, et devra pour cela conclure un pacte avec d'autres partis. 

Le bloc a été étiqueté de nombreuses façons, de l'extrême droite au post-fascisme en passant par le populisme national. Les experts ne sont pas tout à fait d'accord, mais il y a une certaine unanimité pour dire qu'elle représente une rupture historique dans la politique chaotique de l'Italie. 

La grande gagnante est Giorgia Meloni avec 26% des voix. Elle a multiplié par six le résultat obtenu lors des dernières élections, il y a quatre ans. Non seulement cela, mais elle a presque 10 points de pourcentage de plus que ses trois partenaires de coalition réunis, y compris dans l'équation le quatrième maillon de la chaîne, l'ancien ministre Maurizio Lupi, leader de Noi Moderati (Nous, les modérés). 

La victoire est sienne. C'est pourquoi, pour autant que l'octogénaire président de la République Sergio Mattarella donne son accord, comme tout semble l'indiquer, c'est elle qui devrait être choisie pour former le gouvernement et entamer la législature. Si les événements se déroulent ainsi, Meloni deviendra la première femme à présider le Conseil des ministres dans l'histoire du pays, mais aussi la première représentante politique liée au mouvement post-fasciste.

Giorgia Meloni
PHOTO/FdI  -   Giorgia Meloni, leader et fondatrice de Fratelli d'Italia, lors d'un meeting de campagne

Sur le papier, aucun dirigeant politique n'a été aussi à droite depuis le dictateur Benito Mussolini. Meloni, en fait, a justifié sa figure dans le passé. 

Avec la leader et fondatrice de Fratelli d'Italia au Palazzo Chigi, beaucoup voient l'ordre républicain construit sur les bases de l'antifascisme comme étant en danger. Dans la dernière ligne droite de sa campagne, elle a renoué avec une rhétorique plus combative, mais la ligne dans laquelle elle s'est exprimée est celle de l'endiguement plutôt que de la belligérance. Elle a considéré la victoire comme acquise, bien que les résultats aient dépassé les attentes. D'abord, parce qu'elle a toutes les cartes en main pour gouverner. Ensuite, parce qu'elle a absorbé son partenaire et principal rival, Matteo Salvini. L'effondrement du populiste dans les sondages remet en question sa direction de la Ligue, et certaines voix au sein du parti ont exigé sa démission. 

L'unité supposée du bloc de droite, une convergence hétérogène basée davantage sur le plan électoral que sur le plan idéologique - ce qui donnera lieu à de futurs désaccords -, a contrasté avec la division visible du bloc de centre-gauche. Fragmentés en une myriade de candidatures et de coalitions, les partis de ce spectre ont donné la victoire à leurs adversaires. Il y avait peu d'espoir au-delà du Parti démocratique (PD) de l'ancien Premier ministre Enrico Letta, qui semblait se contenter de ne pas subir une raclée électorale. Ils ont amélioré leurs résultats avec plus de 19 % des voix, mais les sociaux-démocrates n'ont montré aucune ambition et ont radié le parti dès la première minute. 

Letta, partisan de la poursuite des politiques de Mario Draghi, a annoncé qu'il quitterait la tête du parti après le prochain congrès. 

Le Mouvement populiste cinq étoiles (M5S), créé il y a près de dix ans par l'humoriste Beppe Grillo et actuellement soutenu par l'ancien Premier ministre Guiseppe Conte, a créé la surprise en recueillant plus de 15 % des voix. En gagnant en force dans le sud du pays et en exploitant le fort mécontentement de la région, le M5S de Conte a réussi à surmonter les divisions internes qui ont conduit à la chute du gouvernement de Draghi et à la scission menée par l'actuel ministre des affaires étrangères, Luigi di Maio, qui, soit dit en passant, n'a même pas gagné son propre siège à la tête de sa formation Engagement civique dans son attaque contre le candidat du M5S.

Enrico Letta
PHOTO/PD  -   Le Secrétaire Général du Parti Démocratique (PD) Enrico Letta

La piste se poursuit avec le "troisième pôle", la coalition de l'ancien premier ministre Matteo Renzi - considéré par beaucoup comme l'initiateur de la spirale d'instabilité politique de l'Italie - et de l'ancien ministre Carlo Calenda. Ils ont obtenu un peu moins de 8 % des voix, mais restent derrière Salvini et Berlusconi. 

Le magnat octogénaire, ami proche du président russe Vladimir Poutine comme en témoigne une récente interview télévisée dans laquelle il a justifié l'agression de la Russie en Ukraine, a été élu sénateur près de dix ans après avoir été expulsé de la chambre haute pour fraude fiscale. Il s'agira de la dernière danse du Cavaliere depuis son célèbre discours "la discesa in campo" en 1994, lorsqu'il a fait le saut dans l'arène politique. En janvier, il tente sans succès d'accéder à la présidence de la République. 

Forte abstention 

Un autre facteur clé, peut-être le plus important en termes de ramifications, a été le taux d'abstention élevé, proche de 30%, selon les données publiées par le ministère de l'Intérieur. Il s'agit du taux le plus élevé de l'histoire du pays, un fait qui reflète la lassitude généralisée de la société italienne à l'égard de sa classe politique et, pourquoi pas, du système. La victoire annoncée de Meloni et, surtout, l'absence d'alternatives solides ont fait baisser les décibels d'une campagne plutôt discrète. Les élections ont suscité plus d'attentes à l'extérieur qu'à l'intérieur. 

En chiffres, le taux de participation a dégringolé de 90,6% en 1979 à 72,9% en 2018. Cette fois, le pourcentage n'est pas supérieur à 64%. Un chiffre sombre qui a tiré la sonnette d'alarme car, en outre, les Italiens ne s'étaient pas rendus aux urnes depuis cinq ans.

Guiseppe Conte
PHOTO/M5S  -   Le visage visible du Mouvement 5 étoiles populiste, Giuseppe Conte, lors d'un meeting de campagne

Ce vote met fin à une législature turbulente qui a vu se succéder trois gouvernements. D'abord, Conte I, composé du M5S et de la Ligue. Ensuite, Conte II, composé du M5S et du PD. Enfin, le cabinet de l'ancien président de la Banque centrale européenne (BCE) et éventuel sauveur de l'euro, Mario Draghi, figure de consensus promue par le pouvoir pour diriger le pays en pleine crise pandémique. 

L'exécutif de Draghi a fait passer une série de mesures pour contenir la crise, qui s'est intensifiée après l'invasion de l'Ukraine par la Russie, et a reçu le soutien de toutes les formations politiques, à l'exception notable du FdI de Giorgia Meloni, qui a pu capitaliser sur son rôle d'opposition. Le boycott interne du M5S a fait vaciller le gouvernement d'union de Draghi, qui a fini par s'effondrer. 

Au cours de la dernière décennie, l'Italie a vu jusqu'à six premiers ministres défiler au Palazzo Chigi. Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, il y a 77 ans, jusqu'à 70 gouvernements ont été formés, un fait qui expose la forte instabilité politique qui secoue le pays transalpin. Le taux est de presque un gouvernement par an. C'est pourquoi le cabinet hypothétique de Meloni ne devrait pas durer, surtout si l'on tient compte des énormes différences entre les traditions politiques des membres de la coalition de droite. La Ligue séparatiste, le parti libéral Forza Italia et le FdI, qui a émergé des braises du MSI post-fasciste.

@silvio.berlusconi Ciao ragazzi, eccomi qua. Vi do il benvenuto sul mio canale ufficiale #Tiktok per parlare dei temi che più stanno a cuore a Forza Italia e al sottoscritto e che vi riguardano da vicino: parleremo e discuteremo del vostro #futuro Vi racconterò di come vogliamo rendere l'#Italia un Paese che possa darvi nuove opportunità e la possibilità di realizzare i vostri sogni. Ci rivediamo presto su TikTok ! #silvioberlusconi #berlusconi #elezioni #forzaitalia🇮🇹💪❤️ #politica #giovani ♬ suono originale - Silvio Berlusconi

En somme, le bloc de droite n'est pas loin d'atteindre la majorité nécessaire pour réformer la Magna Carta. Parmi les propositions de Meloni, détaillées pendant la campagne, figure celle de transformer le cadre constitutionnel de l'Italie en celui d'une république semi-présidentielle. C'est la recette pour laisser derrière soi une instabilité marquée. 

Le célèbre journaliste Ezio Mauro, du quotidien de centre-gauche La Reppublica, prédit que la Constitution sera réformée "à travers le cheval de Troie du présidentialisme, un outil parfait pour la prédication populiste qui veut l'identification entre le leader et le peuple". "L'ensemble du paysage institutionnel, avec ses équilibres délicats, devra s'adapter à la hiérarchie des pouvoirs", affirme Mauro. 

Changement de politique étrangère ? 

L'arrivée imminente de Giorgia Meloni à la présidence du Conseil des ministres en Italie promet de modifier la dynamique des alliances établies sous le gouvernement Draghi, qui a redonné à Rome un rôle prédominant sur la scène internationale. Et elle promet de le faire dans de nombreuses directions. Tout d'abord, par rapport à l'Union européenne, une institution avec laquelle Meloni a montré son scepticisme. La dirigeante conservatrice s'engage en faveur d'une Europe des nations, un concept précédemment exposé par Le Pen, Orbán ou Geert Wilders, nombre de ses partenaires européens, qui l'ont d'ailleurs félicitée pour sa victoire.

Giorgia Meloni
PHOTO/FdI  -   Giorgia Meloni, leader et fondatrice de Fratelli d'Italia, lors d'un meeting de campagne

Les relations avec Bruxelles seront convulsives, mais, au-delà de l'abandon de l'axe franco-allemand tant recherché par Draghi, avec l'alignement correspondant sur les thèses de la Hongrie ou de la Pologne, les analystes ne s'attendent pas à ce que Meloni, malgré sa nature et celle de ses partenaires, ouvre des brèches majeures au sein de l'UE-27 compte tenu du contexte géopolitique délicat. Il est pour le moins paradoxal que ce soit le parti de Berlusconi qui soit chargé de calmer les eaux de la coalition. Mais l'Italie continuera, en théorie, à soutenir l'Ukraine et dans le cadre de l'OTAN. 

Dans son autobiographie Io sono Giorgia. Le mie radici le mie idee (Je suis Giorgia. Mes racines, mes idées, Rizzoli, 2021), le visage visible de Fratelli d'Italia raconte son expérience de 10 jours "inoubliables" dans les camps algériens de Tindouf et montre sa sympathie pour la cause sahraouie. "Là-bas, j'ai compris ce que signifie aimer vraiment une terre, se sentir partie intégrante de celle-ci et décider de la défendre à tout prix", a-t-elle déclaré. C'est peut-être avec cette approche que Meloni aborde les relations de l'Italie au Maghreb.