La Fondation des Trois Cultures célèbre la Journée de commémoration de l'Holocauste

A travers une série d'événements
La Fondation Trois Cultures de la Méditerranée organise une série d'événements à l'occasion de la Journée de commémoration de l'Holocauste, fixée par l'UNESCO chaque 27 janvier

PHOTO/Fondation des Trois Cultures  -   La Fondation Trois Cultures de la Méditerranée organise une série d'événements à l'occasion de la Journée de commémoration de l'Holocauste, fixée par l'UNESCO chaque 27 janvier

Cette année encore, la Fondation des trois cultures de la Méditerranée organise une série de manifestations pour marquer la Journée de commémoration de l'Holocauste, fixée par l'UNESCO tous les 27 janvier, date à laquelle les troupes soviétiques ont libéré le camp de concentration d'Auschwitz-Birkenau en 1945. 

Parmi ces événements figure la conférence prévue sur le sujet, qui aura lieu le 28 janvier à 12 heures au siège de la Fondation à Séville. L'événement comprendra une cérémonie d'allumage de bougies à la mémoire des victimes de l'Holocauste. 

L'Holocauste a conduit à l'extermination de près des deux tiers de la population juive européenne et reste l'un des rappels les plus douloureux de l'échec de la communauté internationale à protéger cette population. 

Les activités prévues visent à faire référence à la dignité humaine et à la valeur de toutes les personnes, ainsi qu'à leur droit de vivre sans discrimination et de bénéficier d'une protection égale devant la loi, un droit inscrit dans la Déclaration universelle des droits de l'homme. 

"L'Holocauste a été le produit d'une idéologie fondée sur le racisme biologique, dont l'élément principal était la haine des Juifs. Trois générations après les événements, préserver la mémoire de l'Holocauste, c'est encore poursuivre la lutte contre l'antisémitisme qui persiste à ternir la mémoire des morts pour s'attaquer aux Juifs d'aujourd'hui. Préserver cette mémoire implique de soutenir la recherche historique et d'enseigner l'histoire de l'Holocauste et des autres génocides et crimes de masse [...]. Avec les responsables de l'éducation dans toutes les régions du monde, l'UNESCO mène ce travail au quotidien, à travers la recherche pédagogique, les activités de formation et ses chaires universitaires, dans le cadre de ses programmes d'éducation à la citoyenneté mondiale", comme l'a souligné Audrey Azoulay, directrice générale de l'UNESCO.