La France convoque une réunion virtuelle pour soutenir l'armée libanaise

Une crise économique profonde menace la stabilité du pay
Atalayar_Francia Libano Ejército

AP/HUSSEIN MALLA  -   Des soldats de l'armée libanaise se déploient du côté libanais de la frontière israélo-libanaise dans la ville méridionale de Kfar Kila, au Liban

La France organisera une réunion virtuelle des pays le 17 juin pour apporter son soutien à l'armée libanaise. Les forces armées (LAF) ont été durement touchées par la crise économique, les salaires des militaires ont chuté à un cinquième de leur valeur, les obligeant à travailler au noir.

Pendant ce temps, le Liban est sans gouvernement depuis plus de sept mois. "Le pays tout entier est en danger, le pays tout entier est le Titanic", "Si le navire coule, il ne restera plus personne", a déclaré le président du Parlement Nabih Berri.

Le mois dernier, Paris a fourni de la nourriture et des fournitures médicales au personnel militaire. La France, qui a dirigé les efforts d'aide à son ancienne colonie, a cherché à accroître la pression sur les politiciens libanais en conflit après l'échec des tentatives de les réunir pour s'entendre sur un nouveau gouvernement et lancer les réformes dont le pays a besoin.  

Atalayar_Francia Libano Ejército
PHOTO/DALATI NONHRA - Le président libanais Michel Aoun rencontre le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, qui se trouve au Liban depuis plus d'un an

L'objectif de la réunion virtuelle organisée par la France est d'encourager les dons au profit des LAF, qui, en raison de la dégradation de leurs conditions de vie, ne sont pas toujours en mesure d'accomplir pleinement leur travail, indispensable à la sécurité et à la stabilité de la nation. Les pays du Groupe international de soutien au Liban (GIS) ont été invités à la réunion, notamment les pays du Golfe, les États-Unis, la Russie, la Chine et les puissances européennes.

Les conditions désastreuses dans l'armée ont incité le commandant des forces armées, le général Joseph Aoun, à appeler ses alliés à l'aide et à avertir que la situation est intenable. Il s'est entretenu avec de hauts responsables militaires et gouvernementaux américains lors de réunions virtuelles au début du mois de mai dernier. Il s'est ensuite rendu à Paris pour rencontrer de hauts responsables de la défense et le président Emmanuel Macron, un geste rare qui reflète la gravité de la situation au Liban. 

Les FAL recevront sept patrouilleurs hauturiers, dont quatre avec l'aide de la France et trois dans le cadre de l'aide militaire américaine. Les navires français ne font pas partie de l'aide militaire de ce pays au Liban, mais seront financés par un prêt de la France conformément à la Conférence de Rome, une réunion ministérielle tenue en 2018 en Italie pour soutenir les FAL. La France devrait ouvrir une ligne de crédit de 400 millions d'euros pour permettre au gouvernement libanais d'acheter du matériel militaire français.

Atalayar_Francia Libano Ejército
AFP PHOTO / HO / ARMÉE LIBANAIS - Le commandant de l'armée libanaise, le général Joseph Aoun, recevant le chef d'état-major général de l'armée française, le général François Lecointre (G)

Au cours de l'exercice 2020, les États-Unis ont fourni 216 millions de dollars d'aide militaire combinée du département d'État et du département de la défense. Après avoir rencontré, vendredi 28 mai, l'ambassadeur Dorothy Shea, le contre-amiral Curtis Renshaw et le chef de la défense Joseph Aoun, le département d'État américain a annoncé le transfert de 120 millions de dollars de financement militaire étranger pour l'année fiscale 2021. Cette subvention militaire permettra aux FAL de disposer de systèmes de défense, de services et de formations essentiels.

L'urgence de former un gouvernement "crédible et efficace" a été réclamée à plusieurs reprises car cette crise économique menace la stabilité du pays. Le groupe a également souligné "l'urgence d'adopter des réformes économiques substantielles, crédibles et globales" pour relancer l'économie. 

Atalayar_Francia Libano Ejército
REUTERS/YARA ABI NADER - Des manifestants bloquent une route lors d'une manifestation, après que la Banque centrale du Liban a déclaré qu'elle mettrait fin aux retraits bancaires des comptes en dollars à un faible taux fixe, à Beyrouth, au Liban

Selon la Banque mondiale, cette crise économique et financière devrait se classer parmi les trois premiers épisodes de crise mondiale les plus graves depuis le milieu du 19e siècle. Depuis la fin de l'année 2019, la livre libanaise a dégringolé de 90 %, si bien que les prix se sont envolés. Cette crise représente la plus grande menace pour la stabilité depuis la guerre civile de 1975-1990.

Avec plus de la moitié de la population vivant sous le seuil de pauvreté, l'année a été marquée par plusieurs vagues de protestations. Certains manifestants ont appelé à un renouveau du mouvement de rue national de fin 2019 qui exigeait l'éviction de l'ensemble de la classe politique libanaise, largement considérée comme incompétente et corrompue. Le Liban se classe au 137e rang sur 180 pays, le 180e étant le pire, dans l'indice de perception de la corruption 2019 de Transparency International.