PUBLICIDAD

Iberdrola

La France remanie ses pièces pour contenir l'avancée sahélienne de Wagner

L'Elysée élabore une nouvelle stratégie en Afrique de l'Ouest après son expulsion du Mali
Emmanuel Macron

AFP/LUDOVIC MARIN  -   Le président français Emmanuel Macron avec le Premier ministre camerounais Joseph Dion Ngute à son arrivée à l'aéroport international de Nsimalen à Yaoundé, le 25 juillet 2022

En 2013, l'ancien président français François Hollande a déployé ses troupes pour contenir l'avancée djihadiste au Mali, qui menaçait de transformer le pays en un État failli. La célèbre opération Serval a empêché in extremis Bamako de tomber aux mains des insurgés et de déstabiliser le reste du Sahel, la frontière sud de l'Europe. Aujourd'hui, près d'une décennie plus tard, la situation n'est guère meilleure. Avec des groupes terroristes aux portes de Bamako et dispersés dans la région, la France a cessé d'être présente au Mali au détriment d'acteurs tels que le groupe Wagner lié au Kremlin, suite à la consolidation au pouvoir de la junte militaire dirigée par Assimi Goita. L'Occident a perdu une enclave clé pour contrôler la menace djihadiste

La réorganisation des forces annoncée il y a un an par Emmanuel Macron de l'Élysée, les critiques de Paris à l'égard de l'establishment militaire malien et l'exploitation par le Conseil national de transition (CNT) du sentiment anti-français croissant, né de l'absence de résultats visibles après neuf ans de présence militaire, ont fini par effilocher les relations bilatérales entre la France et le Mali, et ont conduit à l'expulsion de l'ambassadeur de France à Bamako, Joël Meyer. Tant que le colonel Goita et les dirigeants militaires resteront au pouvoir, il semble peu probable que les autorités françaises et occidentales dans leur ensemble reviennent. 

Le dernier bastion de l'opération Barkhane, qui a succédé à Serval, et les opérations militaires qui y étaient attachées, ont également quitté le Mali à la demande des autorités de Bamako. Alors que ces derniers se retirent, les mercenaires russes de Wagner débarquent. "Les nouvelles autorités, sous l'adrénaline d'un populisme et d'un panafricanisme acharnés et presque aveugles, ont commis l'erreur de repousser honteusement le partenaire historique, la France, qui maîtrise mieux le terrain et dispose de moyens suffisants pour lutter contre le terrorisme, pour promouvoir un accord avec des Caucasiens habitués au froid, qui ne maîtrisent pas le Sahel, et qui sont barbares et indisciplinés lorsqu'il s'agit de faire face au terrorisme qui ravage déjà le pays", déclare à Atalayar le consultant malien Oumalha Haïdara.

Francia Sahel
AFP/THOMAS COEX  -   Des soldats français préparent leurs véhicules blindés pour les opérations spéciales menées par la France pour la nouvelle Task Force Takuba sur la base militaire de Menaka au Mali

Au lendemain du coup d'État, Paris tente de réinventer sa stratégie et de se réinventer à l'étranger. Souvent décrit comme " l'Afghanistan de la France ", le Sahel s'est révélé un terrain peu propice à ses stratégies, critiquées pour être réduites à une vision excessivement militariste. La longue liste d'initiatives européennes et régionales promues par l'Elysée n'a pas fonctionné non plus. Haïdara explique que "les choses auraient dû se passer différemment" : "Tout d'abord, ils auraient dû gagner la confiance de la population - surtout dans les zones rurales - par des actions concrètes visant à sécuriser les personnes et leurs biens, à discipliner les soldats pour qu'ils respectent le droit humanitaire international et les droits de l'homme pendant les opérations, à revoir les accords militaires avec les différents partenaires, notamment la France, pour corriger et amender les lacunes". 

Quoi qu'il en soit, la Russie a pu exploiter ces lacunes en concluant des accords avec la junte militaire de Bamako. En septembre, Reuters a fait état d'un accord entre le gouvernement malien de transition et la société militaire privée Wagner, dirigée par l'oligarque Evgeny Prigozhin, connu sous le nom de "chef de Poutine", aux termes duquel la SMP déploierait un contingent de 1 000 mercenaires dans le pays pour former ses forces et protéger les hauts gradés de l'armée. En échange, la junte malienne a accordé à Wagner l'accès et l'exploitation de ses ressources naturelles. La nouvelle, confirmée quelques jours plus tard, a déclenché un tremblement de terre dans le Sahel. 

Quelques mois plus tôt, Macron avait réduit de moitié le nombre de soldats déployés au Mali, passant de 5 100 à environ 2 500, une décision interprétée comme un manque d'engagement. Avec Moscou sur le terrain de jeu, le président français réélu veut s'imposer dans la région et renforcer la coopération avec ses voisins. Il veut à tout prix éviter que d'autres États n'optent pour la voie malienne et ne finissent par s'attacher les services de Wagner, comme cela a été évoqué au Burkina Faso après le coup d'État mené en janvier par le lieutenant général Damiba. L'Elysée lorgne sur deux enclaves : le Tchad et le Niger.

Wagner Mali
PHOTO/ARCHIVO  -   Les mercenaires du groupe Wagner débarquent au Mali

Le Tchad a été un partenaire historique "privilégié" au cours des trois dernières décennies sous la présidence de feu Idriss Déby, tué il y a un an sur le champ de bataille, selon la version officielle de l'événement. Son fils, héritier du trône tchadien à la suite d'un semi-coup d'état, représente la continuité de son héritage. Avec N'Djamena, il n'y a pas de problème. La stratégie du Niger est devenue un modèle de réussite face à de graves problèmes régionaux. "Le Niger a la chance d'être gouverné par des autorités légitimes et ne traverse donc pas de crise politique, ce qui est favorable au contexte du pays", a déclaré Haïdara à ce journal. 

Le retrait de la force Barkhane du Mali et son arrivée au Niger seront bénéfiques pour le Niger, à condition que les autorités nigériennes profitent des leçons tirées de la présence française au Mali pour éviter que les mêmes événements ne se reproduisent dans ce pays", affirme le consultant malien. Dans une interview accordée à ce journal, l'ancien ambassadeur de France au Mali, Nicolas Normand, a reconnu que N'Djamena et Niamey étaient "les principaux partenaires" de Paris au Sahel. 

Mais la redéfinition stratégique de la France inclut d'autres enclaves pour faire face à la prolifération djihadiste : la zone autour du lac Tchad et le golfe de Guinée, les deux nouveaux points chauds de la région au-delà de la triple frontière partagée par le Burkina Faso, le Mali et le Niger. C'est dans cette optique que M. Macron a entamé sa tournée régionale en Afrique de l'Ouest il y a quinze jours, qui l'a conduit au Cameroun, au Bénin et en Guinée-Bissau. Mais la radicalisation djihadiste n'est plus la seule menace, mais aussi la présence de la Russie au Sahel, un acteur qui n'intervient pas seulement directement, mais aussi par le biais d'outils en dehors de la légalité internationale comme Wagner, qui est impliqué dans les atrocités des droits de l'homme au Mali et dans d'autres pays du continent.