La France renforcera sa mission au Sahel avec 600 militaires supplémentaires

Le détachement atteindra 5100 hommes armés
Un soldat français tient un détecteur alors qu’il recherche la présence d’un engin explosif improvisé (IED) lors de l’opération Barkhane au nord du Burkina Faso en novembre dernier

AFP/MICHELE CATTANI  -   Un soldat français tient un détecteur alors qu’il recherche la présence d’un engin explosif improvisé (IED) lors de l’opération Barkhane au nord du Burkina Faso en novembre dernier

La France augmentera son contingent militaire au Sahel de 600 soldats jusqu’à 5100 hommes en uniforme, notamment dans la zone de la triple frontière entre le Mali, le Burkina Faso et le Niger, a annoncé ce dimanche la ministre de la Défense, Florence Parly.

La décision prise par le président français Emmanuel Macron fait suite au récent sommet de Pau, au cours duquel la France et les pays du soi-disant G5 Sahel (Mali, Burkina Faso, Niger, Mauritanie et Tchad) sont convenus de corriger la stratégie antiterroriste dans la région afin d’allouer davantage de ressources et de rechercher une meilleure coordination.

Parly a expliqué dans un communiqué que les renforts français se dirigeront principalement vers la triple frontière, que les terroristes traversent relativement facilement, et une autre partie rejoindra les forces du G5 Sahel pour les accompagner dans le combat.

La ministre a rappelé que le Tchad déploierait prochainement un nouveau bataillon sur la triple frontière et que des pays européens comme la République Tchèque ont également déclaré qu’ils enverraient des militaires pour contrôler la sécurité de la bande sahélo-saharienne, tout en soulignant qu’il y aura bientôt de nouvelles annonces d’autres pays.

La France est favorable à l’extension du mandat de la mission de formation de l’Union Européenne (EUTM) et souligne que la solution à la crise au Sahel ne peut pas être seulement militaire, mais doit s’accompagner de mesures politiques, économiques et de sécurité.

« Le renforcement annoncé par le président doit nous permettre d’accentuer la pression contre Daesh dans le Grand Sahara. Nous ne laisserons pas de place à ceux qui veulent déstabiliser le Sahel », a déclaré Parly.