PUBLICIDAD

Iberdrola

"La frontière sud de l'Europe n'est pas la Méditerranée, c'est le Sahel"

L'UFV accueille pour la deuxième fois le Forum de dialogue Sahel-Europe pour aborder les défis de la région
AFP/MICHELE CATTANI  -   Un grupo de soldados del Ejército francés patrulla en el Sahel

AFP/MICHELE CATTANI  -   Un groupe de soldats de l'armée française en patrouille dans le Sahel

En Europe, une grande partie de la population a tendance à considérer l'Afrique comme un territoire lointain et étranger. Pourtant, seuls 15 kilomètres nous séparent du continent africain. Une fois cette courte distance franchie, nous nous retrouvons au Maghreb et, immédiatement après, au Sahel, l'une des régions les plus convulsives du moment. Le terrorisme, l'insécurité alimentaire et la fragilité des gouvernements régionaux sont quelques-uns des principaux défis de la région.

Mais les problèmes causés par ces défis trouvent un écho en Europe. C'est pourquoi l'UE ne doit pas négliger la région, mais plutôt en faire une priorité de sa politique étrangère. 

Afin de souligner l'importance du Sahel et de promouvoir le dialogue avec l'Europe, le Centre pour le bien commun mondial de l'Université Francisco de Vitoria (UFV) organise la 2e édition du Forum de dialogue Sahel-Europe, un événement qui réunit des diplomates, des membres des forces de sécurité, des universitaires, des journalistes et d'autres experts de la question.

sahel europa
Deuxième édition du Forum de dialogue Sahel-Europe

Javier de Cendra, doyen de la faculté de droit, d'entreprise et de gouvernement de l'UFV, et Beatriz de León Cobo, coordinatrice du Forum, étaient chargés d'ouvrir et d'accueillir les participants et les intervenants. Tous deux ont souligné la grande importance du Sahel et la nécessité pour le reste du monde de s'impliquer dans la région en vue de son développement et de sa stabilité. "Pour que le bien commun progresse, des mesures sont nécessaires au niveau local, régional, mais aussi international", a déclaré M. De Cendra, qui a également souligné le grand potentiel de la région. 

De León Cobo, pour sa part, a rappelé un point qui est parfois négligé en Europe : "le bien commun du Sahel est notre bien commun". Comme l'a expliqué le coordinateur du Forum, ce qui se passe dans l'espace africain nous concerne tous, c'est pourquoi c'est "notre problème et aussi notre opportunité"

Bien qu'il s'agisse d'une région qui présente de nombreux défis, l'expert affirme qu'il existe de nombreuses personnes engagées, ce qui est sans aucun doute "porteur d'espoir".

sahel europa
Beatriz de León Cobo, coordinatrice du Forum de Dialogue Sahel-Europe

Plus tard, dans le cadre de la session inaugurale, Emmanuel Dupuy, président de l'Institut de prospective et de sécurité européenne, a animé une table ronde avec Gonzalo Vega, de l'Agence espagnole de coopération internationale au développement (AECID) ; Djilmé Adoum, Haut représentant de la Coalition Sahel ; et Robert Dussey, ministre des Affaires étrangères du Togo. 

M. Vega a commencé par rappeler l'un des principaux problèmes auxquels est confronté le Sahel : l'insécurité alimentaire, un défi accentué par la guerre en Ukraine et le changement climatique. Atténuer les effets de cette grave situation est l'un des objectifs de l'AECID, qui a ouvert des bureaux dans plusieurs pays de la région. En fait, la reine Letizia s'est récemment rendue en Mauritanie pour voir de ses propres yeux les projets de développement du pays.

Pour l'agence espagnole, le Sahel est une zone prioritaire de coopération. Ces dernières années, l'AECID a réalisé de nombreux projets dans la région. L'organisation se concentre notamment sur des projets liés à l'agriculture, à la santé, à l'égalité des sexes, à la santé sexuelle et aux énergies renouvelables. Tous avec un seul objectif en tête : promouvoir le développement des pays et offrir des opportunités aux jeunes.

dialogo sahel europa
Emmanuel Dupuy, président du Think Tank Instituto de Prospectiva y Seguridad Europea et Gonzalo Vega, de l'Agence espagnole de coopération internationale pour le développement (AECID)

M. Adoum, pour sa part, a souligné que la relation entre l'Europe et le Sahel devait être fondée sur une "communication véritable et positive", en mettant l'accent sur les initiatives humanitaires et la lutte contre le terrorisme. 

Au Sahel, 1 personne sur 4 a besoin d'une aide humanitaire. Cependant, les prévisions ne sont pas favorables. Avec la hausse des températures, la crise alimentaire et humanitaire s'aggrave. Par conséquent, pour faire face aux défis climatiques, M. Adoum a indiqué que l'utilisation de la technologie contemporaine était un élément fondamental qui pourrait améliorer la vie des 20 millions de personnes à risque, ainsi que des 4 millions de personnes déplacées dans la région. 

En ce sens, M. Dupuy a assuré que l'Union européenne "est engagée sur le long terme". Les pays européens les plus proches de l'Afrique ne sont pas les seuls à être impliqués, des ONG de pays plus au nord, comme la Suède et la Norvège, travaillent également au Sahel

M. Dussey, ministre des affaires étrangères du Togo, n'a pas mâché ses mots : "le continent africain est à un moment critique en termes de sécurité". Le ministre togolais des Affaires étrangères a mis en avant les groupes armés et terroristes, mais il y en a d'autres.

"Aujourd'hui, la région est confrontée à diverses difficultés. L'instabilité du Sahel est une préoccupation prioritaire pour les pays membres, une insécurité qui nous concerne tous", a-t-il expliqué.

Pour cette raison, M. Dussey a appelé la communauté internationale, et en particulier l'Europe, à soutenir la stabilité du Sahel et de l'Afrique de l'Ouest. Le ministre a rappelé que le Sahel est pertinent pour le Vieux Continent, car les deux sont liés "par l'histoire et la géographie".

sahel europa
Robert Dussey, ministre des affaires étrangères du Togo
Sahel : nouveaux alliés, nouvelles influences

La conférence d'ouverture a été suivie de la première masterclass animée par Anne Savey, experte en sécurité, médiation et stabilisation au Sahel.

Le premier à prendre la parole a été le diplomate Sékou dit Gaoussou Cissé, directeur pour l'Europe au ministère malien des affaires étrangères. Cissé a une nouvelle fois souligné l'une des idées principales du forum : "parler du Sahel, c'est parler de l'Europe". "La frontière sud n'est pas la Méditerranée, c'est le Sahel", a-t-il ajouté. 

Parmi les défis de la région, le diplomate a cité la faiblesse du droit administratif et de la gouvernance. Sur ce dernier point, il a pointé du doigt les groupes terroristes Al-Qaeda et Daesh, dont l'objectif, selon Cissé, est de "délégitimer l'État"

Le terrorisme est l'une des principales menaces pour les gouvernements sahéliens, mais comment combattre ce fléau s'il n'y a pas de capacité militaire pour le faire ? M. Cissé prévient qu'ils ne disposent pas de suffisamment de munitions et d'armes et que l'UE ne les envoie pas non plus, car la législation européenne interdit la fourniture d'armes létales. "Nous avons des casques et des gilets de protection, mais nous ne pouvons pas nous battre comme ça", a-t-il déclaré.

dialogo sahel europa
Emmanuel Dupuy, Président du Think Tank Institut pour la Prospérité et la Sécurité Européenne et Sékou dit Gaoussou Cissé, Directeur pour l'Europe au Ministère des Affaires étrangères du Mali.

M. Cissé a également critiqué la politique de deux poids deux mesures de Bruxelles. "Des millions et des millions d'armements pour l'Ukraine, mais quand le Sahel les a demandés, il n'en a pas été de même", a-t-il déploré. 

C'est pour cette raison que les relations du Mali avec certains pays européens ne sont pas au beau fixe, selon M. Cissé. Et c'est dans cette situation que de nouvelles alliances apparaissent, comme la Russie, la Turquie, la Chine, l'Iran et l'Inde, des pays qui cherchent leur place dans la région. 

Malgré cela, M. Cissé souligne qu'il n'y a pas de sentiment anti-français dans le pays. Cependant, il rappelle également que Paris "ne les accompagne plus dans la lutte". "L'UE ne veut pas nous vendre d'armes, alors que faire ? 

Boubacar Haidara, professeur d'université et chercheur malien, poursuit dans cette veine. Haidara a commencé par faire allusion à la "rupture du Mali avec ses partenaires traditionnels au profit d'autres nouveaux partenaires". Pour le chercheur, cette dynamique répond à "un besoin local".

dialogo sahel europa
2ème Forum de dialogue Sahel-Europe

Haidara a pointé du doigt la menace du djihadisme - un phénomène apparu au Mali en 2012, puis qui s'est répandu dans toute la région en 2017 - et la vague de coups d'État, qui a également débuté au Mali. Selon Haidara, ce qui commence aussi dans ce pays africain, c'est un sentiment anti-français et la recherche de nouveaux alliés. Comment en est-on arrivé là ? Le professeur malien pointe du doigt "l'échec de l'intervention militaire au Mali", qui "a conduit la population à s'y opposer". 

Pour conclure, Haidara prévient que "si le nouvel allié fait mieux que l'allié traditionnel, ce sera la fin de l'influence occidentale au Sahel"

M. Dupuy, pour sa part, a souligné que l'objectif de la Russie à travers le groupe Wagner n'est autre que de "briser l'influence française dans la région". Il souligne toutefois que cette organisation, ainsi que la stratégie de la Russie sur le continent, ne constituent pas le seul mécanisme pour y parvenir. "La Turquie fait de même", a souligné M. Dupuy, citant en exemple ce qu'il a appelé la "diplomatie Bayraktar" ou l'ouverture d'ambassades turques dans la région.

dialogo sahel europa
Anne Savey, experte en sécurité, médiation et stabilisation au Sahel et Boubacar Haidara, professeur d'université et chercheur malien.
"Il est nécessaire de construire un consensus social et de lutter contre le changement climatique"

Après avoir discuté des nouveaux acteurs possibles au Sahel, c'était le tour de la société civile, un élément clé pour apporter un réel changement dans la région.

Lourdes Benavides, de l'ONG Oxfam, a déclaré que les inégalités étaient à l'origine de tous les défis du Sahel, soulignant l'écart entre les sexes. C'est pourquoi, comme l'a souligné M. Benavides, l'aide internationale doit être orientée vers la réduction de ces inégalités.

Badié Hima, directeur du NDI (National Democratic Institute) au Mali, a salué le rôle des ONG dans la région, car même dans les zones dépourvues de services sociaux de base où l'État n'est pas présent, ces organisations sont présentes. Malgré cela, les ONG ont beaucoup de mal à travailler en raison de l'insécurité.

dialogo sahel europa
Badié Hima, directeur du NDI (National Democratic Institute) au Mali

Pour Hima, les interventions militaires ne suffisent pas à relever les défis régionaux. "Il est nécessaire de construire un consensus social et de lutter contre le changement climatique", a-t-il expliqué. 

Enfin, Sylvestre Tiemtoré, coordinateur du Secrétariat permanent des ONG au Burkina Faso, a précisé qu'il faut agir face aux problèmes "avant, pendant et après". Il y a des opérations ponctuelles contre les groupes armés, mais ensuite elles se retirent et ces groupes reviennent, créant à nouveau le problème. 

Il en va de même pour les défis environnementaux et climatiques. Le Burkina Faso a perdu 19% de ses terres fertiles à cause de la déforestation au cours des dix dernières années. "Les États s'engagent à déforester mais n'ont pas de ressources", a-t-il déclaré. Dans ce contexte, Tiemtoré mentionne la Grande Muraille Verte, une initiative visant à atténuer les conséquences du changement climatique, qui aiderait certainement la situation actuelle au Sahel.

En raison des sécheresses et d'autres problèmes liés au changement climatique, 37 millions de personnes souffriront de la famine dans la région. À l'heure actuelle, les produits de première nécessité sont de plus en plus inabordables

Un autre défi auquel la région est confrontée est le taux de chômage élevé chez les jeunes. Tiemtoré propose donc de soutenir des initiatives innovantes de création d'emplois, en rappelant que le Burkina Faso et le Niger sont tous deux producteurs de coton, ce qui pourrait créer des milliers d'emplois pour les jeunes.

UE-Sahel : coopération en matière de sécurité

La première journée s'est clôturée par une masterclass sur les menaces transfrontalières : crime et terrorisme. Henri Gómez, chef des opérations EUCAP-Niger ; Hervé Flahaut, chef de mission EUCAP-Mali ; Francisco Corrales Galindo, chef des opérations GAR-SI Sahel ; et Mahamat Abakar, chef de la division défense, secrétariat exécutif du G5 Sahel, ont participé au dialogue sur cette question complexe mais intéressante.

dialogo sahel europa
Deuxième édition du Forum de dialogue Sahel-Europe

L'Europe, par le biais de ses forces de sécurité nationales, coopère avec les pays du Sahel. Par le biais de formations et de missions conjointes, ils démantèlent les réseaux de trafic d'êtres humains, d'armes et de drogue. L'objectif de ces opérations n'est autre que de faire en sorte que les différentes gendarmeries des pays du Sahel atteignent une autonomie suffisante pour travailler de manière autonome, comme l'a expliqué M. Corrales Galindo. Bakar, pour sa part, affirme que cette indépendance n'est pas encore acquise, même s'il souligne que "l'espoir est permis".