La guerre froide au XXIe siècle : la Chine et la Russie forment un front commun face aux sanctions occidentales

Les ministres des affaires étrangères respectifs, Wang Yi et Sergei Lavrov, ont accusé Washington d'ingérence et de vouloir "créer de nouvelles alliances fermées"
Atalayar_China y Rusia

 -  

Une nouvelle guerre froide dans le plus pur style du XXIe siècle se prépare. Les deux blocs sont clairement marqués. D'un côté, les États-Unis et leur fidèle allié l'Union européenne, de l'autre, la Russie et la Chine ont décidé d'unir leurs forces pour faire face aux sanctions occidentales. La nouvelle administration Biden, qui semblait offrir un horizon de calme diplomatique, n'a donné aucun répit et a provoqué un tourbillon géopolitique.

Il aura fallu moins de trois mois au président américain Joe Biden pour entrer en conflit avec deux des plus grandes puissances mondiales : la Chine et la Russie. Le premier clash entre l'administration Biden et le géant asiatique a eu lieu lors du premier sommet de haut niveau entre les diplomates des deux pays qui, dès le premier instant, s'est transformé en un échange d'accusations sans précédent.

Dès le début de la réunion, la première depuis l'arrivée de Joe Biden à la Maison Blanche, le secrétaire d'État américain, Tony Blinken, n'a pas perdu de temps pour accuser ouvertement Pékin de mener des cyberattaques et de violer les droits de la minorité musulmane de la province du Xinjiang, du peuple tibétain et des habitants de la ville de Hong Kong et de Taïwan.

Atalayar_China y Rusia

Les représentants chinois ne se sont pas non plus laissés abattre et ont répondu catégoriquement qu'"il est important que les Etats-Unis cessent de promouvoir leur démocratie dans le reste du monde", soulignant également que "les Etats-Unis ne représentent pas le monde". En outre, la Chine a évoqué le mouvement "Black Lives Matter" et les émeutes raciales qui ont eu lieu l'année dernière aux États-Unis : "De nombreuses personnes aux États-Unis ont peu confiance dans la démocratie du pays". "Nous ne croyons pas aux invasions avec recours à la force, au renversement d'autres régimes et aux massacres de personnes d'autres pays", a souligné Wang Yi, membre du Politburo du Parti communiste chinois.

Avant cette rencontre, les États-Unis avaient effectué une tournée dans plusieurs pays asiatiques, comme le Japon et la Corée du Sud, alliés habituels du pays nord-américain, afin de promouvoir la création d'un front commun contre la Chine. À cela s'ajoute l'imposition par les États-Unis de sanctions à l'encontre de 24 responsables chinois et hongkongais en raison de la répression par Pékin des libertés politiques dans la région semi-autonome chinoise.

Atalayar_Corea del Sur Estados Unidos

L'Union européenne, le Royaume-Uni, le Canada, l'Australie et la Nouvelle-Zélande se sont également joints à l'imposition de sanctions à la Chine. L'Union européenne a invoqué la violation des droits de l'homme des Ouïgours, une minorité musulmane vivant dans la région autonome du Xinjiang. Les sanctions touchent quatre hauts fonctionnaires et une entité tenus pour responsables de la violation de ces droits fondamentaux. "Les détentions arbitraires à grande échelle" sont l'une des raisons qui ont conduit l'UE à prendre cette décision.

Pékin a également exercé des représailles contre l'Union européenne et a répondu par des sanctions à l'encontre de 10 citoyens européens, dont cinq législateurs, et de quatre institutions. Elle a également convoqué l'ambassadeur de l'UE, Nicolas Chapuis, et l'ambassadeur britannique, Caroline Wilson, pour protester contre ce qu'elle considère comme des "mensonges" et des "fausses informations" sur la situation au Xinjiang.

Atalayar_China y UE

La rivalité entre la Russie et les États-Unis est historique, mais jamais un président américain n'a directement accusé le chef du Kremlin de "meurtre". Joe Biden, lors d'une interview, a répondu sans hésiter qu'il pensait que Vladimir Poutine était un meurtrier. Ce à quoi le chef du Kremlin, comme si c'était un jeu d'enfant, a répondu : "Je lui souhaite une bonne santé". L'Union européenne ne vit pas non plus son meilleur moment en ce qui concerne ses relations avec le pays russe, et a imposé des sanctions contre le Kremlin, en raison de l'emprisonnement de l'opposant russe Alexei Navalny.

Ces sanctions consistent à interdire l'entrée sur le territoire de la communauté et à geler les avoirs et les biens que possèdent dans la région quatre personnes directement liées à l'arrestation d'Alexei Navalny. Après Bruxelles, Washington a également décrété des sanctions contre la Russie pour la persécution de l'opposition, la répression de ses partisans et la violation des droits de l'homme. Elle a également ajouté l'empoisonnement dont il a été victime en août 2020, un détail que l'Union européenne n'a pas expressément mentionné.

Face à cette situation, la Chine et la Russie ont décidé d'unir leurs forces et de former un front commun contre les sanctions occidentales. Lors d'une conférence de presse conjointe dans la ville méridionale de Guilin, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, et le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, ont publié une déclaration commune appelant à un sommet des cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU pour résoudre les "problèmes communs de l'humanité". Après deux jours de réunions, et à un moment aussi agité pour la diplomatie internationale, les ministres des affaires étrangères respectifs, Wang Yi et Sergei Lavrov, ont accusé Washington d'ingérence et de vouloir "créer de nouvelles alliances fermées" semblables à celles de l'époque de la guerre froide.

Atalayar_Hunter Biden

Le ton de plus en plus dur du président américain Joe Biden à l'égard de la Russie et de la Chine pourrait également découler des soupçons qui pèsent toujours sur son fils, Hunter Biden, d'avoir fait des affaires louches en Ukraine et en Chine lorsque son père était vice-président des États-Unis pendant la présidence de Barack Obama. Hunter Biden a obtenu un poste rémunéré chez Burisma Holdings en avril 2014. Le fondateur de l'entreprise était un allié politique de Viktor Yanukovych, le président du moment en Ukraine, proche de la Russie.

Donald Trump a utilisé ces informations pendant la campagne électorale pour ternir l'image de son rival de l'époque, et a demandé à son homologue ukrainien, Vladimir Zelenski, d'ouvrir une enquête sur la famille Biden. Pour l'instant, il n'y a aucune preuve d'irrégularités.

Les tensions entre les deux blocs pourraient avoir un effet décisif sur l'Union européenne. Les désaccords avec la Chine surviennent moins de trois mois après que les deux pays ont conclu sept années de négociations par la signature d'un accord d'investissement attendu de longue date, qui pourrait être sérieusement compromis par l'imposition de sanctions au géant asiatique.

Atalayar_Borrel Lavrov

Comme pour la Russie, la pression exercée par Washington sur les gouvernements européens touche particulièrement l'Allemagne. Les États-Unis ne permettront pas le développement du gazoduc Nord Stream 2, qui transportera du gaz russe vers l'Europe. Mais Berlin refuse d'abandonner Nord Stream 2. Le ministre allemand des affaires étrangères, Heiko Maas, insiste sur le fait que le projet est une affaire privée et non politique.

L'imposition de sanctions par l'Occident a entraîné une polarisation accrue entre les différents "blocs", qui devrait continuer à s'accentuer, créant une nouvelle situation de guerre froide par le biais de guerres commerciales, de guerres technologiques et de sanctions économiques.