La guerre s'intensifie en Libye après l'attaque d'Al-Watiya

Le GNA a assuré qu'il répondrait à l'offensive contre les positions turques menée par les avions Rafale, ce qui prouverait l'implication de certains partenaires du LNA
Un hangar détruit à la base aérienne d'Al-Watiya, au sud-ouest de la capitale Tripoli, le 18 mai 2020 après sa reconquête par l'ANG

AFP/MAHMUD TURKIA  -   Un hangar détruit à la base aérienne d'Al-Watiya, au sud-ouest de la capitale Tripoli, le 18 mai 2020 après sa reconquête par le GNA

Après deux semaines de calme relatif dans la compétition libyenne, qui s'est ouverte en 2011, les combats se sont à nouveau intensifiés après qu'une force non identifiée a lancé dimanche une offensive aérienne contre la base d'Al-Watiya, où la Turquie avait récemment annoncé son intention de construire une installation militaire. La base avait été reconquise en mai par l'allié d'Ankara, le gouvernement d'unité nationale (GNA), dirigé par le Premier ministre Fayez Sarraj, une réalisation qui avait porté un coup sévère aux ambitions de la faction rivale, l'Armée de libération nationale (LNA), commandée par le maréchal Khalifa Haftar, de dominer tout le territoire du pays, dans une campagne qui a commencé en avril 2019. 

Un fonctionnaire du ministère turc de la défense a confirmé que l'attaque contre leurs positions « a endommagé certains systèmes de la base aérienne », sans donner plus de détails. Cependant, une source militaire citée dans les médias turcs a reconnu qu'ils avaient reçu « 9 frappes aériennes de précision contre les systèmes de défense aérienne turcs », qui avaient été récemment installés à Al-Watiya, dans l'une des premières phases du développement de la base militaire. Les bombardements « ont été réussis », puisqu'ils ont laissé « 3 radars complètement détruits ». Quant aux blessures, des sources consultées par Al-Arabiya ont rapporté que « des dirigeants des services de renseignement turcs ont été blessés » et qu'« ils ont été transportés par avion vers des hôpitaux à Tripoli et d'autres installations en Turquie ». Pour sa part, le journal local Libya Akhbar a rapporté la mort de six officiers turcs, dont un commandant, bien que ces rapports restent à confirmer.  

El ministro de Defensa turco Hulusi Akar a su llegada a Trípoli, Libia, el 3 de julio
AFP/TURKISH DEFENCE MINISTRY - Le ministre turc de la défense Hulusi Akar à son arrivée à Tripoli, en Libye, le 3 juillet

Quant aux raisons de l'attaque, il y a plusieurs hypothèses : d'une part, elle aurait été en réponse à la visite d'une délégation turque conduite par le ministre de la défense nationale, Hulusi Akar, et le chef d'état-major général, Yasar Guler, dans la capitale libyenne, Tripoli, ce week-end. L'objectif de ce voyage était de renforcer la coopération bilatérale avec le GNA, un cadre qui inclut les plans de la Turquie d'introduire la Libye dans son orbite d'influence une fois la guerre terminée, avec la construction de deux bases militaires ou la pénétration des entreprises de la nation eurasienne dans les secteurs stratégiques du pays nord-africain, comme l'énergie. A la fin des réunions, auxquelles le Premier ministre Fayez Sarraj a également participé, le Akar a également annoncé la création d'« équipes militaires conjointes » sur terre, sur mer et dans les airs entre les forces du GNA et l'armée turque. Le ministre, accompagné de son équipe, a également visité les troupes turques déployées sur le navire de guerre TCG - actuellement dans les eaux méditerranéennes au large des côtes libyennes - qui est devenu le centre d'opérations à Ankara pour la guerre de Libye.

Lors d'une conférence de presse tenue à la fin de sa visite à Tripoli, le ministre de la défense a revendiqué « la souveraineté turque et le retour après le retrait des ancêtres pour rester à jamais en Libye », un message choquant qui a également été accompagné d'une image controversée, car il est apparu devant les médias seul, sans la présence d'aucun représentant du GNA, et avec les deux drapeaux turc et libyen derrière lui au même niveau. 
 

El ministro de Defensa turco Hulusi Akar a su llegada a Trípoli, Libia, el 3 de julio
AFP/TURKISH DEFENCE MINISTRY - Le ministre turc de la défense Hulusi Akar à son arrivée à Tripoli, en Libye, le 3 juillet

Cela a provoqué le déclenchement de manifestations contre l'interventionnisme turc dans certains fiefs du LNA, comme Benghazi, où des centaines de Libyens sont descendus dans la rue pour protester contre les ambitions de la nation eurasienne sur son territoire, qu'ils accusent d'être un « nouveau colonisateur », selon les déclarations recueillies par la chaîne arabe RT. Des banderoles avec des caricatures du président turc Recep Tayyip Erdogan et des messages tels que «Libya is not for sale » (« La Libye n'est pas à vendre » ) ont également fait leur apparition. En outre, des affiches de soutien à l'ANL et des drapeaux de l'Égypte, l'un des principaux bastions de ce côté, ont été vus lors des manifestations. « Nous sommes contre la conquête turque et contre le GNA à Tripoli et, si Dieu le veut, nous serons victorieux », a déclaré une manifestante, Mona al-Farsi, dans une déclaration publiée par l'Associated Press.

D'autre part, la deuxième hypothèse est que l'offensive a été le résultat d'une demande du Conseil des Sages de Cyrénaïque, qui avait demandé à LNA, à laquelle ils ont apporté leur soutien, une « démonstration de force contre la Turquie le 5 juillet », selon les rapports de The Political Room. Cette théorie est soutenue par les informations publiées par l'agence Nova, qui rapporte que la salle des opérations de l'armée de l'air du commandement général du LNA à Benghazi, en Cyrénaïque, « a prétendu avoir touché les systèmes anti-aériens installés par la Turquie près de la base aérienne d'Al-Watiya ». Selon cette hypothèse, « les incursions auraient commencé à partir de la base aérienne d'Al-Jufra dans le centre-nord de la Libye, où les mercenaires avaient contrôlé les Mig-29 et les Soukhoï-24 transférés de Russie ».

Manifestación en contra de la intervención turca en Libia, en Bengasi, el 5 de julio de 2020
AFP/ABDULLAH DOMA - Manifestation contre l'intervention turque en Libye, Benghazi, 5 juillet 2020
Avion Rafale impliqué 

L'officier turc qui a reconnu les dommages causés aux installations a également accusé le LNA de l'offensive, ce qui n'a été ni confirmé ni démenti par les forces de Haftar, au-delà des informations qui ont été données à l'agence Nova et qui doivent encore être vérifiées.

Ce qui semble plus clair, c'est que des avions de chasse français de modèle Rafale, qui font partie de la flotte de l'armée égyptienne, ont été impliqués dans l'attaque, selon le média local 218 News. L'auteur de l'offensive pourrait donc être attribué au pays dirigé par Abdel Fattah al-Sisi, qui a envoyé il y a deux semaines un puissant message à la Turquie, la menaçant d'une intervention militaire directe si elle n'arrêtait pas sa progression sur le territoire libyen et, plus précisément, sur l'enclave pétrolière géostratégique de Syrte, actuellement sous le contrôle de l'ANL. Cependant, les médias locaux considèrent également que d'autres pays alliés au Haftar comme la France ou les Émirats arabes unis (EAU), qui ont également des combattants Rafale dans leurs forces armées, ont été impliqués dans l'offensive.  

Les journaux n'excluent pas non plus la possibilité que l'ANL lui-même ait pu être responsable. En fait, le général de brigade de l'armée du maréchal Khaled al-Mahjoub a déclaré lundi que « d'autres attaques similaires à celle de la base seront bientôt menées » car « nous sommes dans une véritable guerre avec la Turquie, qui a des ambitions pétrolières en Libye », a déclaré Al-Arabiya.

Un avión de combate francés Rafale en el portaaviones Charles de Gaulle, frente a la costa oriental de Chipre en el mar Mediterráneo
AFP/MARIO GODMAN - Un avion de chasse français Rafale sur le porte-avions Charles de Gaulle, au large de la côte est de Chypre, en mer Méditerranée
La réponse de la Turquie 

À peine 12 heures après que l'attaque ait été signalée, des sources locales ont informé Al-Arabiya qu'un grand nombre de troupes turques qui avaient été déployées à Al-Watiya ont commencé à quitter l'installation. Mais au vu de cette « défaite », la direction turque des communications a publié sur son compte Twitter un infographique soulignant l'importance d'Al-Jufra, où se trouve ce qui est considéré comme la plus grande base aérienne de Libye, actuellement aux mains du LNA et protégée par deux des alliés de cette dernière, la France et la Russie. « Pourquoi la base aérienne de Jufra est-elle importante ? », tel est le titre du tweet. « Il semble que le gouvernement turc vise Jufra après l'attaque de ses actifs dans Al-Watiya », déclare l'analyste Samer Al-Atrush sur le réseau social. Ce message des dirigeants turcs pourrait donner un aperçu du nouveau mouvement stratégique que la Turquie préparerait dans le conflit libyen : la conquête d'Al-Jufra, bien qu'elle ne semble pas avoir beaucoup d'options pour le moment en raison du renforcement de la présence militaire des partenaires du LNA.

Pour sa part, le GNA, un allié précieux d'Ankara, a assuré par l'intermédiaire de son vice-ministre de la Défense, Salah Al-Namroush, qu'elle « répondra » à l'offensive et que celle-ci aura lieu « au bon moment et au bon endroit », selon l'agence de presse turque Anadolu.