PUBLICIDAD

Iberdrola

La journaliste Shireen Abu Akleh tuée lors d'un raid israélien en Cisjordanie

Al Jazeera, le média pour lequel travaillait la journaliste, accuse Israël d'être responsable du meurtre. Le gouvernement israélien, quant à lui, demande une enquête et pointe du doigt les "Palestiniens armés"
Palestinos sostienen imágenes de la reportera de Al Jazeera Shireen Abu Akleh, muerta por disparos del ejército israelí durante una redada israelí, según el canal de noticias con sede en Qatar, en Nablus, en la Cisjordania ocupada por Israel, el 11 de mayo de 2022 REUTERS/RANEEN SAWAF

REUTERS/RANEEN SAWAF  -   Des femmes tiennent des photos de la journaliste d'Al Jazeera Shireen Abu Akleh, tuée lors d'un raid israélien en Cisjordanie, le 11 mai 2022.

La journaliste palestinienne d'Al Jazeera Shireen Abu Akleh a été tuée lors d'un raid de l'armée israélienne dans la ville de Jénine, au nord de la Cisjordanie. La journaliste expérimentée de 51 ans a reçu une balle dans la tête alors qu'elle couvrait les opérations des forces israéliennes dans le camp de réfugiés de la ville. Un autre journaliste palestinien, Ali al-Samudi, est hospitalisé pour des blessures par balle dans le dos. Tous deux ont été clairement identifiés comme des journalistes. Abu Akleh et al-Samudi portaient tous deux des gilets pare-balles bleus sur lesquels était inscrit le mot "PRESS". 

La chaîne qatarie Al Jazeera a accusé les "forces d'occupation israéliennes" d'avoir tué la journaliste de "sang-froid" dans un "meurtre flagrant qui viole les lois et normes internationales". "Al Jazeera tient le gouvernement israélien et les forces d'occupation pour responsables du meurtre de Shireen", a déclaré le média dans un communiqué. De même, la chaîne arabe appelle la communauté internationale à "condamner et tenir pour responsables les forces d'occupation israéliennes qui ont intentionnellement attaqué et tué Shireen", tout en s'engageant à "poursuivre légalement les auteurs et à les traduire en justice". 

Periodistas rodean el cuerpo de Shireen Abu Akleh, periodista de la cadena Al Jazeera, en la morgue del Hospital de la ciudad cisjordana de Jenin, el miércoles 11 de mayo de 2022 AP/MAJDI MOHAMMED
AP/MAJDI MOHAMMED - Des journalistes entourent le corps de Shireen Abu Akleh à Jénine, le mercredi 11 mai 2022.

Al-Samudi a déclaré depuis l'hôpital que "soudainement" les forces israéliennes ont commencé à leur tirer dessus sans leur demander de partir ou d'arrêter de filmer. "La première balle m'a touché et la deuxième a touché Shireen. Il n'y avait aucune résistance militaire palestinienne sur les lieux", a ajouté le journaliste, contredisant la version du Premier ministre israélien Naftali Bennett, qui évoque "la possibilité considérable que des Palestiniens armés, qui ont tiré sauvagement, soient ceux qui ont causé la mort malheureuse de la journaliste".

Shatha Hanaysha, une autre journaliste qui se trouvait dans la zone, dément la version israélienne, assurant à Al Jazeera qu'"il n'y a pas eu d'affrontements ni de tirs". Elle dit que lorsque les tirs ont commencé, elle et Abu Akleh ont couru se cacher dans un arbre. "J'ai atteint l'arbre avant Shireen. Elle est tombée par terre", se souvient-elle. Hanaysha affirme également qu'elle n'a pas pu la joindre car les soldats "n'ont pas cessé de tirer même après qu'elle soit tombée". "L'armée était inflexible sur le fait de tirer pour tuer", ajoute-t-elle. 

La conocida reportera palestina del canal en árabe de la cadena fue asesinada a tiros mientras cubría una redada israelí en la ciudad ocupada de Cisjordania, Jenin PHOTO/ Al Jazeera via AP
PHOTO/ Al Jazeera via AP - La célèbre reporter palestinienne a été abattue alors qu'elle couvrait un raid israélien dans la ville de Jénine.
Israël dément les accusations et demande une enquête conjointe

Le ministre israélien des Affaires étrangères, Yair Lapid, a proposé aux Palestiniens une enquête conjointe sur la "triste mort de la journaliste Shirin Abu Akleh", a-t-il écrit sur son compte Twitter. "Les journalistes doivent être protégés dans les zones de conflit et nous avons tous la responsabilité de découvrir la vérité", a-t-il ajouté. Le ministre de la Défense, Benny Gantz, a tenu des propos similaires, affirmant que les soldats israéliens "ne feront jamais de mal intentionnellement aux journalistes".

El primer ministro israelí, Naftali Bennett, a la derecha, se sienta junto al ministro de Asuntos Exteriores, Yair Lapid PHOTO/GIL COHEN via AP
PHOTO/GIL COHEN via AP - Le Premier ministre israélien Naftali Bennett, à droite, est assis à côté du ministre des Affaires étrangères Yair Lapid.

Bennett a également réaffirmé la nécessité d'une enquête pour "révéler la vérité". Entre-temps, le ministre de la Justice, Gideon Sa'ar, a déclaré dans un communiqué que "les Palestiniens ont rejeté l'offre d'Israël de mener une enquête conjointe". "Je crois qu'ils ont refusé parce qu'ils n'ont aucun intérêt à révéler la vérité", a-t-il déclaré. Ran Kochav, porte-parole des Forces de défense israéliennes (FDI), a abondé dans ce sens, déclarant à la station de radio KAN qu'Israël avait proposé aux Palestiniens d'ouvrir une enquête conjointe. "Si nous l'avons vraiment tuée, nous en assumerons la responsabilité, mais cela ne semble pas être le cas", a-t-il déclaré. 

Cependant, le ministre des Affaires civiles de l'Autorité palestinienne, Hussein al-Sheikh, a démenti sur Twitter que le gouvernement israélien ait approché l'Autorité palestinienne pour une telle enquête. Al-Sheikh a également blâmé "le gouvernement d'occupation" pour le meurtre d'Abu Akleh et a confirmé que l'Autorité palestinienne portera l'affaire devant la Cour pénale internationale

Guardias fronterizos israelíes y un soldado apuntan durante una redada en una casa en la ciudad de Rummanah, cerca de la ciudad conflictiva de Jenin en la Cisjordania ocupada, el 8 de mayo de 2022, supuestamente el hogar del palestino Subhi Imad Abu Shukair, sospechoso de llevar a cabo un ataque mortal con un hacha en la ciudad central de Elad dos días antes AFP/ JAAFAR ASHTIYEH
AFP/ JAAFAR ASHTIYEH - Des gardes-frontières israéliens et un soldat prennent pour cible lors d'un raid sur une maison dans la ville de Rummanah, près de Jénine, le 8 mai 2022. Il s'agirait du domicile du Palestinien Subhi Imad Abu Shukair, soupçonné d'avoir perpétré une attaque à la hache meurtrière dans la ville d'Elad quelques jours auparavant.

Le président palestinien Mahmoud Abbas a également condamné le meurtre de la journaliste et a imputé la responsabilité de sa mort aux forces israéliennes. "Viser Shireen, c'est viser clairement la vérité, et [Israël] veut couvrir ses crimes contre le peuple palestinien", a souligné Osama al-Qawasami, porte-parole du Fatah. "Israël veut envoyer un message aux journalistes du monde entier : le destin de quiconque veut couvrir la vérité sera d'être abattu", a-t-il ajouté. Bennett, pour sa part, a condamné ces déclarations, les qualifiant d'"accusations sans fondement".

"J'encourage une enquête approfondie sur les circonstances de sa mort et de la blessure d'au moins un autre journaliste aujourd'hui à Jénine", a écrit l'ambassadeur américain en Israël Tom Nides sur Twitter. Tor Wennesland, l'envoyé de l'ONU pour la paix au Moyen-Orient, a également demandé "une enquête immédiate et approfondie et que les responsables soient tenus responsables"

Maquinaria israelí derriba una casa palestina en el barrio árabe de Silwan, en Jerusalén oriental, el 10 de mayo de 2022. - Las autoridades israelíes arrasan con regularidad las viviendas construidas por los palestinos en sus propias tierras en Jerusalén oriental y en la Cisjordania ocupada si carecen de permisos de construcción israelíes AFP/AHMAD GHARABLI
AFP/AHMAD GHARABLI - Des engins israéliens démolissent une maison palestinienne dans le quartier arabe de Silwan à Jérusalem, le 10 mai 2022.

Ces dernières semaines, Israël a mené des raids en Cisjordanie en réponse à une série d'attaques meurtrières contre des citoyens israéliens. La ville de Jénine et en particulier son camp de réfugiés sont des sites où l'armée israélienne a mené une partie de ses opérations.

L'Association des journalistes et écrivains arabes de Madrid condamne le meurtre de Shireen Abu Akleh

L'Association des journalistes et écrivains arabes de Madrid a publié une déclaration demandant que justice soit rendue pour la mort du journaliste palestinien. Vous trouverez ci-dessous le communiqué de presse:

L'Association des journalistes et écrivains arabes de Madrid dénonce le meurtre, perpétré par l'armée israélienne, de la journaliste palestinienne Shereen Abu Akleh, reportrice pour Al-Jazeera à Jénine (Cisjordanie), qui a eu lieu aux premières heures du 11 mai 2022 alors qu'elle faisait un reportage sur l'opération militaire à Jénine.

Le lâche assassinat d'Akleh a choqué la société palestinienne et le monde des médias. Cette tragédie nous rappelle le meurtre du correspondant d'Al-Jazeera, Tareq Ayoub, et du journaliste espagnol Jose Couso, tous deux aux mains de l'armée américaine à Bagdad en 2003.

Nous exigeons la fin de l'impunité pour les crimes commis par l'armée et les gouvernements, en l'occurrence le gouvernement israélien, contre les journalistes et les civils palestiniens. Nous voulons la justice.

La violence contre les journalistes compromet les droits à la vie et à la liberté de pensée et d'expression, qu'il s'agisse des professionnels de l'information ou de la société dans son ensemble. Nous demandons la fin des agressions contre la presse et les journalistes.

Nous demandons à la communauté internationale de prêter une attention immédiate à cette grave situation qui frappe le journalisme. Avec Shereen Abu Akleh, plus de 47 journalistes palestiniens ont été tués en Palestine depuis 2000, selon les syndicats de journalistes palestiniens.

Ce crime qualifié de crime de guerre par le droit international humanitaire confirme le caractère criminel des forces d'occupation sionistes.

Ce crime ne doit pas passer inaperçu. Il faut que la communauté internationale agisse pour que les auteurs de ce crime soient jugés comme des criminels de guerre.

Nous appelons la presse mondiale à condamner sans équivoque un tel crime ignoble et horrible contre cette journaliste expérimentée.