La Libye appelle à la "confiance" dans les élections de décembre et à la "fin de l'intervention étrangère".

La ministre libyenne des affaires étrangères appelle à l'unité, la souveraineté et l'indépendance de son pays
naila-al-mangoush-ministra-asuntos-exteriores-libia

AFP/MAHMUD TURKIA  -   La ministre libyenne des affaires étrangères du gouvernement d'union nationale de transition (GNU), Najla al-Mangoush

Des mois de travail acharné voient se profiler à l'horizon l'objectif dont ils rêvaient depuis longtemps. Dès l'instant où les Nations unies se sont pleinement immergées dans la situation en Libye, la date du 24 décembre 2021 a été marquée en rouge sur le calendrier de toute la population. Deux mois seulement pour que la transition vers la démocratie franchisse l'étape fondamentale qui couronnera un processus long et complexe qui rencontre encore des complications. L'application pleinement effective du cessez-le-feu approuvé le 8 octobre, ainsi que la mise en œuvre de l'initiative de stabilisation libyenne, sont les deux principales questions à régler avant les élections.

libia-primer-ministro-dbeibe
AP/HAZEM AHMED - Le premier ministre intérimaire libyen, Abdul Hamid Dbeibé, a été nommé à la tête du gouvernement.

La conférence de stabilisation de la Libye a réuni un grand nombre de personnalités qui ont joué un rôle déterminant dans le processus de transition. Le Premier ministre intérimaire du gouvernement d'unité nationale de transition, Abdul Hamid Dbeibé, a présidé la réunion avec la Secrétaire générale adjointe des Nations Unies pour les affaires politiques, Rosemary DiCarlo. L'événement a été suivi par des chefs d'État diplomatiques de France, d'Italie, d'Égypte, du Koweït et d'Espagne - avec la présence du ministre des affaires étrangères, José Manuel Albares - entre autres. Yael Lempert, secrétaire d'État adjointe américaine pour le Moyen-Orient, était également présente.

Bien que l'optimisme règne au sein du gouvernement de transition, certains problèmes doivent être résolus pour que les élections prévues le 24 décembre soient sûres et transparentes. Le principal obstacle est le différend sur la question de savoir si toute personne ayant occupé un poste militaire ou politique sera autorisée à se porter candidate aux élections, à condition qu'elle ait quitté son poste au moins trois mois auparavant. Cette question est vitale car elle permettrait à Khalifa Haftar de se présenter aux élections après avoir quitté ses fonctions il y a trois mois, précisément en vue de sa candidature.

jalifa-haftar-ejército-nacional-libia
REUTERS/COSTAS BALTAS - Le maréchal libyen Khalifa Haftar

Ce qui est clair dans toutes les positions, c'est le retrait des troupes étrangères déployées sur le territoire libyen. Les troupes étrangères et les mercenaires doivent quitter le pays le plus rapidement possible afin d'assurer la sécurité de la population et de faciliter la transition démocratique. La ministre libyenne des affaires étrangères, Najla al Mangoush, a clairement indiqué que "les politiques de dissuasion doivent être appliquées à ceux qui cherchent à intervenir dans la souveraineté d'un autre État" car, selon elle, "il n'y a pas d'autre voie que le respect total du principe de non-ingérence". À cette fin, le cessez-le-feu convenu il y a quinze jours doit être effectivement appliqué et les pays qui ont des troupes en Libye doivent faire leur part pour les retirer.

mercenarios-libia
PHOTO/FILE - Milices libyennes

En raison des différents fronts encore ouverts, Mohamad al-Menfi, chef du Conseil présidentiel intérimaire, n'est pas totalement sûr que les élections puissent avoir lieu à la date prévue. Dans une déclaration à la presse locale libyenne, il s'est dit favorable à un report du jour des élections jusqu'à ce que le pays soit véritablement uni et que l'ingérence de certains pays étrangers prenne complètement fin. Toutefois, le Premier ministre Dbeibé a réaffirmé que l'intention du gouvernement était de poursuivre le processus et de tenir les élections la veille de Noël.

"Nous soutenons les efforts du Haut comité électoral pour faire en sorte que (les élections) aient lieu à la date prévue. J'appelle tous les Libyens à participer largement et activement", a déclaré Abdul Hamid Dbeibé à l'approche des élections du 24 décembre. Assurer la résolution de la transition est une tâche de la plus haute importance pour tous les pays, y compris l'Espagne. Le ministre des Affaires étrangères, José Manuel Albares, a déclaré que "la Libye est un pays fondamental pour le contrôle des flux migratoires en Méditerranée, pour la stabilité de la région, tant en Méditerranée qu'au Sahel, et elle possède les plus grandes réserves d'hydrocarbures de la région".

ministro-exteriores-jose-manuel-albares
José Manuel Albares, ministre espagnol des Affaires étrangères, de l'Union européenne et de la Coopération, à Islamabad (Pakistan)

Il estime également que "l'Espagne est un pays qui a une voix globale et qui doit être entendu dans toutes les crises", et que par conséquent, la garantie d'un processus électoral libre et transparent est également la responsabilité de tous les pays qui travaillent à la transition en Libye, considérée comme "un pays fondamental pour la sécurité, la stabilité et le développement économique de toute la Méditerranée et un pays clé pour l'Espagne et les Espagnols". La dernière ligne droite avant les élections est essentielle pour que la Libye puisse, une fois pour toutes, franchir le pas définitif qui la mènera à devenir le pays démocratique auquel elle aspire depuis longtemps.