PUBLICIDAD

Iberdrola

La Libye et la paix qui ne se concrétise jamais

Le commandant en chef de l'armée libyenne a discuté lundi avec le président sud-africain Cyril Ramaphosa de l' « ingérence négative » de la Turquie dans les affaires intérieures de la nation nord-africaine
Le maréchal libyen Khalifa Haftar

REUTERS/COSTAS BALTAS  -   Le maréchal libyen Khalifa Haftar

Le conflit interne en Libye se poursuit et aucune solution à court terme n'est en vue. La différence de positions entre l'Armée nationale libyenne (LNA) et le Gouvernement d'entente nationale (GNA) a ouvert un fossé dont bénéficient principalement les autres puissances étrangères. Les accords et les négociations pour trouver une solution pacifique à ce conflit n'ont pas cessé ces dernières semaines. Le dernier en date - entre le commandant en chef du LNA, le maréchal Khalifa Haftar et le président sud-africain Cyril Ramaphosa - a eu lieu lundi. Les deux dirigeants y ont discuté de « l'ingérence négative » d'Ankara dans les affaires intérieures de la Libye.  

Haftar et Ramaphosa, l'actuel président de l'Union africaine, ont également critiqué l'envoi par la Turquie de milliers de mercenaires du nord de la Syrie. « Cette situation menace la région et alimente l'extrémisme et le terrorisme », ont-ils déclaré dans des déclarations reprises par Al Ain.  « Nous continuerons à nous battre », a déclaré le représentant du LNA au plus haut niveau. Lors de cette conversation téléphonique, Haftar et Ramaphosa ont discuté du rôle de l'Union africaine dans le parrainage du processus politique et ont conclu que pour parvenir à la paix dans la nation nord-africaine et sur le continent en général, il est nécessaire de miser sur le « dialogue intra-libyen ».   

Le président de l'UA s'est adressé à Haftar quelques heures seulement après avoir demandé au président égyptien de « faire le point sur les derniers développements liés au conflit libyen ». Selon Al Ain, les deux présidents ont échangé leurs points de vue sur la manière de mener les négociations dans le cadre de l'accord de Berlin et de l'initiative de la déclaration du Caire. Cette nouvelle feuille de route élaborée par les deux dirigeants vise à « saper les dangers du terrorisme, des milices armées et des interférences extérieures qui menacent la sécurité et la stabilité de la région ».  

El presidente del Consejo de Diputados Libio Aguila Saleh
PHOTO/REUTERS - La présidente du Conseil des députés libyens, Aguila Saleh

D'autre part, le président de la Chambre des représentants libyenne, Aguila Saleh, est arrivé ce dimanche au Maroc, pour consulter les présidents des deux chambres du Parlement sur son initiative de sortie de crise en Libye. L'agence de presse du Royaume Alaouite a indiqué que le leader libyen a été reçu par son homologue marocain, Habib El Malki et l'ambassadeur libyen au Maroc, Abdelmajid Saif Al-Nassr. 

Pendant ce temps, Ankara a continué à transférer des mercenaires syriens en Libye pour gonfler les rangs du GNA. Le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'homme a rapporté que la nation eurasienne a envoyé plus de 400 mercenaires en Libye la semaine dernière et que 250 autres sont retournés en Syrie pendant la même période, ce qui porte le nombre total de mercenaires syriens envoyés en Libye à 16 500.  Ces dernières semaines, les spéculations selon lesquelles Ankara pourrait remplacer les mercenaires syriens qu'elle envoie dans la nation nord-africaine par des personnes d'autres nationalités telles que la Somalie ou le Yémen n'ont fait que croître.  

Ahmed al-Mismari, porte-parole de l'armée nationale libyenne (LNA) a déclaré dans une interview avec Sky News Arabia qu'Ankara « a profité du cessez-le-feu pour envoyer plus de mercenaires et d'armes passées en contrebande par des navires commerciaux.  En ce sens, il a critiqué la Turquie et le Qatar pour « ne pas vouloir trouver de solution pour mettre fin à la crise libyenne ». Dans la même interview, Al Mismari a accusé le pays dirigé par Erdogan d'utiliser des chars américains et des systèmes de missiles Hawk sur le sol libyen, et a averti que le LNA fera tout ce qui est nécessaire pour « libérer la Libye du colonialisme et des milices turques ».  « La première condition pour un cessez-le-feu définitif est le retrait complet de la Turquie de la Libye », a-t-il souligné.  

Les négociations pour trouver une solution pacifique au conflit se poursuivent sans cesse, tandis que la guerre entre le GNA et le LNA s'intensifie.  Dans cette spirale d'instabilité, le LNA est soutenue par la Jordanie, l'Arabie Saoudite, l'Egypte, les Emirats Arabes Unis, le Soudan et la Russie ; tandis que le gouvernement de Tripoli, soutenu par les Frères musulmans et l'Italie et reconnu internationalement par les Nations Unies, reçoit une aide militaire de la Turquie et du Qatar.

AFP/MAHMAUD TURKIA - Combatientes leales al Acuerdo Nacional del Gobierno en la zona de Abu Qurain, a medio camino entre la capital Trípoli y la segunda ciudad de Libia, Bengasi, contra las fuerzas leales al Jalifa Haftar, que tiene su base en el este de Bengasi, el 20 de julio de 2020
AFP/MAHMAUD TURKIA - Combattants fidèles à l'accord national du gouvernement dans la région d'Abu Qurain, à mi-chemin entre la capitale Tripoli et la deuxième ville de Libye, Benghazi, contre les forces fidèles à Khalifa Haftar, qui est basée à l'est de Benghazi, le 20 juillet 2020

Le contrôle des ressources a transformé le conflit qui fait rage dans la région en une guerre ouverte pour savoir qui prend le contrôle de l'or noir tant convoité. Washington a menacé de sanctions contre les alliés de Moscou au Moyen-Orient, une région énergétique clé, selon le Wall Street Journal, qui a rapporté que le Haftar pourrait être affecté par de telles mesures.  

Pendant ce temps, l'agence des Nations Unies pour les réfugiés, l´UNHCR, est préoccupée par la situation dramatique de plusieurs centaines de familles libyennes. Cette semaine, cette institution a exprimé ses plus sincères condoléances pour la mort d'un jeune demandeur d'asile érythréen à Tripoli et a critiqué la détérioration des conditions de vie des milliers de migrants vivant dans cette nation d'Afrique du Nord. « Nous appelons la communauté internationale à soutenir davantage les autorités dans leur lutte contre les réseaux de traite des êtres humains », ont-ils déclaré dans un communiqué officiel.