La Libye perd 92 % des revenus du pétrole et du gaz d'ici 2020 

La production de l'OPEP a augmenté en décembre grâce au pays d'Afrique du Nord 
Sede de la empresa estatal de energía de Libia, la Corporación Nacional del Petróleo (NOC), se ve en Trípoli

REUTERS/ISMAIL ZITOUNY   -   Le siège de la société nationale libyenne de l'énergie, la National Oil Corporation (NOC), se trouve à Tripoli.

Près de dix ans après la chute de Mouammar Kadhafi, la Libye reste divisée entre des puissances rivales, avec des ingérences étrangères : le gouvernement d'unité nationale (GUN), reconnu par l'ONU, basé à Tripoli, et le camp du maréchal Khalifa Haftar à l'est. 

La Libye possède les réserves de pétrole brut les plus abondantes d'Afrique, avec quelque 41,5 milliards de barils, mais avec l'instabilité politique qui règne dans le pays depuis près d'une décennie. Le rebond reste fragile et l'or noir est au centre des enjeux économiques et politiques. 

La production des membres de l'OPEP a de nouveau été stimulée en décembre par le pétrole libyen qui, après avoir subi le chaos local, se rétablit après le cessez-le-feu signé en octobre. 

Après des années de chaos, le secteur pétrolier du pays continue de se redresser grâce au cessez-le-feu permanent signé en octobre entre les deux autorités qui se disputent le contrôle du pays. 

En conséquence, la production libyenne avait plus que doublé en novembre. Le niveau actuel contraste fortement avec ceux atteints avant le cessez-le-feu : la production moyenne n'était que de 121 000 barils par jour au troisième trimestre 2020, soit dix fois moins qu'aujourd'hui. 

En outre, la production libyenne a augmenté de 136 000 bpj pour atteindre 1,224 million de bpj en décembre, après avoir doublé en novembre. Avant le cessez-le-feu, la production n'était que de 121 000 bpj au troisième trimestre 2020, soit dix fois moins que le niveau actuel. 

Mais il reste inférieur au niveau d'avant la chute du régime de Mouammar Kadhafi, lorsque la Libye produisait entre 1,5 et 1,6 million de b/j, a déclaré à l'AFP Francis Perrin, directeur de recherche à l'Institut des relations stratégiques et internationales. 

À cette époque, l'économie libyenne dépendait à près de 90 % de l'industrie. C'est presque un miracle que le secteur pétrolier fonctionne encore malgré l'infrastructure délabrée, endommagée par la guerre, la négligence ou le sabotage. 

La National Oil Company (NOC), basée à Tripoli, la seule société autorisée à commercialiser du brut libyen, a annoncé en octobre qu'elle avait levé l'état de force majeure - qui l'exonère de toute responsabilité en cas de rupture de contrat - dans le dernier champ bloqué. 

Il y a un an, les forces pro-Haftar ont bloqué la production et les exportations dans des champs et des terminaux clés pour exiger une part plus équitable des revenus, gérés par Tripoli. 

Mais l'échec de leur offensive sur la capitale au milieu des années 20 a convaincu Khalifa Haftar de renoncer à ce moyen de pression. Cependant, l'impasse de huit mois a entraîné des pertes de près de 10 milliards de dollars, selon le CNO. 

Le 3 janvier, la banque centrale libyenne a commencé à appliquer un nouveau taux de change de 4,48 dinars libyens par rapport au dollar américain, après que les autorités de l'ouest et de l'est du pays aient conclu un accord à ce sujet en décembre dernier, rapprochant le taux de change de sa valeur sur le marché noir, où le dollar officiel était d'environ 1,4 dinars avant cette évolution. 

La Libye, coupée du marché depuis janvier, voit sa production et ses exportations se redresser peu à peu, bien que le marché soit déjà déficitaire et que chaque nouveau baril augmente de moitié la différence avec la demande. 

Les statistiques officielles ont montré que les revenus pétroliers et gaziers de la Libye ont chuté de 92 % l'année dernière, car un blocus de plusieurs mois des installations pétrolières a entraîné la suspension de la plupart des opérations d'exportation. 

Dans ce pays riche en pétrole, la production et l'exportation de brut sont sous la responsabilité de la National Oil Corporation (NOC), basée à Tripoli, qui n'est pas d'accord avec les estimations de revenus de la banque centrale. 

PHOTO/REUTERS -La Banque centrale de Libye à Benghazi 
PHOTO/REUTERS -La Banque centrale de Libye à Benghazi 
L'incertitude économique de la production mondiale 

Le prix du pétrole a subi un effondrement historique cette année. Bien que le prix soit resté proche de 51 dollars le baril au cours du mois de décembre, l'année a été volatile. En avril, le pétrole brut américain a fini par être négatif et le Brent est tombé en dessous de 20 dollars le baril. La pandémie COVID-19 et la guerre des prix entre les géants pétroliers que sont l'Arabie Saoudite et la Russie ont servi de catalyseur à un déclin historique.  

Cette année, la consommation de pétrole sera de 9,5 millions de barils par jour (mbj), soit 9,5 %, par rapport à 2019, soit 400 000 barils par jour de plus qu'il y a un mois, ce qui porte la consommation quotidienne totale prévue à 90,2 mbj. Ces calculs sont inclus dans le rapport sur le marché du pétrole brut que l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) diffuse chaque mois et qui collecte des données à partir du mois d'août. 

Le mois dernier, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) a déjà abaissé ses prévisions de consommation de 100 000 bd, si bien qu'au cours des deux derniers mois, l'organisation basée à Vienne a aggravé les prévisions de consommation de pétrole d'un demi-million de barils par jour. Pour 2021, la demande mondiale prévue a également été réduite d'environ 400 000 barils, et devrait augmenter de 6,6 mbj, la consommation mondiale s'établissant à 96,9 mbj. 

L'OPEP a averti que de nouvelles souches plus contagieuses de COVID, la hausse des infections et la lenteur du processus de vaccination pourraient freiner la reprise économique et la demande mondiale de brut au moins au premier trimestre 2021. 

Une reprise partielle est prévue pour 2021 par rapport à la baisse de 5,9 mbj de l'année précédente, ce qui équivaut à 6,5 %, soit le même chiffre que le mois précédent, bien que l'OPEP estime que des nuages économiques persistent au début de 2021. 

La demande de combustibles fossiles pourrait rester plus faible dans les années à venir, même après la pandémie. Les pays tentent de limiter les émissions pour freiner le changement climatique et entamer la transition vers les énergies renouvelables. 

Selon les experts, il sera difficile pour le canon d'obtenir une traction ascendante en 2021. La demande continue d'être freinée par COVID-19 malgré l'optimisme croissant à l'égard des vaccins.