La ligne de Sète entre la France et le Maroc est temporairement supprimée

Depuis plusieurs jours, plusieurs Marocains résidant en Europe sont bloqués à Sète sans aucune information sur leur voyage avec Intershipping
AFP/MARCOS MORENO  -   Ferrys con destino a Ceuta y Tánger en el puerto de Algeciras

 -  

La décision du Gouvernement marocain de suspendre l'Opération Traversée du Détroit, en plus d'être un coup dur pour le sud de la péninsule, largement alimenté par le flux de voyageurs pendant la saison estivale, a également porté un coup aux milliers de migrants marocains qui prévoyaient de rentrer dans leur pays pour la saison estivale. Le Gouvernement marocain, confronté à un mécontentement généralisé, a procédé à l'ouverture de certaines lignes maritimes à partir des ports de Marseille (France) et de Gênes (Italie), en plus de la ligne entre Sète (France) et Nador (nord-est du Maroc). Le pays d'Afrique du Nord fait valoir qu'il s'agit d'une décision purement sanitaire.

Cependant, au milieu de l'Opération Traversée du Détroit, les autorités françaises ont décidé, par mesure de précaution, de suspendre les voyages avec la société Intershipping chargée de gérer l'Opération Marhaba. Le navire d'Intershipping, qui devait quitter le port français de Sète, a été bloqué par les autorités françaises en raison du non-paiement des redevances de carburant dues par la société. En outre, la compagnie a réduit le nombre de billets qu'elle avait initialement proposés, ce qui a suscité la colère de nombreux clients, même s'ils avaient déjà payé leurs billets, laissant des centaines de citoyens belges, français et même espagnols bloqués dans le port de Sète, sans grande aide de la part de la compagnie maritime ou des autorités portuaires françaises.
AFP/MARCOS MORENO  -   Ferrys con destino a Ceuta y Tánger en el puerto de Algeciras

Cette voie maritime aurait servi d'alternative aux lignes que le Maroc avait avec les ports espagnols, mais depuis une douzaine de jours, les familles qui voulaient rejoindre le Maroc sur les ferries Intershipping, pour y passer leurs vacances et la fête de l'Agneau prévue le 21 juillet, n'ont aucune possibilité d'embarquer depuis le port de Sète. Certains ont dormi sur le port ou dans leur voiture, dans l'espoir d'obtenir des réponses et des solutions de la part de la compagnie marocaine à bas prix. Sans aucune information de la part des agences, plusieurs familles sont toujours bloquées. D'autres ont effectué leurs achats sur la plateforme, mais ont reçu une annulation et un remboursement. Cependant, un autre groupe de voyageurs a acheté des billets, mais ne sait pas encore si les dates sont maintenues ou quand les voyages reprendront.

L'Opération Traversée du détroit, connue au Maroc sous le nom de Marhaba, a été conçue en 1987. Elle commence généralement à la mi-juin et se termine en septembre, mais elle nécessite plusieurs mois de coordination préalable entre plusieurs pays. L'Opération Traversée du Détroit représente le plus grand mouvement de citoyens et de véhicules entre deux continents, l'Europe et l'Afrique, entre les mois de juin et septembre et nécessite une structure organisée et opérationnelle; un Plan de flotte adapté aux besoins; le dimensionnement de l'offre et des capacités portuaires; des dispositions de sécurité; des services sociaux et sanitaires; des aires de repos, des systèmes d'information, de sécurité routière et d'information.

AFP/MARCOS MORENO - Automóviles, esperan para embarcar en los ferris con destino a Ceuta y Tánger en el puerto de Algeciras
AFP/MARCOS MORENO - Des voitures, attendant d'embarquer sur les ferries pour Ceuta et Tanger dans le port d'Algeciras.

Le Gouvernement marocain prévoit que la capacité totale de ces lignes sera d'environ 48 000 passagers et plus de 15 000 véhicules par semaine. Cela représente un total d'environ 650 000 passagers et 180 000 véhicules entre le 15 juin et le 15 septembre. En outre, afin de réduire le coût de ces voyages en bateau, le gouvernement a imposé aux compagnies maritimes des "prix de référence" de 995 euros pour une famille de quatre personnes pour les voyages aller-retour de longue distance et de 450 euros pour les voyages de moyenne distance.

Le Maroc a pris des mesures préventives très drastiques depuis le début de la pandémie. Mais la crise sanitaire dans ce pays de 36 millions d'habitants a évolué très favorablement ces derniers mois et le gouvernement a décidé d'assouplir les restrictions. Au total, 9,1 millions de personnes ont été vaccinées, dont 5,8 millions ont déjà reçu leur deuxième dose. Le Maroc exige actuellement que les passagers présentent une PCR négative avant l'embarquement et qu'ils subissent également un autre test à bord, ce qui signifie que les navires couvrant ces itinéraires doivent être équipés de laboratoires pouvant effectuer des tests PCR.

AFP/MARCOS MORENO  -   Ferrys con destino a Ceuta y Tánger en el puerto de Algeciras
AFP/MARCOS MORENO  -    Ferries pour Ceuta et Tanger au port d'Algeciras

L'Opération Marhaba de cette année sera particulièrement difficile en raison de la pandémie de coronavirus, notamment la nouvelle variante Delta qui se propage en Europe. Le Maroc a imposé des mesures sanitaires strictes qui toucheront tous les citoyens se rendant dans le Royaume cet été. Rabat a créé une classification au sein des pays : liste A et liste B. Les personnes provenant de la première liste devront présenter un certificat de vaccination ou un test PCR négatif, tandis que les citoyens arrivant de la liste B devront subir une quarantaine de 10 jours et présenter un test PCR négatif. Les autorités sanitaires marocaines ont de nouveau mis en garde contre une "nouvelle détérioration" si les citoyens ne respectent pas les mesures imposées.