La Ligue arabe appelle à des efforts accrus pour un Moyen-Orient exempt d'armes nucléaires

La Ligue arabe a salué vendredi l'entrée en vigueur du Traité sur l'interdiction des armes nucléaires
Fotografía de archivo de una reunión del Consejo de Seguridad sobre la situación en Siria, 28 de febrero de 2020

PHOTO/ONU/LOEY FELIPE  -   Dossier photo d'une réunion du Conseil de sécurité sur la situation en Syrie, 28 février 2020. 

La Ligue arabe a salué vendredi l'entrée en vigueur du Traité sur l'interdiction des armes nucléaires et a appelé à l'intensification des efforts internationaux pour faire du Moyen-Orient une zone exempte de telles armes, dont elle a imputé le retard à l'"intransigeance" d'Israël. 

"Il est temps d'intensifier les efforts internationaux pour faire de la zone exempte d'armes nucléaires au Moyen-Orient", a déclaré le secrétaire général de la Ligue, Ahmed Abulgueit, selon un communiqué publié par cet organisme. 

Il s'y félicite de l'entrée en vigueur officielle du traité d'interdiction, qui a eu lieu ce vendredi après sa ratification par cinquante pays. 

Bien qu'aucun pays de la région ne l'ait signé, M. Abulgueit a déclaré que "les pays arabes ont soutenu les efforts internationaux durant le processus de négociation de cet accord, malgré le boycott par Israël de ce voyage dans le cadre de sa politique de désarmement nucléaire. 

PHOTO/DALATI&NOHRA - Ahmed Aboul Gheit, Secrétaire général de la Ligue arabe 
PHOTO/DALATI&NOHRA - Ahmed Abulgueit, Secrétaire général de la Ligue arabe 

Il a ajouté que l'intérêt international pour l'adhésion de plus de nations au TNP "ne signifie en aucun cas que les pays arabes accepteront des retards supplémentaires dans la réalisation de l'universalité du TNP au Moyen-Orient en raison de l'intransigeance d'Israël à y adhérer". 

Le traité sur l'interdiction des armes nucléaires est un accord multilatéral de désarmement nucléaire par lequel les pays s'engagent à ne pas développer, acquérir, stocker, utiliser ou menacer d'utiliser des armes nucléaires, alors que le traité de non-prolifération nucléaire de 1968 se contentait de restreindre leur possession. 

Israël est l'un des cinq seuls pays (avec l'Inde, le Pakistan, la Corée du Nord et le Soudan du Sud) à ne pas avoir signé ce dernier et est largement considéré comme le seul pays du Moyen-Orient à posséder des armes nucléaires, bien qu'il ne l'ait jamais reconnu. 

Le fait qu'Israël se joigne à l'accord et accepte de soumettre ses installations nucléaires au système de garanties de l'Agence internationale de l'énergie atomique "est une demande internationale et non arabe, comme certains le prétendent", a déclaré M. Abulgueit.