La maîtrise du renouveau : le nouveau samouraï  

La nouvelle structure des affiliés d'Al-Qaïda a été soutenue par une idéologie communautaire qui s'est avérée être une manière fructueuse de réaliser sa grande capacité d'adaptation 
La maestría de la renovación: los nuevos samuráis 

 -  

Le 11 septembre marque une avancée dans l'organisation d'Al-Qaïda.  

Al-Qaida a montré sa capacité de renouvellement ; le changement pour le changement n'est pas une innovation. En modifiant la structure, la stratégie et la philosophie, mais en conservant les mêmes tactiques, l'organisation a trouvé le point d'équilibre parfait qui lui permettra de continuer à progresser. Un tel point d'équilibre reflète très clairement un parallèle entre la nouvelle Al-Qaida et la culture des samouraïs du Japon féodal, éradiquée après plus de 700 ans d'histoire, qui tend à se répéter.  

Nouvelle structure : les filiales    

Le 11 septembre a été un tournant à partir duquel l'organisation a fait preuve d'une grande capacité d'adaptation qui lui a permis de se positionner comme la pointe de flèche du mouvement djihadiste mondial. L'"organisation" d'Al-Qaida dans les États antérieurs à cette date a été regroupée et coordonnée pour atteindre les objectifs fixés.  Le modèle était pyramidal, hiérarchique et vertical ; il dérivait donc en un réseau de branches.  

La division et la spécialisation de ses composantes exigeaient une stricte répartition des opérations, alors qu'au niveau stratégique, c'était une structure centralisée, au niveau tactique, elle était plus disjointe. Il s'agissait d'un groupe d'individus à l'autonomie conditionnée et aux caractéristiques très marquées1 qui constituaient une structure subordonnée en vue d'atteindre certains objectifs.  

Diagrama 1. Estructura jerarquizada de Al-Qaeda antes del 11 S.

Après la catastrophe du World Trade Center, le réseau djihadiste mondial s'est désintégré et les réseaux de branches subordonnées ont été éliminés. Les filiales apparaissent comme une identité indépendante de l'organisation mère, bien qu'elles continuent à apparaître comme une extension de celle-ci dans les différents territoires. Les filiales agissent pour leur propre compte et à leurs propres risques, mais elles prennent en considération les règles de l'organisation centrale. Ils sont constitués d'un ensemble d'individus et de groupes indépendants sur le plan opérationnel et partageant une idéologie commune2.   

En revanche, dans la modalité précédente, ils ont acquis un caractère secondaire par rapport à une organisation mère. Pour cette raison, et étant une division de degré, ils ont exercé différentes activités dont la spécialisation a permis une répartition fonctionnelle. Les branches étaient dépendantes, il s'agissait donc d'une relation de subordination puisqu'elles n'avaient de sens qu'en liaison avec l'organisation mère.  

La structure centralisée et hiérarchique disparaît pour laisser place à une organisation composée de trois sous-systèmes cloisonnés, plus ou moins indépendants. Le nouveau système nécessite peu d'efforts de coordination entre les branches, les collaborateurs et le noyau central3 ; la répartition des tâches et des fonctions, les règlements formalisés, les liens et les spécialisations disparaissent :  

  1. Le premier sous-système était toujours composé des responsables de l'organisation, mais maintenant avec la différence que son noyau de pouvoir était plus diffus, en raison de l'arrestation ou de la mort des dirigeants de l'ancien système hiérarchique. Le poids d'Ayman al-Zawahiri aujourd'hui est bien loin du leadership exercé par Ben Laden. 
  2. Le second sous-système est constitué d'affiliés ayant des liens étroits et la capacité d'agir à tout moment, spécifiquement liés à des missions de radicalisation (mobilisation, propagande et recrutement).5 L'AQMI (Al-Qaïda au Maghreb islamique) ; Al-Shabbaab (Al-Qaïda dans la Corne de l'Afrique-Somalie) ; le Front Al-Nursa (Syrie) ; l'AQAP (Al-Qaïda dans la péninsule arabique), entre autres, constituent un entrelacement d'affiliés indépendants et autogérés.   
  3. Dans le troisième sous-système se trouvent les "collaborateurs" qui, sans avoir de liens directs, se joignent à la cause malgré leurs ressources et leur formation limitées. Il est courant de trouver des groupes ou des individus dans l'idéologie commune du salafisme djihadiste, ainsi que des chefs tribaux qui facilitent le transfert d'armes, d'argent et la circulation des individus.4

Actuellement, les branches forment l'axe central de la structure, contrairement à ce qui s'est passé avec le système hiérarchique où un Al-Qaïda sans Ben Laden n'était pas envisagé. Aujourd'hui, les dirigeants sont remplacés ; ce qui est important, c'est qu'ils restent fidèles au noyau central. Al-Qaida n'existerait pas sans ses affiliés, alors qu'auparavant ils n'existaient pas sans Al-Qaïda.  

Diagrama 2. Estructura en red de Al-Qaeda después de 11-S.

Il est important de souligner qu'un tel système d'affiliés ne doit pas être confondu avec une simple organisation de ceux-ci, car parfois les nœuds mêmes qui les unissent forment un autre affilié indépendant.5 Un exemple clair est l'expansion de l'AQMI dans des pays comme le Mali, la Mauritanie, la Libye, la Tunisie et le Niger. De nouveaux affiliés y sont créés, tels que le GICL en Libye, le Groupe de soutien à l'Islam et aux Musulmans (JNIM, affilié d'Al-Qaïda) au Mali, ou le bataillon Uqba bin Nafti (KUBN) en Tunisie.6 Comme s'il s'agissait d'un arbre généalogique, ils partent d'un tronc central, mais avec une indépendance totale.  

En extrapolant à partir du Japon féodal, les premiers samouraïs étaient organisés en clans structurés verticalement avec une relation seigneur-vassal, quelque chose de similaire à ce qui s'est passé dans le système hiérarchique d'Al-Qaïda avant le 11 septembre. Au fil du temps, ces premiers clans se sont regroupés en clans plus importants par le biais d'alliances, de mariages et d'adoptions, formant des structures plus complexes et plus puissantes7, ce qui est plus étroitement lié au système actuel d'affiliation.  

Depuis ses origines en tant que (MAK)11 , Al-Qaïda s'est transformée en faisant preuve d'une grande résilience et d'une adaptabilité exceptionnelle.8 Cette adaptabilité a permis à l'organisation de configurer un nouveau paradigme de guerre connu sous le nom d'essaimage9 qui force ses ennemis à prendre des positions défensives à des endroits qui les rendent plus vulnérables. C'est pourquoi peu importe le nombre de fois où l'organisation est démantelée ou ses dirigeants capturés, elle poursuit toujours ses activités après une régénération réussie10.   

Nouvelle stratégie : globale, modérée et silencieuse  
Diagrama 2. Estructura en red de Al-Qaeda después de 11-S.

Les sentiments de la Révolution française ont refait surface lors du Printemps arabe, les passions qui ont envahi ses rues en 1789 ont apporté des changements et avec elles de nouvelles possibilités d'organisation. Ces mouvements sociaux, plutôt qu'un jalon pour l'égalité, ont entraîné un changement de pouvoir dans lequel certaines organisations terroristes se sont imbriquées. Al-Qaïda a profité de la conjoncture de ce mouvement social pour se reconfigurer et renaître de ses cendres. En outre, le conflit avec l'État islamique de Syrie et d'Irak (ISIS) a prévu que ce processus puisse se faire dans "l'ombre".  

Alors que l'État islamique lutte contre l'Occident, Al-Qaida est resté actif grâce à une restructuration fondée sur une stratégie améliorée. S'efforçant de décentraliser l'organisation afin d'avoir une portée mondiale, elle a profité de son don pour les alliances qui font défaut à l'État islamique, a bénéficié de la réaction contre la violence terroriste ces dernières années pour se déclarer organisation extrémiste modérée et s'est protégée de l'Occident en utilisant l'ISIS comme bouclier11.  

Aymán al-Zawahirí, leader depuis le 2 mai 2001 et promoteur d'une structuration décentralisée, concrétise la résurrection de l'organisation en trois coups stratégiques :  

  • Décentralisation et approche globale du djihadisme.  
  • L'adoption d'un extrémisme modéré, évitant les victimes musulmanes en masse.   
  • La reconstruction silencieuse 

Cette stratégie leur a permis de se positionner aujourd'hui comme l'organisation terroriste djihadiste ayant le plus grand potentiel. Le printemps arabe, ainsi que la confrontation avec le protagonisme de l'État islamique, ont favorisé la simulation d'un étrange "combat calme".   

Sun Tzu a déclaré dans l'Art de la guerre : "le vainqueur n'adopte pas une structure permanente "12, ce qu'il n'a pas qualifié, c'est que parallèlement à ce renouvellement structurel, la stratégie doit également varier13, une synergie d'actions communes.  

C'est pourquoi, une décennie plus tard, l'organisation a détecté un tel besoin et, grâce aux opportunités offertes par les protestations arabes de 2010 à 2012, elle a commencé à se consolider en tant qu'organisation mondiale ; d'un extrémisme modéré et plus silencieuse que d'habitude.  

Nouvelle philosophie : le communautarisme  
Diagrama 2. Estructura en red de Al-Qaeda después de 11-S.

Avec sa structure modifiée après le 11 septembre (2001) et sa stratégie avec le Printemps arabe (2010-2012), Al-Qaïda a également modifié sa philosophie. L'idée d'organisation traditionnelle a disparu, laissant place à un enchevêtrement de communautés.14L'ancien Al-Qaïda hiérarchique a cessé de ressembler à un État centralisé régi par un monopole souverain unique, laissant place à un ensemble de souverainetés modélisées.  

Ces souverainetés articulées constituent ce que nous comprenons au sein du communautarisme comme des "communautés". Les communautariens, contrairement aux statistiques15, sont favorables à un dialogue sans limites, favorisant la reconnaissance des différentes branches ou communautés.  

Les communautaristes défendent l'idée d'une protection de l'État aux communautés sans avoir à les supplanter, ce qui ne cadre pas bien avec une structure centraliste ou périphérique de revendication d'un État ou de nouveaux États dotés d'une plus grande uniformité.  

L'évolution de ce communautarisme islamique ne réduit pas les libertés, mais les accroît. Cette liberté stimule la créativité et aspire à ce que les affiliés puissent se reconnaître dans la vitalité plurielle des communautés djihadistes. Une idée d'identité partagée apparaît, qui ne dépend d'aucun pouvoir, augmentant ainsi les possibilités de participation sur la base d'une idéologie commune.  

Le déclin collectif le plus étudié de l'histoire a été celui de l'Empire romain, c'est pourquoi je m'offre le luxe de citer Saint Augustin d'Hippone16, pour qui la cause d'un tel déclin est l'injustice : "Un État injuste ne peut pas durer malgré les grands succès obtenus". C'est pourquoi le nouveau discours d'Al-Qaida s'est concentré sur une vision communautaire de la coopération différenciée17, libre et bienveillante, caractéristiques nécessaires à l'avancement et au progrès de toute civilisation18.  

L'organisation a adopté le phénomène de l'"étrangeté" : les communautés ou les affiliés existent parce que des différences existent, donc l'étrangeté est une conséquence de la distinction et de la pluralité. C'est cette différenciation qui justifie à la fois l'exclusion et l'inclusion. L'organisation a adopté des normes idéologiques minimales d'égalité, à l'instar de ce que font les pays développés en matière de droits de l'homme. L'étranglement implique la distinction, mais pas l'isolement, de sorte que les affiliés sont structurés dans un cadre commun.  

L'un des enseignements communautaires est basé sur la "diversité dans l'unité", que nous pouvons expliquer comme suit : de l'intérieur, une diversité maximale, de l'extérieur, une unité maximale.19 L'idéologie communautaire encourage l'accomplissement de ses fonctions sans dirigisme et l'investissement dans des infrastructures qui permettent le développement de nouvelles et meilleures communautés20 , comme l'accès universel à la communication entre les branches.  

La dernière des raisons de la métamorphose d'Al-Qaïda est la liberté.21 Augmenter la liberté des cellules ou communautés djihadistes signifie la survie. Ce n'est pas l'égalité qui permet à une collectivité de prospérer ; l'égalité exclut l'"étrangeté", de sorte qu'une distinction des affiliés ne serait pas possible.   

Al-Qaïda a évolué sur la base d'une idéologie communautaire qui lui a permis de générer une structure d'affiliés par la reconnaissance de multiples communautés décentralisées au niveau stratégique. Ces affiliés22 ont des limites marquées par l'"étrangeté" qui leur permet d'ouvrir leurs portes au jihad mondial et de se fermer à leurs opposants. L'unité fait la force et plus il y a de diversité, mieux c'est. Avec une base idéologique commune, l'organisation promeut la justice et la liberté comme principes directeurs.  

La nouvelle philosophie communautaire accorde une liberté similaire à celle du Ronin au Japon entre 1185 et 1868. Un ronin est un samouraï sans maître : cette liberté a pris une connotation négative en raison des causes qui l'ont engendrée23, mais la liberté qu'Al-Qaïda accorde à ses affiliés prend une connotation positive.  

Les ronin, aussi appelés "hommes des vagues" ou "vagabonds", sont restés fidèles, malgré leur situation, à leur code d'éthique : le bushido. Dans ces conditions, l'organisation a profité de la positivité que cette liberté a accordée au samouraï sans maître pour que ses affiliés restent libres et loyaux dans le cadre d'un modèle communautaire.  

Même tactique : la voie des samouraïs 
Diagrama 2. Estructura en red de Al-Qaeda después de 11-S.

Il est courant de supposer que la stratégie porte sur le quoi et le pourquoi, tandis que la tactique nous dit comment et quand. La stratégie nous dit où nous allons et la tactique nous dit comment nous allons.24 Sunt Zu a déclaré : "la stratégie sans tactique est le chemin le plus lent vers la victoire. La tactique sans stratégie est le bruit qui prévaut sur la défaite.  

Al-Qaida a actuellement une stratégie bien définie, mais elle semble manquer de tactique. Cependant, il convient de rappeler que l'organisation développe l'Art de la guerre à la perfection, "tout l'art de la guerre est basé sur la tromperie "25et une telle apparence peut n'être que cela, la tromperie.  

Hagakure, qui signifie "caché sous les feuilles", est un ancien recueil de chevalerie écrit au début du XVIIIe siècle par Yamamoto Tsunetomo. Il contient les enseignements du Bushido, traduit par "la voie du guerrier", qui a doté les samouraïs d'un code de conduite et d'un mode de vie qui en ont fait l'une des élites militaires les plus influentes de l'histoire. En vertu des principes de loyauté, de devoir et de courage, ils défendaient leurs shoguns ou seigneurs féodaux.  

Dans les "notes sur les arts martiaux", le bréviaire révèle que la meilleure tactique est de ne pas en avoir du tout. Absence de tactique, victoire tranquille. Al-Qaïda est absent lorsqu'il s'agit d'appliquer une tactique quelconque comme l'ont fait les guerriers japonais :  

  1. L'insouciance  

L'une des leçons de samouraï dit : "Sur le champ de bataille, si nous commençons à être prudents, nous ne pourrons jamais cesser de l'être. La prudence ne vous permet pas de franchir les lignes ennemies. Lorsque nous sommes devant la tanière du tigre, la chose la plus recommandable à faire est l'imprudence. Par conséquent, si nous sommes informés sur les tactiques militaires, nous allons nourrir de nombreux doutes qui ne disparaîtront jamais. Mes descendants ne participeront pas à des tactiques militaires".26 

L'attentat contre Charlie Hebdo a été perpétré par une cellule bien organisée liée à Al-Qaïda.27 Les terroristes ont effectué une reconnaissance préalable, mais en aucun cas ils n'avaient de tactique en tant que telle ; imprudents, les djihadistes ont commis certaines erreurs (comme oublier leur carte d'identité sur la scène du crime ou s'installer d'abord dans le mauvais bâtiment) même s'ils se sont déplacés calmement et furtivement. Leur objectif était l'élimination de la direction de la maison d'édition Charlie Hebdo, sans aucun doute, sans aucune tactique et de manière imprudente.28

     2.  Action sans réflexion

Diagrama 2. Estructura en red de Al-Qaeda después de 11-S.

Un autre des enseignements atteste : "Il y a une chose à laquelle tout jeune samouraï devrait prêter attention. En temps de paix, lorsque nous entendons des anecdotes sur la guerre, nous ne devrions jamais dire : "Que devrions-nous faire dans une telle situation ? Comment un homme qui entretient des doutes dans sa propre chambre peut-il réussir dans la bataille ? Il existe un dicton : "Quelles que soient les circonstances, l'esprit du guerrier doit toujours être tourné vers la victoire. Nous devons être les premiers à brandir la lance et à frapper avec elle. Même si vous avez décidé de mettre votre vie en danger, rien ne peut être fait lorsque la situation ne se déroule pas comme prévu "29  

Pour Al-Qaïda, il n'y a pas de temps pour la paix ; la constance est la clé du succès. Les loups solitaires semblent être des guerriers sans raison, des individus aptes à appliquer ces préceptes. C'est pourquoi Aymán Al-Zawahirí a déjà récompensé en 2015 l'action sur la réflexion : "J'appelle tous les musulmans qui peuvent nuire aux pays des croisés". "Nous devons maintenant nous concentrer sur le fait de porter la guerre au cœur des foyers et des villes des croisés".30 

  1. Détachement 

Le Hagakure est clair : "Si un guerrier est trop préoccupé par des choses telles que la vie et la mort, il ne sera d'aucune utilité. Le dicton "Toutes les compétences viennent de l'esprit" donne l'impression qu'il s'agit de sentiments, mais en réalité il s'agit de détachement de la vie et de la mort. Grâce à ce détachement, nous pouvons réaliser n'importe quel exploit. Les arts martiaux et autres disciplines comparables y sont liés dans la mesure où ils mènent au Chemin".31 

La voie d'Al-Qaïda est le djihad et le guide du djihad est le Coran. Les interprétations extrêmes de certains versets du Coran encouragent le détachement de la vie en incitant à mourir pour la cause :  

  • "Et que vous soyez tué par Allah ou que vous mouriez d'une mort naturelle, le pardon et la miséricorde d'Allah sont meilleurs que ce qu'ils amassent".32  
  • "Et si vous mourrez d'une mort naturelle ou si vous êtes tués dans le chemin d'Allah, vous serez rassemblés à Allah.  
  • "Et ne pensez pas que ceux qui sont tombés pour Allah sont morts, au contraire ! Ils sont vivants et soutenus avec leur Seigneur".33 
  1. Courage 

La voie des samouraïs était déconseillée : "Apprendre des choses comme la tactique militaire est une chose inutile. Si nous ne nous contentons pas d'attaquer en fermant les yeux et en nous jetant sur l'ennemi, même pour un seul pas, nous ne serons d'aucune utilité "34 

Il est important de noter que malgré le manque de tactiques militaires, les samouraïs avaient un certain nombre de formations de base qui sont liées à celles utilisées par Al-Qaïda.  

Gyōrin contre les véhicules suicide 

Le préféré des samouraïs était le Gyōrin (écailles de poisson)35; son but était d'attaquer un seul secteur pour briser les rangs ennemis. Cela n'a pas nécessité un apprentissage approfondi, c'était tout simplement suffisant. L'incapacité à apprécier et à évaluer les conséquences possibles est fréquente dans les attaques d'Al-Qaïda. Une marque de fabrique est l'utilisation d'un véhicule avec des kamikazes36, idéal pour se lancer dans l'ennemi en fermant les yeux et en brisant les rangs. 

Saku contre les moyens de transport 

Au fil des années, ce modèle s'est effacé avec des attaques de plus en plus hétérogènes, entre 2003 et 2005, les méthodes les plus utilisées étaient les attaques contre les moyens de transport37. Cette nouvelle modalité est plus proche du Saku38(boulon), les Japonais essaient d'éviter la contre-attaque en exposant une autre rangée de guerriers (par exemple des archers), les djihadistes dans leur cas utilisent la population civile comme bouclier.  

Ganko contre loups solitaires  

De nos jours, il est courant qu'ils agissent seuls, utilisent une arme courte ou se déclarent "soldat du califat".39 Le Ganko40 (oiseaux en vol) était une formation très souple qui permettait aux troupes de s'adapter en fonction des mouvements de l'adversaire. Al-Qaida l'a adopté à la perfection, laissant une plus grande marge de manœuvre à ses collaborateurs alors que les commandants sont positionnés à l'arrière.  

  1. Pas de pitié  

Les guerriers ont appris que : "Avec le temps, le criminel oubliera les raisons qui l'ont conduit à commettre le crime, il vaut mieux l'exécuter sur place "48 .  

La deuxième attaque la plus meurtrière de l'histoire de la CIA a eu lieu en 2010 lorsque, après avoir assassiné plusieurs dirigeants de l'organisation, la section afghane a attaqué une base américaine en Afghanistan, tuant sept de ses agents.  

Les terroristes ont déclaré : "Il a vengé nos premiers martyrs, comme il l'a écrit dans son testament. Que Dieu ait pitié de lui”41.   

N'oubliant ni ne pardonnant, les samouraïs et les djihadistes appliquent à la perfection la théorie de Skinner sur le conditionnement opérant ; en punissant, l'adversaire apprend vite.42  

  1. Aimer l'incertitude  

Le bréviaire japonais dit : "Quand on évalue le château d'un ennemi, il y a un dicton qui dit : "La fumée et la brume sont comme regarder une montagne au printemps. Après la pluie, c'est comme s'il faisait beau. Une clarté parfaite apporte la faiblesse.43  

Partout où règne l'incertitude, l'organisation fait sentir sa présence. En 2014, plus de 32 pays avaient des liens avec Al-Qaïda, selon le rapport de la Commission du Conseil de sécurité des Nations unies, le nombre d'organisations terroristes associées s'élevait à44. 45  

Al-Qaida se développe aujourd'hui ; depuis que l'État islamique est devenu la cible d'une coalition militaire internationale dirigée par les États-Unis, la fumée et le brouillard se sont intensifiés ; le résultat est moins d'État islamique et plus d'Al-Qaïda.46  

Le Pakistan, l'Afghanistan, la Bosnie-Herzégovine, le Mali, le Nigeria, la Somalie, le Yémen, l'Algérie, la Syrie, le Mozambique, le Burkina Faso et bien d'autres sont de bons terrains de germination ; l'incertitude est à l'eau ce que le feu est à la clarté. La graine d'Al-Qaïda cherche à semer là où la faiblesse est plausible et l'ordre disparaît.  

  1. L'art de la rhétorique 

Une prémisse de base est la suivante : "La clé de l'oratoire est de ne pas parler. Si vous pensez pouvoir terminer quelque chose sans parler, faites-le sans prononcer un seul mot. Si quelque chose ne peut être terminé sans parler, vous devez dire quelques mots, toujours en accord avec la raison "54 .  

"Ouvrir la bouche sans réfléchir conduit à la honte et il n'y aura pas de telles occasions où les autres nous tourneront le dos "47.  

En tant que grand orateur, Al-Qaida évite toute forme de populisme. Un État islamique populiste, en revanche, concentre son discours sur l'idéalisation d'un mode de vie, d'un âge d'or auquel revenir... "48  

Les discours d'Al-Qaïda, en tant que discours politique, présentent les caractéristiques suivantes.49 

  • Il n'y a pas de discours sans adversaire.  
  • Ils ne visent pas à convaincre mais à "reconnaître, distinguer et confirmer les partisans, ainsi qu'à attirer les indécis".  
  • Ce sont des discours stratégiques ; leur réalité est la seule.58  
  • Ils définissent clairement leurs moyens, leurs objectifs et leurs rivaux.  
  • Les discours performatifs, il y a un lien obligatoire entre la parole et l'action.59  

Il montre un ordre des discours" où les aspects des uns sont liés aux autres ; c'est un sermon recontextualisé par une interdiscursivité.   

Capture idéologique : le but est d'intervenir sur le destinataire pour lui faire penser, croire ou agir d'une certaine manière.  

Argumentation logique ou rhétorique  

La simplicité du dispositif permet à l'organisation de ne pas tomber dans une démagogie typique de l'État islamique. Des mots justes et mesurés au bon moment. L'imitation du samouraï introverti a permis à Al-Qaïda d'aiguiser la mémoire émotionnelle, l'analyse et la planification de son public.50  

Diagrama 2. Estructura en red de Al-Qaeda después de 11-S.

  1. La force d'âme 

Le bushi 61 prêchait : "Les tactiques militaires ne servent à rien à l'homme fort". Quand j'étais enfant, j'ai soudain réalisé un jour qu'un guerrier est un homme qui n'apprécie pas sa propre vie. Comme j'ai gardé cette idée dans mon cœur pendant de nombreuses années, elle est devenue ma conviction la plus profonde, et aujourd'hui je ne pense plus jamais à la mort. En dehors de cela, je n'ai aucune conviction "51  

Dans les années 1990, le terrorisme religieux d'inspiration islamiste était l'un des principaux défis à la sécurité mondiale, et de nombreuses analyses ont établi un lien entre l'énorme létalité des attentats et, parfois, leur absence de justification, et le fait que la principale cible des terroristes était la divinité63 .  

En ce sens, ils ressemblaient aux samouraïs en comprenant la vie et la mort comme de simples instruments à la disposition de leur mission. Celle des premiers : "servir leur seigneur avec une abnégation absolue, comme si son corps était déjà mort "52. La mission des terroristes est de remplir leur mission "supraterrestre" auprès d'Allah.  

Au , les terroristes islamiques ont réinterprété leur mission en adoptant également un objectif communicatif. Les attentats ont commencé à accompagner régulièrement des impositions ou des revendications politiques, avec le désir de gagner le soutien de certains secteurs de la société.  

Al-Qaida s'est inspiré du terrorisme anarchiste et a adopté la "propagande par l'acte". La tactique est devenue inutile ; une simple action suffisait pour atteindre la divinité et, par conséquent, le meilleur moyen d'atteindre le but communicatif.  

Ainsi, la force accordée aux samouraïs par le fait de comprendre la mort comme un simple instrument pour mener à bien leur mission a été doublement renforcée au sein de l'islamisme radical. La nouvelle interprétation, en plus de leur permettre d'atteindre le Royaume d'Allah, leur a donné la possibilité d'utiliser leur vie comme "propagande pour l'acte", rendant ainsi toute tactique inutile.   

     9.  Menace latente  

Les maîtres japonais enseignaient : "Dès que vous regardez par l'avant-toit, vous êtes un homme mort. Il ne s'agit pas d'être prudent, mais de se considérer comme mort d'avance.53  

L'islamisme radical fonctionne sur un principe de base : "L'oumma est soumise et menacée dans le cadre d'une conspiration mondiale contre l'islam".54 

Les samouraïs et les djihadistes s'identifient comme des communautés exposées à une menace permanente à laquelle la seule réponse est le djihad ou la guerre sainte pour certains et l'art du sabre pour d'autres.  

    10. Patient marcheur, compagnie assurée  

Yamamoto Tsunetomo a déclaré : "D'autres deviendront vos ennemis si vous vous élevez trop vite dans la vie. S'élever lentement dans le monde fournit des alliés et assure le bonheur. À long terme, que vous soyez rapide ou lent, tant que les gens vous comprennent, il n'y a pas de danger. On dit que la meilleure fortune est celle que les autres vous souhaitent.  

Al-Qaïda a réussi à persister en tant que structure terroriste, à répandre le djihadisme mondial et à conditionner les politiques de sécurité. Cette propagation du terrorisme mondial a été en grande partie la conséquence de sa capacité d'adaptation lente et sûre55.  

Après le 11 septembre, entre 2003 et 2007, alors qu'il semblait que l'organisation touchait à sa fin, d'autres extensions territoriales de la structure terroriste sont apparues, comme Al-Qaïda dans la péninsule arabique, Al-Qaida en Mésopotamie et Al-Qaïda au Maghreb islamique.   

La lenteur de la progression des actes a donné lieu à une compression par d'autres groupes ou organisations avec lesquels Al-Qaïda a tissé des liens plus étroits. Les plus remarquables sont actuellement : Therik e Taliban Pakistan et As Shabaab en Somalie.   

En plus de cette compréhension, des individus et des cellules indépendantes, qui s'inspirent de l'idéologie et des directives génériques d'Al-Qaïda, ont également développé un désir.  

Cependant, d'autres organisations similaires, comme l'État islamique, se sont trop vite fait remarquer, car avoir des alliés intéressés signifie des ennemis à l'avenir.  

En conclusion, Al-Qaïda partage avec les guerriers japonais ces dix prémisses qui prouvent que la tactique s'avère inutile. C'est pourquoi, malgré le renouvellement de sa structure, de sa philosophie et de sa stratégie, la tactique reste la même : aucune. (pour les amateurs de qualificatifs : "La voie du samouraï").  

Conclusions  

En 1869, les Japonais ont été contraints de s'ouvrir à l'Occident, amorçant ainsi le début d'une fin où le pouvoir féodal était incapable d'assumer la modernité dont le pays avait besoin.  

Dans le dernier Shoung56, Tokugawa Tsunayoshi, petit-fils de commerçant, n'a pas reçu d'instruction de samouraï, il a été éduqué comme un homme de lettres, ce qui l'a amené à devenir un recueil de valeurs samouraïs et mercantiles avec un rejet absolu de la violence (quelque chose d'inné dans l'élite militaire).57 

En outre, depuis le milieu du XVIIe siècle, un système de classes avait prévalu qui marginalisait les samouraïs, qui n'avaient pas leur place dans une société de domaines où les marchands acquéraient une plus grande notoriété58 .  

La nécessité de s'ouvrir à l'Occident, l'apparition d'un nouveau dirigeant avec une mentalité renouvelée et un nouveau système de classes mettrait fin à la figure du samouraï tant redouté.  

Près de sept siècles de survie, avec des allées et venues et un déclin qui commencerait à devenir plausible au XIIe siècle, les samouraïs ont trouvé une nouvelle adaptation dans l'Al-Qaïda renouvelée.  

Grâce à une stratégie de djihad global, une structure de filiales, une philosophie communautaire et l'utilisation de tactiques classiques de samouraï, l'organisation jouira d'une longévité similaire à celle de l'élite militaire japonaise.  

La fin d'Al-Qaïda viendra de l'intérieur lorsque la direction tombera entre les mains d'un islamiste renouvelé, ouvert à l'Occident et soumis à un système de classes où les djihadistes ne sont qu'un anachronisme coûteux.  

Les changements se produiront, nous n'aurons pas besoin de sept cents ans, mais nous devrons les compter en centaines. Al-Qaïda a donné naissance à un djihad mondial en plein essor ; ils s'adapteront et se renouvelleront jusqu'au moment où leurs dirigeants envisageront la vie d'une manière plus large, où des questions plus nobles et plus générales que celles d'un "guerrier du djihad" attireront leur attention.  

La guerre moderne n'offre guère de possibilités de développement continu ; l'histoire nous a appris que les monarchies, les républiques, les empires ou les villes-états, qu'ils soient fondés sur des vertus militaires (comme Sparte ou Rome), ne peuvent pas constituer une "ville permanente" sur terre. Même si l'instinct de combat est universel chez l'homme, il ne comprend pas l'homme tout entier. Sous l'instinct de combat se cache un instinct d'amour.59  

"Le moment opportun arrive lorsque le besoin de changement génère un désir plus grand que sa propre inertie à suivre" (p. 7).    

"N'ayant pas de dogme ou de formule à défendre, peut-être consentira-t-elle à disparaître en tant qu'entité, comme une fleur de cerisier, elle veut mourir au premier souffle de la brise matinale. Mais son destin ne sera jamais l'extinction totale "60.    

"Séparément, chacun raconte sa propre histoire, ensemble, ils peuvent raconter l'avenir".    

Jacobo Salvador Micó Faus*  

Analyste indépendant.  

Références bibliographiques 
  1. Caractéristiques : a) une certaine répartition des tâches et des fonctions impliquant des variations dans le niveau d'autorité et de responsabilité des personnes qui exécutent chacune de ces tâches et fonctions ; b) un ensemble de règles formalisées et explicites qui permettaient la coordination et la supervision des autorités de chacune des organisations ; c) un degré élevé de spécialisation ; d) un groupe de dirigeants très instruits ; et e) un réseau d'organisations liées à l'organisation afghane.
  2. SÁNCHEZ, Gema. La reorganización de Al-Qaeda. El viejo Topo, 2009, nº 254, p. 32-37.
  3. MERLOS, Alfonso. “La evolución estructural de Al Qaeda. Ventajas operativas y desafíos para el contraterrorismo”. (Tesis Doctoral. No publicada.) Universidad Complutense de Madrid, Madrid. 2008. pp. 153.
  4. FLERSHMAN, C. “The Business of terror: Conceptualizing terrorist organizations vs Celullar Business”, Analysis of the Center for Defense Information. 2005.
  5. Ejemplos: las cúpulas en Bosnia, Afganistán o Chechenia.
  6. PEREZ, Óscar. “25 años de Al-Qaeda: principio y fin de la red terrorista”. IRG-CBM. 2013.
  7. ARQUILLA, John y RONFELDT, David.  “The advent of netwar”, en Arquilla, J y Ronfeldt, D. In Athena´s Camp. Preparing for conflict in the information age”. Rand, Santa Mónica, California. 1997.
  8. ECHEVARRÍA, Carlos. “Al Qaida en las tierras del Magreb Islámico y otros grupos de su entorno: una compleja red de carácter violento”. Instituto Español de Estudios Estratégico (IEEE), (OI). 2013. Recuperado de : http://www.ieee.es/Galerias/fichero/docs_investig/DIEEEINV022013_AlQaidaTierrasMagreb_RegionMenaxAsiaCentral.pdf
  9. SÁNCHEZ, Gema. La reorganización de Al-Qaeda…op. cit.
  10. LÓPEZ, Jonathan. “Las Guerras Genpei (1180-1185), los samuráis llegan a la historia japonesa” en HistoriaJaponesa.com, 2013.Recuperdo de: https://www.historiajaponesa.com/las-guerras-genpei-1180-1185-los-samurais-llegan-a-la-historia-japonesa/
  11. Maktab al-Khadamat. Abdullah Azzam representó el movimiento de la yihad armada cuando interpretaron el enfrentamiento al ejército ruso como una lucha contra los enemigos del islam. De este modo originó una fundación enfocada en captar aportes económicos y voluntarios para ayudar a sus hermanos afganos en su lucha contra los ocupantes soviéticos. Tras su muerte, Bin Laden utilizó la infraestructura y conexión de redes para crear su organización, Al-Qaeda.
  12. SÁNCHEZ, Gema. “Las fuentes de financiación legales e ilegales de los grupos terroristas”. Política y estrategia. 2008,  nº 112, p. 1-25.
  13. El enjambramiento consiste en una conducta semejante al agrupamiento que se da en determinados insectos y que se origina cuando unidades dispersas de una red de pequeñas fuerzas convergen sobre un blanco fácil desde varias direcciones”
  14. FORIGUA, Emersson. “Las nuevas guerras: Un enfoque desde las estructuras de las organizaciones”, Pap. Política Bogotá, 2006, vol. 11, nº 1. p. 305-352.
  15. HOFFMAN, Bruce. “Al Qaeda's Uncertain Future”, Studies in Conflict &Terrorism, 2013, (36: 8). p. 635-653.
  16. INALDE Business School. ¿Debo cambiar mi estrategia empresarial? [Mensaje en un blog].  2017. Recuperado de : https://www.inalde.edu.co/blog/direccion-de-empresas/debo-cambiar-mi-estrategia-empresarial/
  17. RAMÓN, José. El arte de la guerra. Sun Tzú. Madrid: Ediciones Martínez Roca. 2014, p. 31-45.
  18. SALA, Marcos. “Musha shugyō: la peregrinación del guerrero. Una aproximación a la formación marcial del guerrero japonés a través de sus viajes”.  Mirai. Estudios Japoneses. 2018, nº2, p. 115-127.
  19. SÁNCHEZ, Gema. “La reorganización de Al-Qaeda…op. cit.
  20. Nos referimos a Estado como la estructura jerarquiza y centralizada de la “organización” Al-Qaeda antes del 11-S.
  21. Para una beneficiosa relectura del obispo de Tebaste, vid. “La ciudad de Dios”, BAC, Madrid 1988, particularmente, capítulos 23 y 24.
  22. TOYNBEE, Arnold. “Estudio de la historia”. EMECE, 1959,  vol 1. pp. 25 y 306.
  23. CHAUNU, Pierre. Historia y decadencia. Barcelona, España: Juan Granica Ediciones. 1983. p. 383.
  24. PÉREZ, José. Adiós estado, bienvenida comunidad. Madrid, España: Ediciones Internacionales Universitarias, Eiunsa, S.A. 2008, p.36.
  25. La Vanguardia (Nueva Delhi (EFE)). “La red terrorista Al Qaeda ha anunciado la creación de un nuevo grupo yihadista en la Cachemira india”. La Vanguardia. 2017. Recuperado en: https://www.lavanguardia.com/internacional/20170727/43130843247/al-qaeda-crea-su-primera-filial-en-la-cachemira-india.html
  26. Entendamos por libertad “autonomía”.
  27. Nos referimos a las filiales en términos estructurales. Sin embargo, el termino comunidades posee una connotación filosófica.
  28. Causas por la que un samurái pierde el amo: su amo podría morir o caer del poder o el samurái podría perder el favor de su amo o patrocinio y ser desechado. GREENLANE. ¿Lo que era un Ronin en el japón feudal? Greenlane.com [Mensaje en un blog]. 2019. Recuperado de https://www.greelane.com/es/humanidades/historia-y-cultura/what-is-a-ronin-195386/
  29. ROMEVA, Raúl. Esperanza y Libertad. Barcelona, España: Arallibres. 2019.
  30. RAMÓN, José. El arte de la guerra...op. cit.
  31. MICÓ FAUS, Jacobo. S. ”La maestría de la adaptabilidad”. Instituto Español de Estudios Estratégico (IEEE), nº81, 2020. Recuperado de: http://www.ieee.es/Galerias/fichero/docs_opinion/2020/DIEEEO81_2020JACMIC_adaptabilidad.pdf
  32. TSUNETOMO, Yamamoto. Hagakure, el camino del samurái. Barcelona, España: Penguin Random House Grupo Editorial. 2015.
  33. REINARES, Fernando. ¿Eran de AL-Qaeda o del Estado Islámico?. Real Instituto ElCano. 2015.  Recuperado de: http://www.realinstitutoelcano.org/wps/portal/rielcano_es/contenido?WCM_GLOBAL_CONTEXT=/elcano/elcano_es/zonas_es/reinares-al-qaeda-y-el-estado-islamico
  34. GONZÁLEZ ,Paula. “Análisis sobre la libertad de expresión en Occidente y la situación social en Europa tras la crisis de las caricaturas en Dinamarca y los atentados en París” (Trabajo Final de Grado).Universidad Comillas, Madrid. 2015.
  35. TSUNETOMO, Yamamoto. Hagakure, el camino del samurái…op. cit.
  36. El Mundo.” El líder de Al Qaeda anima a los 'lobos solitarios' a atacar Occidente “ .El Mundo. 2015.  Recuperado de: https://www.elmundo.es/internacional/2015/09/13/55f55d8bca474131318b4577.html
  37. TSUNETOMO, Yamamoto. Hagakure, el camino del samurái…op. cit.
  38. Corán. (03:157),
  39. Ibíd. (03:158)
  40. Ibíd. (03:169).
  41. TSUNETOMO, Yamamoto. Hagakure, el camino del samurái…op. cit.
  42. TURNBULL, Stephen. Samurai Armies 1550-1615.Oxford, Reino Unido: Osprey Publishing. 1979.
  43. PRIEGO, Alberto. ”La Evolución del Terrorismo de Al Qaeda al ISIS: Organización, Metodología y Perfiles”. Razón y fe. 2019. Recuperado de :https://repositorio.comillas.edu/xmlui/bitstream/handle/11531/34980/terro.pdf?sequence=-1&isAllowed=y
  44. Ibíd.
  45. TURNBULL, Stephen. Samurau Armies 1550-1615…op. cit.
  46. PRIEGO, Alberto. La evolución del terrorismo de AL-Qaedad…op. cit.
  47. TURNBULL, Stephen. Samurau Armies 1550-1615…op. cit.
  48. TSUNETOMO, Yamamoto. Hagakure, el camino del samurái…op. cit.
  49. ABC Internacional. “Al Qaida venga a su líder Mehsud con la muerte de siete agentes de la CIA”. ABC. 2010. Recuperado de :https://www.abc.es/internacional/abci-qaida-venga-lider-mehsud-muerte-siete-agentes-201001070300-1132918962174_noticia.html
  50. SOTO TITUANA, Bella. “Modificación de la conducta agresiva en niños, postulados de Skinner según la teoría de condicionamiento operante, referente al castigo”. UTMACH. 2017. Recuperado de http: http://repositorio.utmachala.edu.ec/bitstream/48000/10548/1/ECUACS%20DE00023.pdf
  51. TSUNETOMO, Yamamoto. Hagakure, el camino del samurái…op. cit.
  52. EUROPA PRESS. “Estos son los países en los que hay asentados grupos colaboradores de Al-Qaeda.” EUROPA PRESS. 2014. Recuperado de: https://www.europapress.es/internacional/noticia-son-paises-hay-asentados-grupos-colaboradores-qaeda-20140527203310.html
  53. REINARES, Fernando. A menos Estado Islámico, más Al-Qaeda. Real Instituto ElCano. 2019. Recuperado de https://blog.realinstitutoelcano.org/a-menos-estado-islamico-mas-al-qaeda/?unapproved=135350&moderation-hash=3a83e67b76b0a3316cf179d918c02420#comment
  54. TSUNETOMO, Yamamoto. Hagakure, el camino del samurái…op. cit.
  55. Ibíd.
  56. ROSELLÓ, Daniel. “El discurso de Estado Islámico: el populismo de Oriente Próximo”. Instituto Español de estudios Estratégicos (IEEE). nº42. 2017. Recuperado de: http://www.ieee.es/Galerias/fichero/docs_opinion/2017/DIEEEO422017_Discurso_EstadoIslamico_OrienteMedio_Rosello.pdf
  57. NORMA, Evelyn. ”Después del 11-S. Al-Qaeda vista por el análisis del discurso.” Revista mexicana de ciencias políticas y sociales, 2010, vol 52, nº210.
  58. "cuyo objetivo es frecuentemente enmascarar las contradicciones objetivas sintagmatizándolas discursivamente". Las unidades sintagmatizadas en cualquier discurso arguyen una única realidad textual entre diversas posibilidades o permutaciones que subyacen en el sistema.
  59. "Quien lo sustenta no se limita a informar o transmitir una convicción, sino que también produce un acto, expresa públicamente un compromiso y asume una posición."
  60. OLSEN, Marty. The Introvert Advantage. Nueva York: Workman Publishing. 2002.
  61. La palabra “bushi” es una palabra japonesa que significa "caballero armado".
  62. TSUNETOMO, Yamamoto. Hagakure, el camino del samurái…op. cit.
  63. TORRES, Manuel R. “Violencia y acción comunicativa en el terrorismo de Al-Qaeda.” Política y Seguridad. 2004, nº 96, p. 83-84.
  64. Ibíd.
  65. TSUNETOMO, Yamamoto. Hagakure, el camino del samurái…op. cit.
  66. ÁLVAREZ, Fernando. “Yihadismo para llevar: procesos de radicalización en Occidente” . Instituto Español de Estudios Estratégicos (IEEE). 2018.  nº24. Recuperado de: http://www.ieee.es/Galerias/fichero/docs_opinion/2018/DIEEEO242018_Yihadismo_Proceso_radicalizacion_FernandoAlvarez.pdf
  67. TSUNETOMO, Yamamoto. Hagakure, el camino del samurái…op. cit.
  68. REINARES, Fernando. “Éxitos y fracasos de al-Qaeda: los resultados del terrorismo global a diez años del 11-S.”Real Instituto ElCano. 2011. Recuperado de : http://www.realinstitutoelcano.org/wps/wcm/connect/6eead500488e3d398318b39437ec6e7e/Revista_ARI_90_octubre_2011.pdf?MOD=AJPERES&CACHEID=6eead500488e3d398318b39437ec6e7e
  69. Título de los personajes que gobernaban el japón, en representación del emperador.
  70. Richard Alex. [Vídeo]. Japón el fin de lo samuráis. 2018 (53:50 min).
  71. Muy Interesante. “Los últimos samuráis”. Muy Interesante. 2006, nº6, p. 44-45. Recuperado en: https://issuu.com/jolupisa/docs/muy_historia._samur__is_
  72. NITOBE, Inazo. Bushido. El código ético del samurái. Barcelona: Biblok. 2017, p. 215-225.