La militante civile iranienne Sepideh Qalyan dénonce les conditions inhumaines de détention des femmes

Exposer les conditions épouvantables des femmes détenues
cárcel-turquía

REUTERS/HUSEYIN ALDEMIR  -   Imagen de complejo penitenciario

Exiger des femmes détenues des services sexuels, leur refuser des soins de santé, leur interdire de porter des sous-vêtements même pendant leurs règles et harceler les enfants détenus sont quelques-unes des choses que Sepideh Qalyan a révélées à propos de la prison pour femmes de Bushehr.

Dans un tweet avec l’hashtag #prison prison, la militante civile Sepideh Qalyan a évoqué les conditions épouvantables de la prison pour femmes de Bushehr. Mme.Qalyan, qui est actuellement en congé en raison d'une maladie coronarienne, a déclaré qu'elle avait précédemment informé les responsables de la prison de tous ces événements par écrit mais n'avait reçu aucune réponse, elle a donc été forcée de les divulguer au public.

La maltraitance de l'enfant d'une prisonnière est l'un des cas décrits par Mme Qalyan, et il a suscité beaucoup d'attention publiquement. Une mère afghane dans la prison de Bushehr avec son petit enfant, selon Mme Qalyan, est témoin de son enfant "enveloppé" dans le ventilateur de la prison avec d'autres condamnés. Sur ordre du directeur du centre d'écoute, l'enfant a été enveloppé afin de lui faire peur et de l'obliger à se coucher tôt.

Hamed Farmand, un militant des droits de l'enfant, a fait remarquer sur Twitter que ses conclusions montrent qu'il ne s'agit pas d'un cas isolé et que les enfants de détenues sont maltraités dans de nombreuses prisons iraniennes.

Un autre cas mentionné par Sepideh Qalyan implique un gardien de prison qui force les détenues de porter des soutien-gorge, et lorsqu'une prisonnière refuse, le gardien de prison ordonne à toutes les détenues de remettre leurs sous-vêtements et de rester sans sous-vêtements pendant des semaines. Même pendant les règles, il est interdit de les porter.

carcel-maxima-seguridad-israel
AP/SEBASTIAN SCHEINER – Image de la prison

Une autre détenue qui se baigne au-delà du temps imparti est déshabillée au milieu du ventilateur et « baignée » avec du lait et de l'eau minérale devant les yeux bandés des autres détenues. Si d'autres détenues ferment les yeux sur l'incident, ils se verront refuser le droit d'appeler le 911.

Sepideh Hookah mentionne une autre situation dans laquelle certaines détenues ont été forcées de fournir des services sexuels. Selon elle, ces femmes sont livrées à des agents masculins ou à des détenus financiers pour cette raison, en particulier celles qui ne reçoivent pas de soutien financier de leur famille.

Mme Qalyan a en outre noté que les détenues doivent porter le hijab à tout moment et dans tous les lieux, à l'exception de leur lit.

Sepideh Qalyan a indiqué qu'elle avait informé les autorités de toutes ces situations par écrit et oralement, mais n'avait rien reçu d'autre qu'un "silence du cimetière". Si les détenues protestaient contre ces situations, a-t-elle averti, elles seraient soumises à la torture et à la violence, notamment l'examen d'un organe sexuel devant tout le personnel et les détenues, le passage à tabac d'une prisonnière, la mise en quarantaine, la coupure du téléphone et des rendez-vous de visite, et le refus de congé.

"Tout défi et désobéissance aux exigences dures et barbares des responsables de la prison de Bushehr équivaut à être de plus en plus écrasée dans cette saleté qui n'a ni voix ni visage", a-t-elle déclaré à la fin de son tweet.

Sepideh Qalyan a été détenue le 1er juillet 1999, après avoir comparu devant l'unité d'exécution des jugements du tribunal d'Evin, et a été emmenée à la tristement célèbre prison d'Evin pour accomplir sa peine.

Le 11 mars 2010, elle a été transférée du quartier des femmes de la prison d'Evin à la prison de Bushehr. Le 20 juillet 2014, elle a été sévèrement battue par des prisonniers accusés de crimes violents devant des agents pénitentiaires.