PUBLICIDAD

Iberdrola

La ministre des Sciences s'approprie la future Agence spatiale espagnole

La communauté spatiale espagnole se mobilise contre le projet de loi sur la science, la technologie et l'innovation de Diana Morant
La ministre Diana Morant a pris l'initiative de créer l'Agence spatiale espagnole et souhaite la placer sous la tutelle de son ministère le plus rapidement possible.

PHOTO/MICI  -   La ministre Diana Morant a pris l'initiative de la création de l'Agence spatiale espagnole et souhaite la placer le plus rapidement possible sous la tutelle de son ministère

La responsable du portefeuille de la science et de l'innovation, Diana Morant, a pris la poêle à frire par le manche et a pris la direction de la création de l'Agence spatiale espagnole préconisée par la stratégie de sécurité nationale, approuvée le 28 décembre par le gouvernement de coalition du président Pedro Sánchez. C'est une alternative viable.

Mais la manière dont l'ancienne mairesse de Gandía (Valence) et ministre depuis six mois a annoncé qu'elle prenait les rênes a suscité la surprise, la perplexité et même l'étonnement d'une grande partie de la communauté spatiale espagnole, qui aspire à disposer d'une institution officielle aussi peu bureaucratique que possible et qui consomme le minimum de ressources du maigre budget national consacré à l'espace.

On a attribué à Diana Morant un "manque de tact", qui a suscité des réactions, notamment parmi les responsables des affaires spatiales au sein du ministère de la défense et d'autres départements, de l'industrie et même de l'Institut national de technologie aérospatiale (INTA). Alors que ses directeurs attendaient d'être convoqués à la première réunion d'un groupe de travail ad hoc chargé de définir par consensus le modèle de l'Agence, ils ont tiré la sonnette d'alarme.

Acompañada por la titular de Defensa, Margarita Robles, la ministra Diana Morant y la secretaria general de Innovación, Teresa Riesgo (izquierda), a mediados de septiembre visitaron el INTA, donde fueron informadas en detalle por su director general de la capacidades espaciales del Instituto
PHOTO/Iñaki Gómez-MDE - Accompagnées de la ministre de la Défense, Margarita Robles, la ministre Diana Morant et la secrétaire générale à l'Innovation, Teresa Riesgo (à gauche), ont visité l'INTA à la mi-septembre, où elles ont été informées en détail par son directeur général des capacités spatiales de l'Institut.

Le fait est que la ministre a fait une sorte de tour de passe-passe et s'est arrogé le pouvoir d'autoriser la naissance de l'organisation nationale qui, dans un avenir proche, sera consacrée exclusivement aux questions exoatmosphériques. Et comme corollaire, il propose de placer sous l'égide de son département - c'est sa proposition - la créature spatiale qui en est encore à ses premières semaines de gestation et dont personne ne sait quand elle naîtra.

Ces deux mesures figurent dans l'avant-projet de la nouvelle loi sur la science, la technologie et l'innovation, un document qui a vu le jour le 18 janvier et qui a déjà été officiellement distribué aux différents ministères de l'exécutif, afin qu'ils puissent formuler leurs observations, commentaires et allégations.

Un tema que exigirá una profunda coordinación son los temas espaciales del Ministerio de Defensa. Los satélites de comunicaciones seguras y de observación radar como el Paz (en imagen) incorporan tecnologías que lleva el sello de secreto
PHOTO/DLR - Une question qui nécessitera une coordination étroite est celle de l'espace du ministère de la défense. Les satellites de communication et d'observation radar sécurisés tels que Paz (photo) intègrent des technologies qui portent le sceau du secret.
Absence involontaire ou consciente de coordination initiale adéquate

Le texte a également été rendu public afin de respecter la procédure obligatoire d'audition et d'information du public et, ainsi, de permettre la participation des citoyens et des organisations du secteur. Il s'agit notamment de l'Association espagnole des entreprises de défense, de sécurité, de technologie aéronautique et spatiale (TEDAE), présidée par Ricardo Martí Fluxá, et de l'Association des entreprises contractant avec les administrations publiques (AESMIDE), dirigée par Gerardo Sánchez Revenga.

Le projet de nouvelle loi intervient moins d'un mois après la publication du décret royal approuvant la stratégie de sécurité nationale - dont l'une des lignes d'action est de créer l'Agence spatiale espagnole - et confirme que l'organisation spatiale nationale aura le "caractère d'une agence d'État". Il précise également que ses objectifs seront de promouvoir, d'exécuter et de développer la recherche et la technologie, d'innover dans le domaine spatial et de coordonner la politique spatiale nationale dans les domaines de la sécurité, de l'observation de la terre, de la géolocalisation et des communications.

Il souligne que cette coordination sera "totale" avec l'Agence spatiale européenne (ASE) et avec les politiques et programmes spatiaux de l'UE. Il établit également qu'il allouera les ressources publiques "de manière compétitive et efficace", qu'il effectuera le "suivi et l'impact" des actions qu'il finance et qu'il "conseillera" sur la planification des actions et des politiques de R&D&I de l'administration de l'État. 

El influyente ministro de Ciencia, Tecnología y Enseñanza Superior de Portugal, Manuel Heitor, ha impulsado el sector espacial del país vecino. En la imagen, en una reunión a finales de 2021 con la española Diana Morant para tratar asuntos aeroespaciales de interés común
PHOTO/MICI - L'influent ministre portugais des sciences, des technologies et de l'enseignement supérieur, Manuel Heitor, a donné un coup de pouce au secteur spatial du pays voisin. Photographié ici lors d'une réunion fin 2021 avec l'Espagnole Diana Morant pour discuter de questions aérospatiales d'intérêt commun.

Le projet de loi prévoit que l'Agence sera créée "sans augmentation des dépenses publiques", et que les statuts de la nouvelle institution devront être approuvés par le gouvernement "dans un délai maximum d'un an". En bref, le projet initial de la loi susmentionnée témoigne de la rapidité avec laquelle la ministre Morant et sa secrétaire générale à l'innovation, Teresa Riesgo - un héritage de l'équipe de l'ancien ministre Pedro Duque - veulent mettre en place la nouvelle organisation nationale.

L'espace extra-atmosphérique étant un domaine transversal, dans lequel des entreprises, des ministères et des institutions publiques et privées agissent en tant que moteurs, exécutants, utilisateurs et bénéficiaires de fonds publics, les gestionnaires consultés ont exprimé des opinions diverses. La plupart d'entre eux sont "déçus" et estiment que la composante spatiale de l'avant-projet "n'a pas été suffisamment coordonnée avant de voir le jour". 

La comunidad espacial nacional aspira a tener una institución oficial con la menor burocracia y gasto interno, muy alejada del modelo del CNES francés, cuya sede central está en París
PHOTO/Guillaume Goffiot - La communauté spatiale nationale vise à disposer d'une institution officielle avec le moins de bureaucratie et de dépenses internes, loin du modèle du CNES français, dont le siège est à Paris.

Les cadres du secteur spéculent pour savoir si la proposition de Diana Morant a l'approbation des autres ministres en charge des questions spatiales - Teresa Rivera (Transition écologique), Margarita Robles (Défense), Raquel Sánchez (Transports) et Reyes Maroto (Industrie) - et l'approbation initiale du président du gouvernement. Certains comprennent qu'avant de rendre le projet public, sa partie spatiale aurait dû être traitée au sein de la Commission interministérielle de la politique spatiale industrielle et technologique, créée en janvier 2015, qui a végété et n'a pas pu prendre de mesures sur le sujet.

D'autres ont espéré que l'Agence spatiale "monte d'un cran" dans le classement administratif. Ils ont souhaité que les affaires spatiales ne soient plus du ressort de cinq ministères mais soient placées sous l'égide de la présidence du gouvernement ou, à défaut, du ministère de la présidence. On voulait ainsi "éviter le danger que, malgré l'existence de l'Agence, certains des ministres les plus influents suivent leur propre opinion en dehors des critères généraux", explique l'une des personnes consultées, qui, comme les autres, a refusé de donner son nom ou sa fonction.   

Javier Ponce (derecha) es el director general del CDTI, la organización del Ministerio de Ciencia e Innovación responsable de la gestión y representación de España en la ESA y la institución que más dinero invierte en innovación espacial.
PHOTO/CDTI - Javier Ponce (à droite) est le directeur général du CDTI, l'organisme du ministère des sciences et de l'innovation chargé de gérer et de représenter l'Espagne auprès de l'ESA et l'institution qui investit le plus d'argent dans l'innovation spatiale.

Il y a aussi ceux qui sont d'accord avec la mesure unilatérale de Diana Morant et avec le contenu du projet de loi. Le ministère des sciences et de l'innovation est le ministère qui investit le plus dans l'espace, environ 550 millions d'euros par an, "ce qui représente plus de 80 % de ce que l'Espagne dépense pour l'espace", disent-ils. Elle le fait par l'intermédiaire du Centre pour le développement de la technologie industrielle (CDTI), qui est chargé de gérer le budget espagnol au sein de l'Agence spatiale européenne (ESA) et la présence nationale dans les programmes spatiaux de l'Union européenne. 

Tous s'accordent à dire que nous n'en sommes qu'au début et que les grandes questions sont sur la table, notamment la manière dont les questions spatiales portant le sceau du secret du ministère de la défense seront liées à la nouvelle agence. Sans exception, ils sont favorables à la création d'une agence modèle dotée d'une "vision globale", ayant "la vocation et la capacité" de gérer des programmes nationaux, "mais laissant de côté les projets ambitieux qui lui sont propres".

La industria espacial nacional está en una etapa de crecimiento que una Agencia Espacial debe consolidar y potenciar. La imagen muestra el satélite de observación Ingenio, construido en Madrid y perdido en noviembre de 2020 a causa de un fallo del lanzador europea Vega
PHOTO/Airbus DS - L'industrie spatiale nationale est dans une phase de croissance qu'une Agence spatiale doit consolider et promouvoir. L'image montre le satellite d'observation Ingenio, construit à Madrid et perdu en novembre 2020 en raison d'une défaillance du lanceur européen Vega.

En substance, l'idée est de donner vie à une "petite" organisation de professionnels, dont l'une des premières étapes serait de définir un plan spatial national, dont l'Espagne est encore dépourvue. L'Agence spatiale espagnole est confrontée à de nombreux défis et obstacles et le gouvernement a une occasion en or de faire les choses correctement. Le rattachement au ministère des sciences et de l'innovation est une solution raisonnable, mais "finezza" estime que certaines agences vétéranes n'auraient pas dû être exclues de l'initiative de Diana Morant. "Il s'agit de mettre en place une agence spatiale, pas un CDTI 2", résume un cadre. Et l'ensemble du secteur le sait, notamment le CDTI.