La mission de l'ONU laisse un Darfour en paix, mais avec beaucoup de craintes

La décision de mettre fin à la MINUAD a été prise par le Conseil de sécurité des Nations unies le 23 décembre à la demande du gouvernement soudanais
Membres de la Mission de l'Union africaine au Darfour (MINUAD) dans le camp de Zamzam pour les personnes déplacées dans le nord du Darfour 

AFP/ ASHRAF SHAZLY  -   Membres de la Mission de l'Union africaine au Darfour (MINUAD) dans le camp de Zamzam pour les personnes déplacées dans le nord du Darfour 

La MINUAD, la mission de maintien de la paix des Nations unies au Darfour, termine son mandat ce jeudi, 13 ans après son début. Mais bien que la guerre civile qui a ravagé cette région du Soudan ait pris fin en 2008, il reste un groupe rebelle actif, ainsi que 1,8 million de personnes déplacées et des épisodes de violence tribale. 

La décision de mettre fin à la MINUAD a été prise par le Conseil de sécurité des Nations unies le 23 décembre à la demande du gouvernement soudanais, après la signature d'un accord de paix en octobre avec les principaux mouvements rebelles du pays, dont la plupart de ceux du Darfour. 

Cependant, les groupes armés et les personnes déplacées qui vivent encore dans les camps s'opposent à leur départ car ils estiment que l'État soudanais n'est pas encore prêt à assurer la sécurité de ses habitants. 

Cet accord de paix prévoit la formation de forces conjointes de l'armée soudanaise et des groupes rebelles signataires pour protéger les civils au Darfour. 

Par ailleurs, les Nations unies ont décidé en juin dernier de créer une nouvelle mission, l'UNITAMS, pour l'ensemble du Soudan, avec un mandat à partir du 1er janvier prochain pour accompagner la transition démocratique suite au renversement d'Omar al-Bachir en avril 2019. 

Mais ces forces conjointes doivent encore être formées et l'UNITAMS n'est pas encore complète et son chef n'a pas encore été nommé, de sorte que l'on craint que tant qu'elle ne sera pas pleinement opérationnelle, il y aura un vide sécuritaire. 

AFP/ ASHRAF SHAZLY - Personal de mantenimiento de la paz de Ruanda, que forma parte de la misión de la ONU y la Unión Africana en Darfur (UNAMID), hace guardia en la ciudad de Golo, en el centro de Darfur 
AFP/ ASHRAF SHAZLY - Des soldats de la paix rwandais, membres de la mission de l'ONU et de l'Union africaine au Darfour (MINUAD), montent la garde dans la ville de Golo, au centre du Darfour
Évaluation de la mission

La MINUAD s'est déployée au Darfour en 2007 au milieu d'une guerre civile sanglante qui a fait plus de 300 000 morts entre 2003 et 2008, selon l'ONU, après que des groupes armés se soient soulevés contre le gouvernement pour protester contre la pauvreté et la marginalisation dont souffrent les habitants de la région. 

A partir de 2017, alors que la mission comptait 16 000 personnes sur le terrain, elle a commencé à réduire ses effectifs à un peu moins de 6 000, dont 4 000 militaires. 

Le chef de la mission, Jeremiah Mamabolo, a déclaré à Efe que la mission a réussi, malgré tous les problèmes qu'elle a rencontrés et les obstacles mis en travers de sa route par le régime Al-Bashir, à mener à bien sa tâche. 

"Nous avons gagné la confiance de la population du Darfour, en particulier dans les camps de personnes déplacées, en leur apportant la sécurité et l'aide humanitaire", a déclaré Mamabolo, expliquant que sur les 2,5 millions de personnes qui se trouvaient dans ces camps, il y en a maintenant 1,8 million. 

Il a rappelé que malgré la signature de l'accord de paix en octobre, "le Mouvement de libération du Soudan dirigé par Abdel Wahid Nur est toujours actif dans l'État du Darfour central et des conflits tribaux sanglants se poursuivent dans plusieurs États" qui composent cette vaste région. 

Cependant, "il y a un nouveau gouvernement accepté par le peuple et engagé à faire la paix, à mettre fin aux problèmes des citoyens de la région du Darfour et à traiter les effets de la guerre.

PHOTO/REUTERS - El primer ministro de Sudán, Abdalla Hamdok 
PHOTO/REUTERS - Premier ministre soudanais Abdalla Hamdok
Refus au départ 

Les résidents des 155 camps de personnes déplacées restants au Darfour et des 20 camps de réfugiés des pays voisins, le Tchad et la République centrafricaine, ne se sentent pas en sécurité, a déclaré à Efe Adam Riyal, porte-parole de la Coordination générale pour les personnes déplacées et les réfugiés. 

Ces derniers jours, des manifestations ont eu lieu dans certains de ces camps contre le retrait de la MINUAD. 

M. Riyal a noté que malgré la faiblesse de la mission de paix, les violations des droits de l'homme pouvaient être documentées et a averti que des meurtres, des pillages et des viols se produisaient encore au Darfour et que les forces combinées du gouvernement et des groupes armés ne seraient pas en mesure de les arrêter. 

Il se méfiait également de la possibilité qu'ils se retrouvent entre les agriculteurs tribaux africains et les éleveurs arabes, dont les conflits pour l'eau et la terre entraînent souvent des affrontements meurtriers. 

Les mouvements armés, bien qu'ayant signé un accord de paix avec le gouvernement, ont également demandé une prolongation du mandat de la MINUAD. 

"La décision du Conseil de sécurité concernant les soldats de la paix est frustrante car il a été possible de maintenir la mission conjointe jusqu'au début de l'activité de l'UNITAMS, qui devrait être terminée à la fin de 2021", a déclaré Mutassim Saleh, porte-parole du Mouvement pour la justice et l'égalité, l'un des plus importants au Darfour. 

Pour sa part, le gouverneur de l'État du Darfour Sud, Musa Mahdi, a estimé que "le moment est venu pour la MINUAD de partir", et qu'elle devrait achever son retrait d'ici le 30 juin 2021, car il n'y a actuellement aucun combat entre les rebelles et le gouvernement, ce qui assurera une meilleure protection des civils.