La modernité pionnière de l'Égypte ancienne

Atalayar_Hassan Fathy

 -  

Hassan Fathy (Alexandrie, 1900 - Le Caire, 1989), connu et vanté comme l'architecte des pauvres, est un véritable représentant du modernisme égyptien et en avance sur son temps en tant que père de l'architecture durable et vernaculaire. Il est né avec les premiers rayons du soleil du XXe siècle, lorsque la culture égyptienne millénaire était déchirée entre l'acceptation totale des nouveaux modèles et la domination européenne, ou la recherche de sa propre voie à partir de ses propres racines. Des peintres comme Mohamed Naghi, Mahmoud Saïd ou Ragheb Ayad, et des sculpteurs comme Mahmoud Mukhtar sont les "pionniers" ("al-ruwwad") du mouvement moderniste égyptien, des artistes qui incarnent la réflexion intellectuelle de la renaissance culturelle ("nahda"), mais aussi capables d'une interaction finalement innovante. 

Fathy peut également être considéré comme l'un de ces pionniers innovateurs, capable d'aller au fond des racines de sa propre culture, d'assimiler les enseignements du paysan traditionnel, le "fellah", d'observer et d'apprendre les coutumes ancestrales des bâtisseurs nubiens du sud, ceux-là mêmes qui ont construit des dômes, des arcs et des voûtes inclinées, sans cadre, comme ils l'ont toujours fait depuis des temps immémoriaux. 

Tel est le contexte et l'arrière-plan de l'exposition que la Casa Árabe de Madrid consacre à l'architecte, sous le titre "Hassan Fahty : à contre-courant", dont le commissaire est José Tono Martínez, qui, depuis son passage à l'Expo 2008 de Saragosse, a décidé de rendre justice à l'homme qui a rejeté l'imposition internationale en matière de nouveaux matériaux. 

Contemporain des grands gourous de l'architecture de presque tout le XXe siècle, Fathy redécouvre les propriétés millénaires de l'adobe, des argiles et des sables séchés au soleil et mélangés à de la paille. Un matériau de construction disponible au pied de n'importe quel village, bon marché et à haute capacité d'isolation thermique.  En bref, il met sa profession au service de la grande majorité de la population, c'est-à-dire des pauvres. 

La meilleure expression de ses convictions est peut-être la construction du quartier du Nouveau Gourma, destiné à accueillir les familles qui vivaient du pillage et de la mise à sac des tombes de la Vallée des Rois, et qui est présenté dans l'exposition sous forme de plans, de maquettes et de photographies de cette œuvre emblématique, réalisée entre 1945 et 1948, juste après la Seconde Guerre mondiale. Fathy fait ainsi de l'anthropologie en incorporant dans son projet tout un traité sur les us et coutumes des habitants de ce village, à qui l'on a offert des habitations ancrées dans l'histoire millénaire en échange de l'abandon de leur activité de pilleurs de tombes, poussés par la faim.   

L'exposition couvre de nombreuses autres œuvres emblématiques : la maison Hamid Saïd, au Fayoum, 1942 ; la Lulu à la mosquée al-Sahara, au Caire, 1950, la maison Casaroni, à Shabramant, 1980, et ses traces en Espagne : Sa Bassa Blanca, Alcudia, Majorque 1978/80, et au Nouveau Mexique, avec la Villa Dar al-Islam. 

Outre une sélection très représentative de l'œuvre picturale d'Hassan Fathy, le commissaire José Tono a inclus trois contributions complémentaires dans l'exposition. Un panel centré sur "l'architecture en terre dans la péninsule ibérique", avec des typologies de techniques et d'œuvres provenant d'ateliers contemporains ; une installation dédiée à l'artiste par l'Anglaise Hannah Collins, intitulée "Je vais faire une chanson et la chanter dans un théâtre avec l'air de la nuit au-dessus de ma tête", et une œuvre de l'artiste Chant Avedissian, disciple direct d'Hassan Fathy.  

Comme le dit Nadia Radwan, professeur à l'université de Berne, les travaux du "al-ruwwad" s'enracinent dans le projet politique d'un éveil culturel. Un événement artistique, qui a ouvert la voie à l'avant-garde égyptienne. Ce moderniste millénaire, Hassan Fahty, expose son travail à la Casa Árabe de Madrid jusqu'au 16 mai.