PUBLICIDAD

Iberdrola

La montée de la désinformation et des "fake news" en temps de crise

La désinformation est généralement utilisée pour désigner la diffusion délibérée de contenus malhonnêtes destinés à semer la confusion ou à manipuler les gens
Fake News

 -  

Les événements récents ont placé le journalisme sous les projecteurs. Les transformations politiques, technologiques, économiques et sociales remodèlent inexorablement le paysage de la communication et soulèvent de nombreuses questions sur la qualité, l'impact et la crédibilité du journalisme. 

En outre, l'information est contaminée par des campagnes orchestrées visant à répandre des faussetés par le biais de la désinformation. Cette perturbation s'accompagne de la manipulation de demi-vérités par le biais de la désinformation, et de l'échange volontaire ou involontaire de fausses informations.

L'ère numérique a été décrite comme un "âge d'or du journalisme". Nouveaux modèles de rapports collaboratifs transfrontaliers et accès à diverses sources en un clic de souris.  Cependant, elle a également apporté des défis permanents sans précédent et des changements structurels au secteur de l'information avec la montée de la propagande ou l'essor des médias sociaux.

En outre, les frontières entre les faits, le divertissement, la fabrication et la fiction sont de plus en plus floues, et une fois que la désinformation est diffusée, les systèmes de distribution des nouvelles rendent impossible toute tentative de freiner la viralité de la publication. 

Fake News

Comment, où et pourquoi la désinformation apparaît-elle ?

À l'ère de la communication, il est très facile d'obtenir des informations. Avec le développement des médias, et notamment de l'internet, nous avons une mine d'informations à notre disposition. L'accès à l'information est devenu plus facile, moins cher et plus dynamique, grâce au nombre de sources couvrant le contenu national et international. 

Outre les journaux, les magazines et la télévision, les médias sociaux sont un média largement utilisé, notamment par les jeunes. D'autre part, par le biais des médias sociaux et des messageries, la diffusion de la désinformation et des fake news augmente. Dans le monde hautement globalisé d'aujourd'hui, nous pouvons savoir ce qui se passe aux quatre coins du monde, pratiquement en temps réel. Cependant, un certain nombre de facteurs transforment le cadre de la communication et remettent en question la qualité, l'impact et la crédibilité du journalisme. 

De nombreux acteurs s'engagent dans la communication stratégique pour atteindre des objectifs illégitimes par la propagation de certaines nouvelles ou informations nuisibles à leur public cible. Dans ce contexte, la désinformation est généralement utilisée pour désigner la diffusion délibérée d'informations malhonnêtes destinées à semer la confusion ou à manipuler les gens. Elle est particulièrement dangereuse car elle est souvent bien organisée et renforcée par des technologies automatisées. 

Internet

En outre, les campagnes de désinformation ont tendance à être plus fréquentes dans les situations de crise ou d'incertitude nationale. Ils sont généralement utilisés comme une arme pour déstabiliser un pays, en nuisant à l'opinion publique, voire en s'immisçant dans les campagnes électorales, comme nous l'avons vu en 2016 aux États-Unis.

Les "fake news" ou fausses informations sont publiées par des sites web à la recherche d'adeptes et d'utilisateurs pour consommer leur contenu. L'objectif est d'inciter les lecteurs à croire l'information et à la partager. De cette façon, davantage de lecteurs acceptent de consommer le contenu et plus d'argent est gagné grâce aux publicités. La monétisation est multipliée en fonction du nombre de visites que reçoit la publication, donc plus il y a de visites, plus elle s'enrichit.

Redes sociales

Cas actuels de "fake news" : Cuba, COVID-19...

Profitant des moments d'incertitude et de confusion qui découlent des situations de crise, qu'elles soient économiques, sanitaires ou migratoires, le nombre de fake news ou d'histoires de "fake news" explose en raison du manque d'informations véridiques. Les fausses nouvelles ont tendance à se répandre sur les réseaux sociaux, où les utilisateurs les partagent à la vitesse de l'éclair, ce qui rend pratiquement impossible de les empêcher de se propager. De plus, l'accès aux informations officielles et vérifiées est réduit lorsque les autorités du pays en crise en rendent l'accès difficile dans une tentative de contrôler les soulèvements et d'entraîner les masses en leur faveur.

Cuba est un exemple clair des dommages que peuvent causer les fake news et la désinformation. Encore plus, comme nous l'expliquons à Atalayar, lorsque les autorités ont coupé le service d'internet mobile et que presque personne ne peut se permettre une connexion wifi. La panne d'internet entraîne l'arrêt de certaines activités du pays, qui avaient été mises en ligne à cause de la pandémie. Peu de personnes ont accès aux réseaux et sont au courant de la situation réelle, alors que circulent des vidéos de soulèvements citoyens qui, dans de nombreux cas, sont fausses, délocalisées ou passent pour de nouvelles images alors qu'elles correspondent aux premières manifestations.

Nous sommes face à un terrain marécageux pour les deux "parties du conflit", tant pour la population cubaine, fatiguée du manque de libertés, de la situation de pauvreté et de la crise sanitaire provoquée par le COVID-19, que pour le gouvernement Díaz-Canel, avide de pouvoir. Dans cette situation, les "fake news" se multiplient, augmentant encore plus l'incertitude et le manque d'information, générant un espace plus conflictuel. Ils sont le plus souvent accompagnés d'une photo ou d'une vidéo, faisant appel aux émotions du destinataire.

L'une des plus récentes a été démentie par Efe Verifica : "Un garçon de 13 ans a été tué lors des manifestations antigouvernementales massives à Cuba, comme le montre une photographie", est totalement faux. L'image montre en fait un mineur qui a été blessé par une balle perdue au Venezuela après un affrontement entre gangs.

Redes sociales

L'importance de la lutte contre la désinformation et les fake news

La vérité est que la propagation mondiale de faussetés en ligne constitue une menace sérieuse pour les éléments fondamentaux de la société démocratique, notamment la cohésion sociale, la santé publique et la stabilité politique. Une démocratie saine nécessite des informations crédibles afin que les citoyens puissent prendre des décisions en connaissance de cause. 

Les décisions législatives et réglementaires sur la manière de répondre aux fake news arrivent à un moment critique, alors que les libertés politiques et médiatiques sont menacées dans le monde entier. Les plateformes numériques sont la nouvelle frontière dans cet assaut mondial contre les libertés.

Dans le contexte actuel de désinformation, le plus grand danger n'est pas une réglementation injustifiée du journalisme, mais l'impact sur les croyances des gens quant aux informations qu'ils reçoivent. Dans ce scénario, les gens sont susceptibles de considérer comme véridique tout contenu qui est approuvé par leurs réseaux sociaux, en laissant de côté la cohérence.

Redes sociales

Nous pouvons déjà en constater les effets négatifs sur les croyances du public en matière de santé, de science, d'interculturalité et de questions sociales. Au-delà de la polarisation et de la radicalisation de la société, lorsqu'on reçoit ce type de contenu faux et manipulé, on peut trouver des fake news comme "ingérer du chlore guérit le coronavirus", qui peuvent être mortelles. 

C'est pourquoi il est primordial de lutter contre cette arme qui menace la stabilité des pays, la cohésion sociale et la santé publique.