PUBLICIDAD

Marruecos

La nouvelle cyberattaque qui pourrait mettre à mal les relations entre Washington et Moscou

Le groupe REvil, lié à la Russie, pourrait être responsable de la cyberattaque contre l'entreprise américaine Kaseya
ciberataque kaseya

REUTERS/DADO RUVIC  -   Le site web de Kaseya est vu à travers une loupe devant un code binaire, comme le montre cette illustration.

Ce mercredi, le président américain Joe Biden a rencontré son équipe de sécurité nationale pour élaborer un plan de réponse aux récentes cyberattaques contre la société Kaseya. Les attaques contre la société américaine ont déjà touché plus de 1 500 entreprises internationales. En Suède, par exemple, plus de 800 magasins de la chaîne de supermarchés Coop ont dû fermer parce que les caisses enregistreuses ne fonctionnaient pas. En Suède, des problèmes ont également été signalés dans une compagnie ferroviaire et une pharmacie. En Nouvelle-Zélande, plusieurs écoles et jardins d'enfants ont été touchés. John Hammond, chercheur à la société de cybersécurité Huntress Labs, a qualifié l'attaque de "colossale et dévastatrice". "Kaseya s'occupe de grandes et de petites entreprises à l'échelle mondiale, donc en fin de compte, il a le potentiel de s'étendre aux entreprises de toute taille ou échelle", a déclaré Hammond. D'autre part, comme l'a déclaré Biden, cette cyberattaque a causé des "dommages minimes" aux États-Unis.

atalayar_ciberataque
REUTERS/KACPER PEMPEL - Les systèmes informatiques de centaines d'entreprises aux États-Unis et d'environ 1 500 entreprises dans le monde ont été piratés par le groupe "Rival".

Huntress Labs a désigné le groupe REvil, lié à la Russie, comme le coupable de cette attaque. Le mois dernier, le FBI a accusé le groupe de paralyser l'entreprise brésilienne de viande JBS. "L'idée initiale était que ce n'était pas le gouvernement russe, mais nous n'en sommes toujours pas sûrs", a déclaré Biden il y a quelques jours. Toutefois, lors de la réunion avec l'équipe de sécurité nationale, Jen Psaki, porte-parole de la Maison Blanche, a assuré que si le gouvernement russe ne peut ou ne veut pas prendre de mesures contre les acteurs criminels résidant en Russie, ils prendront des mesures ou se réserveront le droit d'agir de leur propre chef. Psaki a également annoncé une réunion la semaine prochaine entre de hauts responsables américains et russes pour discuter de ces menaces. Biden, pour sa part, a indiqué qu'il enverrait une lettre à Poutine. "Le président dispose d'une série d'options s'il choisit d'agir", a ajouté Mme Psaki. 

atalayar_ataques informáticos
AFP/AFP - Cyber-attaques notables depuis 2006

Cette nouvelle cyberattaque et ces rencontres interviennent un peu moins d'un mois après les déclarations de Vladimir Poutine niant ses relations avec d'éventuels hackers dans le pays. "On nous accuse de beaucoup de choses. D'ingérence dans les élections, de cyberattaques. Mais ils n'ont jamais, pas une seule fois, pris la peine de présenter un quelconque témoignage ou une quelconque preuve. Ce ne sont que des accusations sans fondement", a déclaré le président russe. Poutine a également ajouté qu'il était prêt à coopérer avec d'autres pays dans ce domaine. "Tout ce qui fait peur aux États-Unis peut aussi représenter un danger pour nous", a-t-il souligné.

Malgré les déclarations de Moscou visant à se dissocier de la cyberattaque, cet événement pourrait tendre davantage les relations entre les États-Unis et la Russie. Washington a accusé à plusieurs reprises la Russie d'ingérence électorale ou de cyberattaques. Outre les confrontations électroniques, les États-Unis, ainsi que d'autres pays de l'OTAN, effectuent des manœuvres militaires en mer Noire, créant ainsi une grave controverse avec la Russie. 

atalayar_putin-biden
AFP/JIM WATSON/GRIGORY DUKOR - Combinaison d'images montrant le président américain Joe Biden et le président russe Vladimir Poutine.

Cette cyberattaque pourrait également provoquer de nouvelles sanctions de la part de Washington. La Russie fait actuellement l'objet de sanctions pour ses "campagnes de cyber-espionnage, ses tentatives d'influencer les élections et autres agressions". En mars, Biden a également imposé des sanctions économiques à plusieurs responsables russes dans le cadre de l'empoisonnement de l'opposant politique Alexei Navalny. Les deux dirigeants se sont toutefois rencontrés en juin à Genève pour tenter de concilier leurs positions, mais peu de progrès concrets ont été réalisés. Navalny ou l'Ukraine ont été les principaux points de désaccord entre les dirigeants politiques, tandis que la lutte contre les pirates informatiques a donné lieu à une certaine coopération. Poutine a rappelé que la plupart des attaques proviennent des États-Unis et d'autres pays, rappelant que les combattre est "extrêmement important" tant pour Washington que pour Moscou.