La pénurie d'eau menace la stabilité politique de l'Iran 

Plusieurs morts dans des manifestations dans le sud de l'Iran pour cause de pénurie d'eau
El ayatolá Jamenei dijo que entiende el enfado de los manifestantes por la sequía en el suroeste del país, al tiempo que se informó de una cuarta muerte relacionada con las manifestaciones en curso en esa zona PHOTO/ Oficina del Líder Supremo iraní vía AP

PHOTO/ Oficina del Líder Supremo iraní vía AP  -   L'ayatollah Khamenei a déclaré qu'il comprenait la colère des manifestants face à la sécheresse qui sévit dans le sud-ouest du pays.

Les Iraniens descendent dans la rue depuis plus d'une semaine pour protester non seulement contre le manque d'eau mais aussi contre le manque d'autres produits de base, exacerbé par la crise du COVID-19. Des vidéos publiées sur les médias sociaux montrent des groupes d'Iraniens scandant des slogans contre le régime des ayatollahs. Les manifestations spontanées qui se déroulent depuis plusieurs semaines dans la province du Khuzestan ont fait plusieurs morts et de nombreuses arrestations. 

Les pénuries d'eau et d'électricité se sont multipliées ces dernières semaines, notamment dans la province du Khuzestan, dans le sud-ouest de l'Iran, où des températures allant jusqu'à 50 degrés Celsius ont été enregistrées. Depuis la guerre contre l'Irak, l'un des principaux fronts de bataille est cette région, qui a été dévastée par le conflit. L'Iran considère cette province comme l'un de ses principaux défis en matière de sécurité. Non seulement à cause du pétrole, mais aussi à cause de ce que cela pourrait signifier pour l'intégrité du pays.

Los agricultores del centro de Irán recurren cada vez más a las protestas, suplicando a las autoridades una solución AP/VAHID SALEMI
AP/VAHID SALEMI-Les agriculteurs du centre de l'Iran ont de plus en plus recours aux protestations, implorant les autorités de trouver une solution

Le cas n'est pas isolé ; de vastes étendues d'eau se sont asséchées en raison des faibles précipitations, mettant les autorités en état d'alerte pour tenter d'éviter une catastrophe humaine et naturelle qui pourrait entraîner des migrations massives à la recherche de terres fertiles. Les critiques concernant la vétusté des infrastructures et le manque d'entretien ont conduit à des protestations dans tout le pays

Ces dernières années, la République islamique a investi massivement dans la construction de barrages, souvent de mauvaise qualité, au détriment d'autres infrastructures hydrauliques, comme les systèmes d'irrigation, qui pourraient accroître l'efficacité du stockage et de l'utilisation de l'eau. Cependant, la population est frustrée par la gestion des ressources en eau par le gouvernement, qui représente un grave danger pour le pays, où les protestations liées aux pénuries d'eau ont conduit à des violences.

Una mujer iraní caminando con su hija junto a un barco abandonado en el pueblo de Sikh Sar, en el humedal de Hamoon, cerca de la ciudad de Zabol, en la provincia sudoriental de Sistán-Baluchistán, fronteriza con Afganistán AFP/ BEHROUZ MEHRI
AFP/ BEHROUZ MEHRI - Une femme iranienne marche avec sa fille près d'un bateau abandonné dans le village de Sikh Sar, dans la zone humide de Hamoon, près de la ville de Zabol, dans la province du Sistan-Baluchestan (sud-est), à la frontière avec l'Afghanistan.

Le Khuzestan est l'une des provinces où le taux de chômage est le plus élevé en Iran. L'une des régions riches en pétrole et en gaz, c'est aussi l'une des provinces les plus fertiles et les plus riches en eau du pays. Le manque d'eau a également eu un impact sur les coupures de courant - qui ont également suscité des protestations au début du mois - car une partie de l'infrastructure énergétique repose sur des réservoirs dont les réserves sont faibles. 

La sécheresse persistante, la gestion inadéquate et les conditions climatiques extrêmes, aggravées par les effets des sanctions internationales, ont poussé la République islamique à l'extrême. Le Khuzestan est actuellement l'une des régions du pays qui connaît le plus de problèmes environnementaux, notamment en raison des tempêtes de sable qui frappent certaines parties de la province la majeure partie de l'année et qui en font l'un des endroits les plus pollués au monde. La crise environnementale a débuté lorsque les marais de la région ont commencé à s'assécher en raison du changement climatique et des politiques gouvernementales favorables à l'exploitation pétrolière.

AFP/ BEHROUZ MEHRI

L'eau a également commencé à être contrôlée par la construction d'une douzaine de barrages qui, selon les agriculteurs, ne sont pas ouverts lorsque l'eau est nécessaire pour irriguer les cultures. Cela rend leur vie infernale, surtout en été lorsque les températures peuvent atteindre plus de 45 degrés Celsius. 

Téhéran considère l'autosuffisance agricole comme un intérêt stratégique. On estime qu'environ 71 % des 82 millions d'habitants de l'Iran vivent dans des eaux qui risquent de s'affaisser en raison d'une extraction excessive des eaux souterraines. Ce qui est déjà un problème en soi s'est aggravé ces deux dernières années avec la raréfaction des précipitations - dans le sud et l'est de l'Iran, les précipitations ont été réduites de 50 à 85 % cette année - et l'augmentation des températures moyennes dans la majeure partie du pays.

AFP/ BEHROUZ MEHRI

Le manque d'eau a également eu un impact sur les coupures d'électricité - qui ont également suscité des protestations au début du mois - car une partie de l'infrastructure énergétique repose sur des réservoirs dont les réserves sont faibles. Un autre problème est l'absence d'ouvrages pour acheminer l'eau potable vers les dizaines de villes de la zone de protestation qui sont éloignées des sources. La satisfaction des besoins des 81 millions d'habitants de l'Iran a conduit le pays à surexploiter ses aquifères. Selon une analyse de Geopolitacl Futures, 55 % de la consommation d'eau de l'Iran est assurée par les eaux souterraines, dont 92 % sont utilisées pour l'irrigation.

La gestion inadéquate de l'eau a été aggravée par un climat rude qui ne cesse de se détériorer. La diminution des précipitations, l'augmentation des températures et la fréquence croissante des phénomènes météorologiques extrêmes exercent une pression supplémentaire sur les ressources en eau. La dichotomie entre gestion de l'eau et durabilité perdurera tant que les véritables causes de la sécheresse dramatique que connaît l'Iran - croissance démographique rapide, agriculture inefficace et mauvaise gestion des ressources - n'auront pas été surmontées.