La pandémie "aurait pu être évitée", selon les experts

En outre, un rapport de l'Université d'Oxford a indiqué que le mélange de vaccins augmente les réactions légères
Atalayar_coronavirus India

AFP/JEWEL SAMAD  -   Bûchers des victimes qui ont perdu la vie à cause du coronavirus Covid-19 sur un terrain de crémation à New Delhi, le 26 avril 2021.

La pandémie de coronavirus a causé 3,3 millions de décès et près de 160 millions de personnes infectées. Elle a également eu des conséquences sur l'économie mondiale, provoquant une crise qui durera des années. D'autre part, la pandémie a gravement affecté la santé mentale de la société. Les maladies telles que l'anxiété ou la dépression ont augmenté au cours de cette année, en raison de la peur du virus, des inquiétudes ou de l'incertitude.

Aujourd'hui, plus d'un an après la déclaration d'alerte au coronavirus, un groupe d'experts indépendants de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) affirme que la pandémie "aurait pu être évitée". Ces spécialistes, qui décrivent le coronavirus comme "le Tchernobyl du XIIe siècle", attribuent au Règlement sanitaire international et à "la lenteur des procédures bureaucratiques" la responsabilité de la propagation rapide du virus dans le monde. Les experts pointent également du doigt les dirigeants mondiaux, affirmant que la plupart d'entre eux "ont attendu de voir comment le coronavirus se propageait au lieu de réagir plus rapidement".

Les spécialistes remontent à décembre 2019, lorsque les premiers cas sont apparus à Wuhan. C'est au cours de ce mois que les premières erreurs ont commencé à se produire, car ils estiment que les réponses à la première épidémie ont manqué d'urgence. "Le délai entre la notification d'un groupe de cas de pneumonie d'origine inconnue à la mi-décembre et la déclaration d'une urgence de santé publique de portée internationale a été trop long", déclare le panel dont fait partie Helen Clark, ancien premier ministre de la Nouvelle-Zélande. En revanche, les experts qualifient le mois de février de "mois perdu", car ils estiment que les pays auraient pu prendre des mesures plus sérieuses face à la propagation.

Atalayar_OMS
PHOTO/SALVATORE DI NOLFI/KEYSTONE vía AP - Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général, Organisation mondiale de la santé (OMS)

Pour les futures pandémies, qui, selon eux, "peuvent survenir à tout moment", les experts ont demandé que l'OMS dispose d'une plus grande indépendance financière et politique. Ils demandent également que des "droits d'accès garantis" lui soient accordés dans les pays pour enquêter sur les épidémies. "C'est une conséquence directe du fait que l'OMS est sous-puissante et sous-financée par les États membres", a déclaré Ellen Johnson Sirleaf, ancienne présidente du Liberia et membre du panel.

En conclusion, ils appellent à la création d'un fonds de financement solide qui permettra de lutter plus rapidement et plus efficacement contre les pandémies du futur. "Il est clair que la combinaison de mauvaises décisions stratégiques, d'un manque de volonté de s'attaquer aux inégalités et d'un système mal coordonné a créé un cocktail toxique qui a transformé la pandémie en une crise humaine catastrophique". Le groupe a également défini une série d'actions visant à relever les défis futurs en matière de santé. Les experts ont appelé à la création d'un Conseil mondial des menaces pour la santé, d'un nouveau système de surveillance mondial fondé sur une transparence totale et d'un investissement dans la préparation nationale aux pandémies.

Le panel a remis sur la table la question de l'allègement des brevets sur les vaccins. Après que Joe Biden a approuvé la suspension des brevets, la question est devenue le centre des débats de la communauté internationale. Alors que des pays comme l'Inde et l'Afrique du Sud appellent à la libération, d'autres comme la France, le Japon et le Royaume-Uni s'y opposent. Les spécialistes ont appelé à la suspension des brevets et au don de vaccins pour stopper la pandémie dans tous les pays du monde. 

Atalayar_proceso de vacunación
PHOTO - Le vaccin COVID-19 de Pfizer est efficace à 90 %.
Le mélange de différents vaccins augmente les réactions légères

Depuis le début du processus de vaccination, les scientifiques et les laboratoires se sont attachés à étudier les vaccins et leurs éventuels effets secondaires afin de rassurer la population. Les thromboses associées à AstraZeneca ont multiplié les études scientifiques pour rechercher le problème principal du vaccin, dans le but de ne pas ralentir le processus de vaccination et de transmettre le calme dans la société. L'une des études les plus récentes, réalisée par l'Université d'Oxford et publiée par le média britannique The Lancet, rapporte que la combinaison des vaccins AstraZeneca et Pfizer augmente les réactions légères et modérées, sans toutefois poser de problèmes de sécurité. "Il est important que nous communiquions ces données, surtout si ces mélanges sont envisagés dans certains pays", a déclaré Matthew Snape, chercheur principal de l'étude, appelée Com-Cov.

L'Espagne est l'un des pays où il a été envisagé d'administrer la deuxième dose différemment. Ángela Domínguez, coordinatrice du groupe de travail sur la vaccination de la Société espagnole d'épidémiologie (SEE), a souligné que les effets indésirables et graves de la vaccination à différentes doses "sont encore extrêmement rares".