La pandémie et les objectifs de développement durable en Afrique

Le coronavirus aggrave encore les conditions économiques très difficiles sur le continent africain
Distribution de nourriture organisée par Gift of the Givers à la CDB à Johannesburg, 14 octobre 2020

AFP/LUCA SOLA  -   Distribution de nourriture organisée par Gift of the Givers à la CDB à Johannesburg, 14 octobre 2020

La crise du coronavirus fait des ravages dans les économies et le développement du monde entier. Les objectifs de développement durable des Nations unies semblaient s'effondrer avant même la crise mondiale du coronavirus et, comme c'est souvent le cas pour toute crise, l'impact de la pandémie a été le plus sévère dans les pays les plus pauvres, et en particulier en Afrique, entravant la réalisation des objectifs mondiaux. Selon le Center for Sustainable Development Goals for Africa (SDGCIA), l'année 2020 devrait connaître la plus forte chute du PIB africain en 50 ans. Cela signifie qu'environ 20,4 millions de personnes se retrouveront dans l'extrême pauvreté cette année. Avant le COVID, 400 millions d'Africains vivaient encore dans la pauvreté (moins de 1,9 dollar par jour) et d'ici 2030, ce chiffre devrait passer à 480 millions. Par conséquent, dans le sillage de la pandémie, la réduction de la pauvreté (la première SAO) semble plus éloignée que jamais. Lié à ce premier objectif, la crise du coronavirus a affecté la chaîne d'approvisionnement alimentaire, menaçant la réalisation de la deuxième SAO en Afrique, l'élimination de la faim et la réalisation de la sécurité alimentaire. Avant la crise du coronavirus, selon les données de la FAO, 52,5 % des 1,288 millions de personnes en Afrique étaient en insécurité alimentaire modérée. Les données indiquent que 73 millions de personnes pourraient connaître une insécurité alimentaire aiguë à la suite de cette crise.  

Indépendamment des cas de coronavirus en Afrique, ce sont les mesures prises par les gouvernements concernés pour ralentir la progression de la pandémie qui ont vraiment fait des ravages sur l'économie. Qu'il s'agisse de restrictions de mobilité par zone, de fermetures massives de frontières ou de confinement total, ces mesures ont été dévastatrices pour tous les travailleurs de l'économie informelle ou dépendant des secteurs qui ont le plus souffert de cette crise, comme le tourisme. Selon l'Organisation internationale du travail, on estime que neuf travailleurs sur dix sont informels, la majorité d'entre eux dans le secteur agricole. L'absence de couverture sociale dans ces États et la précarité des emplois font que les travailleurs ne peuvent être au chômage pendant de nombreux mois. Seuls 18 % d'entre eux ont reçu une quelconque prestation sociale de l'État. Par conséquent, le huitième objectif, qui consiste à promouvoir une croissance économique soutenue et un travail décent pour tous, est hors d'atteinte et semble inatteignable d'ici dix ans.  

En esta foto de archivo de este martes 29 de septiembre de 2020, Irene Wanzila, de 10 años, trabaja rompiendo rocas con un martillo junto con su hermano menor en la cantera de Kayole en Nairobi, Kenya
AP/BRIAN INGANGA - Sur cette photo d'archive du mardi 29 septembre 2020, Irene Wanzila, 10 ans, travaille à casser des roches avec un marteau avec son jeune frère à la carrière de Kayole à Nairobi, Kenya

Comme prévu, le troisième objectif lié à la santé et au bien-être est également en retard par rapport à son potentiel de réalisation en 2030. Malgré les cas et les décès causés par la pandémie, l'une des pires conséquences de la crise a été la suspension des campagnes de vaccination prévues pour 2020 qui visaient à éradiquer des maladies normalement évitables par les vaccins. 21 millions d'enfants auraient dû être vaccinés contre plusieurs maladies très contagieuses au Tchad, au Nigeria, en Éthiopie et au Sud-Soudan, mais en raison de la pandémie, ces campagnes de vaccination n'ont pas été menées. En raison des conditions précaires, la maladie du paludisme s'est répandue en Afrique subsaharienne ces derniers mois. Les prévisions indiquent un taux de mortalité d'environ 800 000 décès, soit un retour au taux de mortalité du début des années 2000.  

Un médico atiende a un paciente con coronavirus en la unidad de cuidados intensivos de un centro de aislamiento y tratamiento para los que tienen COVID-19 en Machakos, al sur de la capital, Nairobi, en Kenia
AP/BRIAN INGANGA - Un médecin traite un patient atteint de coronavirus dans l'unité de soins intensifs d'un centre d'isolement et de traitement des patients atteints de COVID-19 à Machakos, au sud de la capitale, Nairobi, au Kenya.

Enfin, le secteur le plus touché par le coronavirus a sans aucun doute été le secteur de l'éducation (objectif de développement 4). Cette tendance a été mondiale, les établissements d'enseignement ayant fermé en masse dans le monde entier pour ralentir la progression de la pandémie. En Afrique, cependant, l'impact de la pandémie sur l'éducation a été beaucoup plus sévère que dans le reste du monde. Avant la crise du coronavirus, les chiffres des inscriptions scolaires dans la région de l'Afrique subsaharienne étaient les plus bas du monde. Un enfant sur cinq âgé de 6 à 11 ans n'est pas inscrit à l'école ou ne la fréquente pas régulièrement. Ce chiffre est passé à un tiers dans la tranche d'âge des 12-14 ans. En raison de la pandémie, 300 millions d'étudiants africains déjà scolarisés ont été contraints d'abandonner leurs études en raison des mesures restrictives imposées par les gouvernements. Contrairement à d'autres régions du monde, le manque d'accès à Internet a empêché les étudiants de suivre des programmes d'enseignement à distance. En raison des conséquences économiques de cette crise sur les familles à faibles revenus, beaucoup de ces enfants ne retourneront pas à l'école une fois les restrictions sanitaires terminées, mais devront aller travailler pour subvenir aux besoins de la famille.  

Escolares asisten a clase en la Escuela Primaria Olímpica de Kibera, una de las zonas más pobres de la capital, Nairobi, el 12 de octubre de 2020
AP/BRIAN INGANGA - Des écoliers vont en classe à l'école primaire olympique de Kibera, l'un des quartiers les plus pauvres de la capitale, Nairobi, le 12 octobre 2020

Comme on peut le constater, la possibilité d'obtenir des résultats positifs dans les objectifs de développement durable en Afrique a diminué de façon spectaculaire. Cet appauvrissement du continent entraînera une augmentation des crises de sécurité et des crises migratoires, qui dépasseront les frontières, comme nous l'avons déjà vu avec la recrudescence de l'immigration sur les routes méditerranéennes vers l'Europe.