PUBLICIDAD

Iberdrola

La Parade des drapeaux suscite des tensions à Jérusalem

La marche controversée s'est terminée par de nombreuses arrestations et blessures. Le gouvernement israélien condamne les insultes racistes contre les Palestiniens, tandis que le Hamas prévient qu'il répondra au "moment opportun"
AP/ARIEL SCHALIT

PHOTO/AP  -   Des ultranationalistes juifs agitent des drapeaux israéliens lors de la "Marche des drapeaux" devant la porte de Damas, dans la périphérie de la vieille ville de Jérusalem.

Comme chaque année, des milliers d'Israéliens - principalement des religieux et des ultra-nationalistes - ont organisé la controversée Parade des drapeaux à Jérusalem pour commémorer la conquête de la partie orientale de la ville en 1967 après la guerre des Six Jours. La marche controversée, considérée comme une "provocation" par les Palestiniens, s'est déroulée autour de la porte de Damas et dans les rues étroites du quartier musulman. 

À l'intérieur de la Vieille ville, des tensions entre les ultranationalistes israéliens et les Palestiniens ont éclaté à cause de chants racistes tels que "Mort aux Arabes" et "Vos villages brûleront", ainsi que de slogans contre le prophète Mahomet. Au cours de la marche de cette année également, les ultranationalistes se sont moqués et ont insulté la journaliste palestinienne Shireen Abu Akleh, qui a été tuée alors qu'elle couvrait un raid israélien en Cisjordanie. En effet, les journalistes palestiniens qui couvrent l'événement ont été victimes d'insultes de la part de manifestants israéliens.

"Est-ce que ça nous appartient ? Si oui, débarrassons-nous d'eux", a déclaré une participante à la marche au Times of Israel, en faisant référence aux Arabes et aux Palestiniens. "C'est notre pays. Les Palestiniens sont des invités sur nos terres", a déclaré un autre à l'AFP. 

AP/ARIEL SCHALIT  -   La policía israelí ha reforzado su presencia en Jerusalén en vísperas de la marcha de la bandera, una manifestación ultranacionalista que conmemora el “Día de Jerusalén”
AP/ARIEL SCHALIT - Les tensions entre les ultra-nationalistes israéliens et les Palestiniens ont éclaté à cause de chants racistes.

En raison de la violence et de la tension caractéristiques de la journée, les Palestiniens vivant dans la Vieille ville ont choisi de fermer leurs commerces et certains ont évité de sortir dans les rues. "On ne sait jamais ce qu'ils peuvent faire, ils peuvent peut-être attaquer le magasin, alors nous fermons plus tôt", a déclaré un Palestinien à El Mundo.

Pour faire face aux perturbations de la journée, la police israélienne a porté l'alerte au niveau le plus élevé et a déployé 3 000 agents à Jérusalem. Les forces de sécurité se sont également préparées à divers scénarios, tels que des tirs de roquettes depuis la bande de Gaza, des attaques terroristes en Israël et des affrontements dans des villes mixtes. 

Selon les rapports de police, 18 Palestiniens ont été arrêtés, soupçonnés d'émeute et d'agression contre des officiers, pour avoir jeté des pierres lors de l'arrivée de manifestants israéliens sur l'Esplanade des mosquées ou Mont du Temple, le site le plus sacré pour les Juifs et le troisième site le plus sacré de l'Islam après La Mecque et Médine. "Chaque année, ils viennent ici et nous provoquent. Mais cette année, c'est pire, nous le ressentons comme un défi", a révélé un Palestinien au journal israélien.

En raison du statu quo, les Juifs sont autorisés à visiter le Mont du temple, mais pas à y prier. Cependant, nombre d'entre eux ne respectent pas les règles et se rendent même sur le site avec le drapeau israélien, malgré les menaces du Hamas, qui a averti que le fait de faire flotter le drapeau israélien sur le lieu saint pourrait déclencher une "réponse violente". Comme l'a indiqué la police, quelque 1 800 personnes - dont des touristes - ont pénétré dans la zone lors de visites régulières dimanche. Parmi eux, certains juifs ont "violé les règles de la visite" et plusieurs ont été arrêtés, rapporte l'AFP.

Parmi les nationalistes qui ont pénétré sur l'Esplanade des Mosquées se trouvait le député d'extrême droite Itamar Ben Gvir, qui a tweeté qu'ils ne céderaient pas aux menaces des groupes terroristes, car ils sont "les propriétaires de Jérusalem". 

En plus des dizaines de personnes arrêtées sur le Mont du Temple, la police a arrêté plus de 60 personnes soupçonnées de troubler l'ordre public. Par ailleurs, selon les chiffres du Croissant-Rouge palestinien recueillis par l'AFP, au moins 79 personnes ont été blessées, dont 23 ont dû être hospitalisées.

Certains d'entre eux ont été battus par les forces de sécurité, tandis que d'autres ont été attaqués par les manifestants eux-mêmes. Par exemple, un homme ultra-orthodoxe a craché sur une femme palestinienne âgée et l'a aspergée de gaz poivré. D'autre part, des nationalistes ont jeté des bouteilles sur des médecins transportant un citoyen blessé, comme le rapporte l'agence de presse.

Lapid : les groupes radicaux "ne sont pas dignes de porter le drapeau israélien"

Le gouvernement israélien a condamné ces actions, ainsi que les insultes contre les Palestiniens et les chants racistes. Le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid a qualifié les groupes nationalistes de "honte" et a déclaré qu'ils "ne sont pas dignes de porter le drapeau israélien". Parmi les organisations radicales anti-arabes les plus connues, citons La Familia, composée de supporters de l'équipe de football Beitar Jerusalem, et Lahava.

PHOTO/REUTERS - Jóvenes ondean banderas israelíes durante un desfile que marca el Día de Jerusalén en medio de la tensión entre israelíes y palestinos mientras marchan a lo largo de las murallas que rodean la Ciudad Vieja de Jerusalén
PHOTO/REUTERS - Parmi les organisations anti-arabes les plus virulentes et les plus radicales figurent La Familia, composée de supporters de l'équipe de football du Beitar Jérusalem, et Lahava.

Le Premier ministre Naftali Bennett a également ordonné à la police de faire preuve de "tolérance zéro" à l'égard de tout comportement raciste, en pointant du doigt le groupe The Family. Selon le dirigeant israélien, "une minorité est venue mettre le feu à la zone, profitant de la position ferme du gouvernement face aux menaces du Hamas, en essayant de provoquer un incendie".

PHOTO/AP
PHOTO/AP - Bennett a appelé à la "responsabilité et au respect" pendant la parade des drapeaux.

Bennett avait auparavant approuvé et soutenu la tenue de la marche, déclarant que "lever le drapeau israélien dans la capitale d'Israël est une évidence". Le Premier ministre a toutefois appelé à la "responsabilité et au respect". Le ministre de la Défense, Benny Gantz, a exprimé un point de vue similaire. "Nous organiserons le type de marche que nous voulons dans notre capitale", a-t-il souligné, s'adressant au Hamas, un groupe qui, selon Gantz, "ne menacera pas notre souveraineté".

Les échos de la guerre de 2021 

Ce développement controversé intervient un an après l'escalade de 11 jours de la guerre entre le Hamas et le Jihad islamique de Gaza contre l'armée israélienne. "L'année dernière, le Hamas a décidé de lancer des roquettes, et il regrette toujours que l'opération "Gardien du mur" ait eu lieu", a déclaré Gantz, faisant référence aux attaques contre les factions armées à Gaza. 

PHOTO/REUTERS - Militantes palestinos de Hamas en el sur de la Franja de Gaza
PHOTO/REUTERS - Militants palestiniens du Hamas dans le sud de la bande de Gaza

La guerre de 2021 a été déclenchée après une situation similaire : des Israéliens nationalistes brandissant des drapeaux sur l'Esplanade des Mosquées et des affrontements avec des Palestiniens. En outre, la Parade des drapeaux de cette année a eu lieu à un moment de haute tension en Israël après une vague d'attaques terroristes qui ont coûté la vie à 9 Israéliens et de multiples raids en Cisjordanie. Pendant ce temps, les affrontements se poursuivent dans le quartier de Sheikh Jarrah à Jérusalem, un autre point chaud lors de l'escalade de mai 2021.

Après la marche de dimanche dans la Vieille ville, les tensions se sont déplacées dans le quartier, où des bagarres ont éclaté entre Israéliens et Palestiniens. "Ils ont cassé des voitures, jeté des pierres sur les maisons et essayé de frapper les gens. Ils ont aspergé les gens de gaz poivré", a déclaré un résident palestinien au Times of Israel. "C'est la première fois que je vois ce genre de violence. La police n'a rien fait. Il y avait aussi des Arabes, mais ils essayaient de se défendre", a-t-il ajouté. 

Malgré le contexte agité et violent, l'analyste et ancien officier des services de renseignement israéliens Shlomo Mofaz déclare à l'AFP que Bennett estime que "le Hamas n'a aucun intérêt à une autre guerre et qu'il se concentre désormais sur la reconstruction de Gaza". Toutefois, si la tension monte à Jérusalem, "cela pourrait inciter le Hamas ou d'autres groupes palestiniens armés, comme le Jihad islamique, à changer d'avis", ajoute-t-il. 

AFP/ MAHMUD HAMS  -   Los palestinos evalúan los daños causados por los ataques aéreos israelíes, en Beit Hanun, en el norte de la Franja de Gaza, el 14 de mayo de 2021
AFP/ MAHMUD HAMS - Des Palestiniens évaluent les dégâts causés par les frappes aériennes israéliennes, à Beit Hanoun, dans le nord de la bande de Gaza, le 14 mai 2021.

Dimanche soir, coïncidant avec la fin de la Parade des drapeaux, le Hamas a déclaré qu'il pouvait encore répondre à la marche, affirmant qu'il le ferait "au moment opportun". Le porte-parole du groupe palestinien, Mohammad Hamada, a déclaré à Al Jazeera qu'une "réponse violente était toujours possible". "La résistance décidera comment et quand réagir en fonction des informations dont elle dispose et au bon moment", a-t-il déclaré. 

​  AP/ADEL HANA - Militantes de las Brigadas Izzedine al-Qassam, ala militar de Hamás, sostienen sus banderas de Palestina  ​
​AP/ADEL HANA - Membres des Brigades Izzedine al-Qassam, la branche militaire du Hamas.

En raison des craintes de violence et d'affrontements, même l'administration de Joe Biden a tenté de faire pression sur le gouvernement israélien quelques jours auparavant pour qu'il modifie l'itinéraire de la marche, a déclaré un responsable israélien au Times of Israel.

Des fleurs au lieu de la haine 

Malgré le radicalisme et la haine, il y a aussi de la place pour la tolérance et la compréhension à Jérusalem. Pendant la Parade des drapeaux, des dizaines de militants israéliens ont organisé une marche parallèle visant à la réconciliation avec les Palestiniens. À cette fin, le groupe Tag Meir a distribué des fleurs aux citoyens arabes dans la vieille ville.

"Notre objectif est de montrer aux Arabes de Jérusalem qu'il y a aussi des Juifs qui ne veulent pas les provoquer et être en conflit", a déclaré à El Mundo Mijam Ross, un militant de l'organisation. Uri Werner-Reiss, un autre participant à la marche, a déclaré au site web israélien Ynet qu'il faisait cela pour contrer les "dommages causés aux Arabes par l'intimidation et l'incitation". Il reconnaît toutefois que le conflit "ne va pas être résolu en distribuant des fleurs", même si ce petit geste montre qu'il existe "un public qui veut vivre ensemble, en tant que voisins et sans hostilité".

D'autre part, Peta Jones Pellach, un activiste qui distribue également des fleurs ce jour-là, dénonce dans un article du Times of Israel l'idée que partagent de nombreux citoyens de posséder et de contrôler Jérusalem. "Ils ne l'aiment pas (la ville) pour sa sainteté et son caractère unique. Ils aiment l'idée de la dominer, l'idée du contrôle". Le message de Pellach en ce jour est donc simple : partagez cette ville merveilleuse avec tous ceux qui l'aiment. "Aimez-la suffisamment pour ne pas vouloir la contrôler", conclut-il.