PUBLICIDAD

Iberdrola

La persécution de la minorité Ahmadiyya au Pakistan s'intensifie

L'incapacité d'Islamabad à protéger la communauté pourrait affecter ses relations commerciales avec l'Union européenne
Imran Khan

REUTERS/NASEER CHAUDARY  -   Le premier ministre du Pakistan, Imran Khan

Imran Khan est arrivé au pouvoir en 2018 en surfant sur la vague populiste pour mettre fin à la dynamique des blocs qui dirigeait le Pakistan depuis des décennies. Avec un profil indépendant et un passé marqué par une illustre carrière de joueur de cricket, son apparence occidentale a fait croire au reste du monde que la nation asiatique allait s'orienter vers l'ouverture politique. Rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité. Le Pakistan d'aujourd'hui est un pays plus intolérant et plus répressif envers ses minorités qu'aux époques précédentes, notamment envers la communauté Ahmadiyya. Une situation qui met en péril ses liens commerciaux avec, entre autres, l'Union européenne.

Kamran Ahmed, un citoyen pakistanais de confession ahmadi, a été tué cette semaine à Peshawar. Cet homme de 40 ans est la cinquième personne à être tuée dans la ville au cours des deux dernières années en raison de sa foi. Il s'agit d'une nouvelle affaire qui met en lumière les persécutions subies par la communauté au Pakistan. Tout comme la minorité chrétienne, les ahmadis sont marginalisés de la vie publique et persécutés dans leur vie privée. Des organisations telles que Human Rights Watch et Amnesty International se sont fait l'écho de cette situation.

Depuis le milieu de l'année 2020, au moins cinq membres de la communauté ahmadiyya ont été assassinés au Pakistan. Parmi celles-ci, trois n'ont même pas été résolues par les autorités et dans deux cas, seuls des suspects ont été arrêtés. "Les autorités pakistanaises minimisent depuis longtemps, et parfois même encouragent, la violence contre les Ahmadis, dont les droits à la liberté de religion et de croyance ne sont pas respectés par la loi pakistanaise", affirment les organisations de défense des droits de l'homme.

Créée à la fin du XIXe siècle en Inde par le prophète Mirza Ghulam Ahmad, la secte Ahmadiyya est reconnue comme une branche de l'islam et se déclare comme telle. C'est une sorte de troisième voie entre le chiisme et le sunnisme avec une orientation réformiste. Des conditions qui l'exposent aux fondamentalistes islamiques, qui considèrent la communauté comme hérétique ou apostate. Dans ce contexte, l'État pakistanais, soutenu par les institutions islamistes, représente une menace pour les intérêts de la minorité.

Cachemira
AP/K.M.CHAUDARY  -  Le Premier ministre pakistanais Imran Khan a assuré vendredi aux habitants du Cachemire contesté qu'il dénoncera l'oppression indienne et les violations des droits de l'homme dans la région au fil des ans lorsqu'il s'adressera à l'Assemblée générale des Nations unies ce mois-ci

En 1985, sous la dictature militaire de Muhammad Zia-ul-Haq, le Pakistan a balayé le suffrage universel et imposé une division du recensement entre les citoyens musulmans et non-musulmans. Depuis lors, les Ahmadis n'ont pas le droit de voter. S'ils s'inscrivent pour voter, ils doivent renoncer à leur foi. Sinon, ils doivent accepter de figurer sur une liste électorale distincte et accepter leur statut de "non-musulmans". Ces exigences sont inacceptables pour les Ahmadis, qui considèrent comme sacrée leur auto-identification en tant que musulmans.

Les quatre millions d'ahmadis du Pakistan, dont la population totale est de 221 millions d'habitants, sont confrontés à des complications, même pour obtenir des cartes d'identité. La loi prévoit que tout citoyen doit révéler sa confession religieuse pour obtenir un passeport et, s'il se dit musulman, il doit alors signer une déclaration qualifiant d'imposteur le fondateur de la branche ahmadie, Mirza Ghulam Ahmad. Comme pour le vœu, ils doivent renoncer à leur foi.

Le Premier ministre Imran Khan a exclu les Ahmadis des postes à responsabilité de l'exécutif pendant son mandat. Les pressions exercées par les plus hautes sphères de l'État, principalement l'armée et les services de renseignement (ISI), ont fait échouer la nomination de l'économiste ahmadi Atif Mian, formé à l'université de Princeton, comme conseiller du chef du gouvernement.

Mais les droits politiques des ahmadis ne sont pas les seuls à être restreints au Pakistan. Le domaine le plus visé par Islamabad est sans aucun doute la sphère religieuse, où la loi sur le blasphème, incluse entre autres dans l'article 295-C du code pénal, est en vigueur. Cette législation prévoit une peine de mort obligatoire pour toute personne qui profane le nom du prophète Mahomet. Ainsi, la croyance Ahmadiyya serait soumise à la peine capitale. En mai 2020, le gouvernement pakistanais a exclu la communauté de la catégorie des minorités, de sorte qu'elle ne pouvait pas bénéficier de la protection de la commission chargée de protéger ses droits.

Luis Garicano
PHOTO/ARCHIVO  -  Luis Garicano, député européen

Il est interdit aux ahmadis de "se faire passer pour des musulmans", de déclarer ou de propager leur foi, d'appeler à la prière ou de construire des mosquées. La persécution est si grave que des conversions forcées de mineurs appartenant à des minorités religieuses ont lieu dans le pays. Bien que les chrétiens et les hindous soient les plus touchés à cet égard, les ahmadis souffrent également. Il est de plus en plus difficile d'en rendre compte étant donné la croisade contre la liberté d'expression et les médias.

Représailles possibles de la part de l'Europe

Le député européen Luis Garicano, membre de Ciudadanos et du groupe Renouveau européen, s'est rendu la semaine dernière au Pakistan où il a été témoin de la persécution des minorités religieuses. Une visite qu'il a qualifiée de "fascinante" au cours de laquelle il a tenu une série de réunions avec le conseiller commercial principal, les ministres des affaires étrangères, du commerce et de la justice, le procureur général, le président du Parlement. Il a également rencontré des dirigeants de l'opposition, des journalistes et des membres de la société civile.

Mais ce sont ses rencontres avec des représentants des communautés minoritaires qui ont changé la perception de l'économiste. Selon M. Garicano, l'UE devrait repenser ses relations économiques avec le pays asiatique. "L'Europe applique des droits de douane nuls sur de nombreux produits pakistanais (SPG+) en échange de la mise en œuvre de 27 conventions relatives aux droits de l'homme. Le Pakistan exporte 31 % de toutes ses exportations vers l'UE. Ce statut expire en décembre 2023 et doit maintenant être réexaminé", a-t-il tweeté.

"La délégation européenne voulait s'assurer que la partie de l'accord relative aux droits de l'homme progresse. Ce n'est que si les droits de l'homme sont respectés que le Pakistan pourra prospérer, vaincre l'extrémisme et atteindre le niveau de progrès qu'il mérite", a-t-il ajouté. "Le pire, c'est qu'il n'y a aucun progrès sur ces questions. En fait, les choses régressent en termes de liberté journalistique. Notre message était clair : le Pakistan ne doit pas considérer son statut commercial privilégié comme acquis. L'UE a fait sa part, le Pakistan doit faire la sienne", a déclaré M. Garicano.