La pire saison de la faim au Sahel, une tempête parfaite

5,6 millions de personnes sont déplacées
AP/BEN CURTIS  -   Casi 14 millones de personas se encuentran en situación de inseguridad alimenticia en el Cuerno de África debido a las sequías exacerbadas por la crisis climática

AP/BEN CURTIS  -   Près de 14 millions de personnes souffrent d'insécurité alimentaire dans la Corne de l'Afrique en raison de sécheresses exacerbées par la crise climatique

Près de 29 millions de personnes pourraient être confrontées à l'insécurité alimentaire en Afrique de l'Ouest entre juin et août, selon les prévisions des organisations humanitaires, les pays du Sahel étant les plus touchés.

Cette période est connue comme la saison de la faim ou la période de soudure et se produit dans des endroits comme le Mali, le Niger, le Burkina Faso, le Tchad et le nord du Nigeria, lorsque les réserves des récoltes de l'année précédente s'épuisent à la fin de la saison des pluies (mai-septembre).

Il s'agit d'une période qui, comme l'explique Efe Paloma Martin de Miguel, responsable géographique de l'Action sahélienne contre la faim (ACH), "peut être avancée ou retardée" et qui peut être prévenue et prédite grâce à des systèmes d'alerte dans lesquels sont recueillis les différents facteurs qui influent sur l'insécurité alimentaire.

"Cette année, en raison des pluies, nous aurions pu penser que la situation allait être un peu plus détendue, mais il y a d'autres variables qui rendent cette période de famine plus difficile", explique Martin de Miguel.

Pour Juan Echanove, directeur des systèmes d'alimentation et d'eau de l'ONG CARE International, l'augmentation des conflits et la pandémie de COVID-19, ainsi que le changement climatique, font que cette période de famine n'est plus "aussi cyclique" et devient "une sorte de tempête parfaite".

REUTERS/ZOHRA - Cerca de 8 millones de habitantes del Cuerno de África son desplazados internos.
REUTERS/ZOHRA - Près de 8 millions de personnes sont déplacées à l'intérieur de la Corne de l'Afrique.
Les conflits s'intensifient

L'augmentation de la violence due à la propagation du djihadisme, aux conflits intercommunautaires et au banditisme a provoqué le déplacement interne de près de 5,6 millions de personnes dans les pays du Sahel et le refuge de plus de 800 000 personnes dans les pays voisins.

"Il y a une succession de conflits qui, si on les met sur la carte, couvrent finalement presque toute la région", a déclaré Echanove à Efe.

"Nous parlons d'une région où l'aggravation de la crise est plus complexe et plus rapide que partout ailleurs dans le monde", déclare Martin de Miguel.

Le chef de l'ACH affirme qu'avec la croissance démographique au Sahel (3,9 % par an) et le déclin des zones stables par l'insécurité, il y a plus de gens dans les zones stables car les ressources naturelles ne sont pas suffisantes.

"Toutes ces crises font que des milliers de personnes n'ont pas accès à leurs champs, ne cultivent pas et sont obligées de se déplacer vers des zones sûres où le nombre de population augmente" provoquant une "tension alimentaire", explique Issiaka Abdou, responsable du programme régional de Médecins sans frontières (MSF).

En outre, l'amalgame des groupes armés au Sahel rend difficile la négociation des corridors humanitaires et que les organisations sont de plus en plus victimes d'attaques génère et va générer un problème pour la distribution de la nourriture et de l'aide.

PHOTO/AFP- Distribución de agua por la organización benéfica "Gift of the Givers"
PHOTO/AFP-Distribution d'eau par l'association "Gift of the Givers".
Contrastes climatiques

Selon Abdou, l'accès difficile à l'eau au Sahel fait que "l'agriculture de ces pays dépend à 80%, voire plus, de la saison des pluies", avec des années où il ne pleut pratiquement pas et d'autres où les précipitations sont si abondantes que les inondations détruisent les cultures et que, par conséquent, la période de soudure est pire.

Le manque d'eau au Sahel entraîne également une lutte pour les terres entre les éleveurs et les agriculteurs, conflits qui s'aggravent à mesure que les ressources diminuent et que la désertification et la déforestation progressent.

"Tout est lié", dit Echanove. Il y a des conflits parce qu'il y a un manque d'eau et il y a un manque d'eau dû au changement climatique, et il y a un manque de nourriture dû à l'augmentation de la population et il y a une augmentation de la population parce qu'il n'y a pas de sécurité sociale pour garantir aux personnes âgées qui va s'occuper d'elles et à la fin tout cela a un nom, qui est la pauvreté".

De plus, explique Abdou, l'augmentation des dépenses pour couvrir les besoins de la famille a fait qu'au cours des vingt dernières années, l'utilisation de la récolte a changé et que, au lieu de la destiner principalement à la consommation familiale, plus de 80 % sont maintenant vendus, ce qui épuise rapidement les réserves alimentaires.

REUTERS/SIPHIWE SIBEKO  -   Marchan para exigir el despliegue de las vacunas contra la enfermedad del coronavirus (COVID-19), en Pretoria, Sudáfrica, el 25 de junio de 2021
REUTERS/SIPHIWE SIBEKO  -   Marche pour exiger le déploiement des vaccins contre les maladies à coronavirus (COVID-19) à Pretoria, en Afrique du Sud, le 25 juin 2021.
Le COVID-19

D'autre part, la crise économique mondiale provoquée par la pandémie de COVID-19 a réduit les revenus, augmenté les prix des denrées alimentaires et réduit les envois de fonds, affectant ainsi la sécurité alimentaire au Sahel.

De même, la lutte contre le covid-19 a sapé les campagnes de vaccination contre d'autres maladies et la peur de la contagion fait que de nombreuses personnes ne se rendent pas dans les centres de santé pour d'autres maux, arrivant plus faibles en cette période de pénurie.

"Parfois, l'opinion publique a le sentiment que des endroits comme le Sahel n'ont pas de solution, qu'il en a toujours été ainsi, et ce n'est pas vrai", dit Echanove.

En fin de compte, conclut-il, ce qui se passe, c'est que ce sera une nouvelle quand, en août ou en septembre, on commencera à parler de famine plus étendue, mais c'est maintenant que nous devons fournir les moyens.