La police neutralise cinq djihadistes à Madrid et à Barcelone

Les personnes arrêtées, toutes algériennes, étaient "prêtes à commettre un attentat"
Arrestations de djihadistes en Espagne

 -  

La police nationale a arrêté cinq terroristes extrémistes, quatre à Barcelone et un à Madrid, à l'issue d'une opération menée mercredi dans les deux principales villes espagnoles dans le cadre d'une intervention majeure, car les membres du groupe étaient "prêts à commettre un attentat".

Il s'agit d'une opération entamée à Noël par la police nationale et poursuivie par le Commissariat général à l'information, au cours de laquelle plusieurs djihadistes ont été arrêtés pour avoir planifié des actions terroristes. 

Detenciones de yihadistas en España

Selon des sources de l'enquête consultées par le journal El Español, les policiers ont jusqu'à présent arrêté cinq membres de la cellule djihadiste et quatre d'entre eux ont été déférés devant la justice, l'autre était déjà en détention. Ils sont tous originaires d'Algérie

La police nationale espagnole a détecté que ce commando allait acquérir un fusil Kalachnikov de fabrication russe et a procédé à une intervention policière. Lors des perquisitions qui ont suivi, ils ont découvert qu'il y avait également un arsenal avec des dizaines de cartouches et diverses machettes. 

Detenciones de yihadistas en España

En raison de cette saisie d'armes, on en a déduit qu'ils étaient prêts à attaquer immédiatement, comme l'ont souligné les mêmes sources de l'enquête au journal El Español. Comme le rapporte également El País, le juge Joaquín Elías dirige l'enquête depuis le tribunal central numéro 6 de l'Audience nationale dans la capitale espagnole. 

Detenciones de yihadistas en España

Le chef du groupe était connu sous le nom de "cheikh", qui avait déjà été arrêté en 2016 en Turquie lorsqu'il avait tenté de pénétrer dans des zones de conflit pour rejoindre Daesh.  Au sein de la cellule, ce meneur, un Algérien qui avait déjà purgé une peine en Algérie pour des affaires liées au djihadisme, se consacrait au recrutement de futurs terroristes. Il est accusé d'appartenance à un groupe terroriste, de collaboration avec un groupe armé, d'endoctrinement et de possession d'armes, selon le journal El País.