PUBLICIDAD

Iberdrola

La politique changeante de l'Iran à l'égard des Talibans

La République islamique a joué un double jeu, essayant de ne pas s'aliéner ses alliés traditionnels en Afghanistan et le gouvernement de Kaboul tout en aidant les Talibans
politica-cambios-iran-afganistan-talibanes-jamenei-ayatolas

AP/MOHAMMED SHOAIB  -   Des Afghans scandent des slogans contre l'Iran lors d'une manifestation à Kaboul, en Afghanistan, le mardi 12 avril 2022

L'Iran s'est rapproché des talibans au cours des deux dernières décennies, et cette tendance s'est renforcée depuis qu'ils ont pris le pouvoir en Afghanistan il y a un peu plus d'un an. Cela peut paraître surprenant, étant donné l'hostilité du mouvement taliban envers les musulmans chiites. Pour l'expliquer, il faut considérer l'histoire de l'Afghanistan depuis le 11 septembre et les interdépendances complexes entre les deux pays.

L'Iran est traditionnellement un acteur majeur en Afghanistan, son voisin oriental pauvre et turbulent. Les deux pays ont des liens culturels étroits. Les communautés afghanes tadjiks, hazaras et aïmaks parlent des langues proches du farsi, et la lingua franca en Afghanistan est le dari, qui est mutuellement intelligible avec le farsi, plutôt que le pachto du groupe ethnique le plus important. En outre, environ dix pour cent des Afghans sont des musulmans chiites, principalement parmi la minorité hazara, et la plupart d'entre eux suivent le chiisme imami qui domine en Iran (les autres sont ismaéliens).

politica-cambios-iran-afganistan-talibanes-jamenei-ayatolas
AFP/JAVED TANVEER - Des musulmans chiites participent à une procession du Muharram à Kandahar, le 8 août 2022

Le principal rival stratégique de l'Iran en Afghanistan est son autre voisin oriental, le Pakistan. Les deux pays ont eu des relations particulièrement tendues depuis leur réislamisation à la fin des années 1970, à la suite de la révolution islamique de 1979 en Iran et du coup d'État de 1977 du général Zia ul-Haq au Pakistan, en grande partie à cause de l'islamisme sunnite anti-chiite de ce dernier. Le radicalisme sunnite dans la région a été encouragé tant par le Pakistan que par son plus proche allié et principal concurrent de l'Iran pour l'influence régionale, l'Arabie saoudite.

Téhéran a cherché à maintenir et à accroître son influence en Afghanistan en utilisant des outils politiques et économiques. Le régime iranien se considère comme le protecteur de la minorité hazara, mais il a également cultivé des liens avec les communautés majoritairement sunnites, notamment les Tadjiks, qui constituaient l'essentiel de l'Alliance du Nord qui a combattu les talibans dans les années 1990. Sur le plan économique, l'Iran est un grand exportateur vers l'Afghanistan, un marché non négligeable pour la République islamique compte tenu des sanctions internationales dont elle fait l'objet. Enfin, elle est le principal investisseur dans la province d'Herat, à la frontière nord-est de l'Afghanistan, ainsi qu'un important fournisseur d'aide au développement.

politica-cambios-iran-afganistan-talibanes-jamenei-ayatolas
AFP PHOTO/PAKISTAN'S PRESS INFORMATION DEPARTMENT - Cette photo d'archive prise le 15 juin 1988 par le département de l'information de la presse du Pakistan montre l'ancien président pakistanais Zia-ul-Haq s'adressant à la nation à la Maison du Président à Islamabad
L'ascension et la chute des Talibans

Téhéran a observé avec inquiétude la montée des talibans au milieu des années 1990 et a soutenu la guerre de résistance de l'Alliance du Nord contre l'Émirat islamique d'Afghanistan qu'ils avaient déclaré après s'être emparés de Kaboul, alors que ce dernier était soutenu par le Pakistan et l'Arabie saoudite. En 1998, les tensions ont failli dégénérer en guerre ouverte lorsque les talibans ont conquis la capitale provisoire de l'Alliance du Nord, Mazar-i-Sharif, massacrant des milliers de personnes. Dix diplomates et un journaliste de l'agence de presse nationale iranienne IRNA ont été tués lors du siège du consulat iranien par les troupes talibanes, et plusieurs dizaines d'Iraniens ont été pris en otage. Téhéran a répondu en amassant des dizaines de milliers de soldats à la frontière, mais la médiation des Nations unies pour libérer les otages a permis de désamorcer la situation.

Lorsque les États-Unis et leurs alliés ont envahi l'Afghanistan après les attentats du 11 septembre 2001, l'Iran a fourni des renseignements et un soutien militaire par l'intermédiaire de ses alliés afghans. Elle a également contribué à la mise en place du gouvernement d'unité nationale qui a remplacé les talibans, et a même expulsé l'un des seigneurs de la guerre qu'elle avait abrité pendant des années, le chef moudjahidin et trafiquant de drogue Gulbuddin Hekmatyar, pour avoir dénoncé l'invasion. À l'époque, le régime de Téhéran se considérait comme un partenaire de Washington en Afghanistan, partageant son intérêt pour la lutte contre les talibans et Al-Qaida, la stabilisation du pays et l'arrêt du commerce de l'opium. La surprise a été désagréable lorsque George W. Bush a inclus l'Iran dans l'"axe du mal" quelques mois plus tard.

politica-cambios-iran-afganistan-talibanes-jamenei-ayatolas
AP/RAHMAT GUL - Sur cette photo du mardi 25 février 2020, le chef de guerre afghan Gulbuddin Hekmatyar parle lors d'une interview avec l'Associated Press à son domicile à Kaboul, en Afghanistan
Le double jeu de Téhéran

La crainte d'une invasion américaine en Afghanistan s'est conjuguée à un autre facteur : l'Arabie saoudite a pris ses distances avec les talibans, frustrée par le refus persistant du groupe de négocier avec le gouvernement afghan et de renoncer à ses liens avec Al-Qaida. Téhéran a alors commencé à fournir à l'insurrection talibane suffisamment d'armes pour maintenir les troupes occidentales occupées. Dès 2009, l'armée américaine a affirmé que les combattants talibans utilisaient des armes de fabrication iranienne. Ce trafic a été en partie réalisé à des fins lucratives par des réseaux criminels, mais l'implication des Gardiens de la révolution iranienne ne fait aucun doute.

En 2015, les relations entre l'Iran et les Talibans se sont renforcées en réponse à l'émergence de la province de l'État islamique-Khorasan, une filiale de l'État islamique ayant un programme similaire de jihad mondial. Compte tenu de son extrémisme anti-chiite, l'Iran et les chiites afghans le considéraient comme une menace existentielle, mais les talibans étaient également préoccupés par le fait que le groupe attirait des déserteurs dans leurs rangs et commençait à conquérir des territoires sous leur contrôle. Téhéran n'ayant pas confiance dans la capacité des forces armées afghanes à vaincre l'EI, son soutien jusqu'alors limité aux talibans s'est transformé en contacts de haut niveau.

L'Iran jouait un double jeu, essayant de ne pas s'aliéner ses alliés traditionnels en Afghanistan et le gouvernement de Kaboul tout en aidant les Talibans. Elle était également consciente des tensions au sein du mouvement. Une faction dirigée par le vétéran Abdul Ghani Baradar, aujourd'hui vice-premier ministre par intérim, a adopté des positions plus modérées dans l'espoir d'obtenir une reconnaissance et une aide internationales. Deux autres factions, dirigées par Mawlavi Yaqoob et Sirajuddin Haqqani - respectivement descendants du mollah Omar et de Jalaluddin Haqqani du réseau Haqqani (un allié d'Al-Qaida) - sont plus idéologiques et radicales. Alors que Baradar souhaite collaborer avec la République islamique, les factions dirigées par les deux hommes plus jeunes rejettent toute coopération avec le régime chiite.

politica-cambios-iran-afganistan-talibanes-jamenei-ayatolas
AP/EBRAHIM NOROOZI - Le mollah Abdul Ghani Baradar, vice-premier ministre par intérim du gouvernement intérimaire des talibans afghans, s'exprime lors d'une cérémonie de signature de documents à Kaboul, en Afghanistan, mardi 24 mai 2022
Le triomphe de la Realpolitik

L'Iran estime qu'il est dans son intérêt de favoriser la mise en place d'un gouvernement stable en Afghanistan, même si cela implique un compromis avec ses anciens ennemis. En juillet 2021, alors que les talibans prétendaient encore vouloir parvenir à un règlement négocié avec le gouvernement afghan après le retrait américain, Téhéran a accueilli un sommet de dialogue intra-afghan réunissant des délégations de haut niveau des deux parties. Le sommet était une initiative complémentaire aux négociations officielles parrainées par les États-Unis à Doha et visait à renforcer le rôle diplomatique de l'Iran dans la région.

Lors de la prise de contrôle de l'Afghanistan par les talibans à la mi-août 2021, l'ambassade d'Iran à Kaboul était l'une des rares à rester opérationnelle. Le 28 août, le Guide suprême Ali Khamenei a déclaré, de manière pragmatique, que "la nature de nos relations avec les gouvernements dépend de la nature de leurs relations avec nous". Moins de deux mois plus tard, le 4 octobre, la première délégation étrangère à rendre visite aux nouveaux dirigeants à Kaboul était composée de responsables iraniens du commerce et du transit.

L'Iran a également participé aux réunions régulières des six voisins de l'Afghanistan plus la Fédération de Russie, qui ont débuté virtuellement en septembre 2021. Le mois suivant, Téhéran a accueilli la première réunion en face à face des ministres des affaires étrangères de la Russie, de la Chine, du Pakistan, du Tadjikistan, du Turkménistan et de l'Ouzbékistan. L'objectif déclaré de ces réunions est de promouvoir un gouvernement inclusif en Afghanistan ; à l'heure actuelle, il est composé exclusivement de talibans, qui sont presque tous des Pachtounes.

politica-cambios-iran-afganistan-talibanes-jamenei-ayatolas
PHOTO/Majid Asgaripour/WANA (West Asia News Agency) via REUTERS - Le drapeau de l'Émirat islamique d'Afghanistan (Taliban) est photographié depuis le poste frontière de Dowqarun entre l'Iran et l'Afghanistan, dans la province de Razavi Khorasan, en Iran, le 29 août 2021

En janvier 2022, le ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amir-Abollahian a reçu le ministre des Affaires étrangères par intérim de l'Émirat islamique d'Afghanistan, Amin Khan Muttaqi. Pendant son séjour à Téhéran, Muttaqi a également rencontré deux dirigeants de l'opposition afghane qui ont trouvé refuge en Iran, Ismail Khan et Ahmad Massoud. Le premier était un commandant supérieur de l'Alliance du Nord et un confident de son chef, Ahmad Shah Massoud, qui a été tué par Al-Qaida en guise de cadeau aux Talibans quelques jours avant le 11 septembre. Le second est le fils de Massoud et dirige aujourd'hui le Front de résistance nationale en Afghanistan.

Les relations bilatérales entre les deux États voisins n'ont cessé de se développer. En avril, l'Iran a reconnu la présence de diplomates talibans à l'ambassade d'Afghanistan à Téhéran, tout en insistant sur le fait que cela n'impliquait pas une reconnaissance officielle, qui n'aura pas lieu tant qu'il n'y aura pas de gouvernement plus inclusif à Kaboul. En juillet, un accord a été annoncé en vertu duquel l'Iran vendra à l'Émirat islamique 350 000 tonnes de pétrole.

politica-cambios-iran-afganistan-talibanes-jamenei-ayatolas
AFP/WAKIL KOHSAR - Des manifestants afghans mettent le feu à une affiche du président iranien Ebrahim Raisi
Affaires inachevées

L'attitude du régime iranien sert ses intérêts. Outre la crainte commune de l'État islamique, elle doit discuter avec le nouveau gouvernement afghan de questions telles que l'accès à l'eau et les réfugiés. Téhéran est particulièrement préoccupé par le barrage de Kamal Khan sur la rivière Helmand, qui a été inauguré en 2021 et qui pourrait priver d'eau les zones humides de Hamoun, dans la province iranienne du Sistan et Baluchestan, au sud-est du pays. Les zones humides s'assèchent en raison du changement climatique et de la mauvaise gestion de l'eau, et une détérioration de la situation pourrait exacerber l'insurrection sunnite baloutche dans la province.

Quant aux réfugiés, l'Iran accueille près de quatre millions d'Afghans, dont moins d'un quart sont enregistrés auprès du HCR. Ces chiffres dépassent les capacités du système de soins de santé et ne peuvent être absorbés par le marché du travail, ce qui suscite du ressentiment. En avril dernier, des vidéos montrant des Iraniens attaquant des Afghans dans plusieurs villes afghanes sont devenues virales sur les médias sociaux, déclenchant des manifestations en Afghanistan au cours desquelles des pierres ont été lancées contre l'ambassade d'Iran à Kaboul et son consulat à Herat. L'Iran a réagi en convoquant le chargé d'affaires afghan à Téhéran et en suspendant sa mission diplomatique pour quelques semaines, mais a besoin de la coopération des autorités afghanes pour éviter de nouvelles vagues de réfugiés.

politica-cambios-iran-afganistan-talibanes-jamenei-ayatolas
AFP/WAKIL KOHSAR - Des combattants talibans montent la garde devant l'entrée de l'hôpital militaire Sardar Mohammad Dawood Khan à Kaboul, le 3 novembre 2021, au lendemain d'un attentat revendiqué par la ligne dure des talibans, l'État islamique-Khorasan (IS-K), qui a fait au moins 19 morts

Un groupe spécial de réfugiés afghans constitue l'essentiel de Liwa Fatemiyoun. Cette brigade, qui compte entre 10 000 et 15 000 hommes, est composée de musulmans chiites, principalement des Afghans mais aussi des Pakistanais. Créée par les gardiens de la révolution iraniens pour protéger les sanctuaires chiites en Syrie, elle a combattu aux côtés du régime syrien et de ses alliés. La guerre en Syrie étant apparemment au point mort, il a été question que la brigade soit redéployée en Afghanistan pour combattre l'État islamique. Toutefois, cela semble douteux sans le consentement des Talibans, et il est peu probable qu'ils le donnent.

La contrebande est un autre problème. L'Iran est un maillon essentiel de la route de l'opium et compte le plus grand nombre d'opiomanes par habitant au monde, soit deux millions de personnes selon les autorités iraniennes. Près de 4 000 policiers et gardes-frontières iraniens sont morts en tentant de mettre fin à ce commerce au cours des trois dernières décennies. Toutefois, l'incident le plus récent n'était pas dû à l'opium ; en décembre 2021, un combattant taliban a été tué et neuf policiers iraniens ont été tués ou blessés lors d'une opération de contrebande de carburant. Les deux parties ont tenu à minimiser l'escarmouche, l'attribuant à un "malentendu", mais de tels incidents peuvent dégénérer.

politica-cambios-iran-afganistan-talibanes-jamenei-ayatolas
PHOTO/Office du Guide suprême iranien via AP - L'ayatollah Ali Khamenei s'exprime à l'occasion de l'anniversaire de la mort du fondateur de la République islamique, l'ayatollah Ruhollah Khomeini

L'engagement entre l'Iran et les Talibans est bénéfique pour les deux parties. Ces dernières années, les talibans ont cherché à apparaître comme un mouvement national et ont fait des efforts pour recruter des membres des minorités ethniques. Ils ont intégré dans leurs rangs des Ouzbeks et des Hazaras, attirés par la lutte contre l'État islamique, et ont nommé en 2020 un gouverneur hazara dans le district de Balkhab. Depuis qu'ils ont repris le contrôle, ils ont tenu des pourparlers avec certains dirigeants hazaras désireux de garantir les droits des minorités et de s'assurer un rôle politique. Et lors des récentes célébrations de l'Achoura chiite, ils ont offert une protection contre les attaques continues de l'État islamique.

Les gouvernements occidentaux ont été consternés par le traitement des femmes dans le nouvel Afghanistan. En mars dernier, le ministre iranien des affaires étrangères, Amir-Abollahian, a soulevé la question avec son homologue afghan par intérim, Muttaqi, lors de la troisième réunion des voisins de l'Afghanistan et de la Russie en Chine, suscitant un certain scepticisme, voire de la dérision, compte tenu des politiques de la République islamique à l'égard de ses propres femmes. Toutefois, il est peu probable que cette question soit un facteur décisif pour Téhéran.