PUBLICIDAD

Marruecos

La présence militaire et économique de la Turquie en Afrique

Pour Ankara, le continent africain est un élément clé de sa politique étrangère
atalayar_turquia en africa

REUTERS/FEISAL OMARAR  -   Cérémonie d'ouverture de la base militaire turque à Mogadiscio, en Somalie, le 30 septembre 2017.

La récente annonce du retrait français au Sahel a laissé la porte ouverte à d'autres pays pour commencer à révéler leurs intérêts dans la région africaine. La Turquie, qui entretient des liens politiques et économiques en Afrique depuis 2005, a commencé à élaborer des plans pour gagner en influence au Sahel, alors que les troupes françaises se retirent de l'opération Barkhane. Toutefois, la Turquie est également très présente sur le reste du continent. Selon le ministère des affaires étrangères, "les relations avec l'Afrique constituent l'un des objectifs clés de la politique étrangère de la Turquie". Dans le cadre de ces plans internationaux, Ankara a considérablement accru sa présence diplomatique en Afrique au cours de la dernière décennie. En 2009, il n'y avait que 12 ambassades turques sur le continent, un chiffre qui devrait passer à 42 d'ici 2019.

C'est également en Afrique, plus précisément en Somalie, que se trouve la plus grande base militaire turque en dehors du pays. Ankara a également établi une forte présence dans le port maritime de la capitale, Mogadiscio, afin de maintenir sa puissance militaire dans les zones clés de la mer Rouge et de l'océan Indien. Le soutien humanitaire de la Turquie lors d'une famine dévastatrice dans le pays en 2011 est également remarquable.

Au Sahel, la Turquie a principalement mené des opérations militaires liées à la sécurité et au contre-terrorisme. L'un des accords les plus controversés a été celui conclu avec le Niger en 2020. Le texte, qui est confidentiel, pourrait jeter les bases d'un futur soutien direct de la Turquie au Niger. Toutefois, certains pays comme la France et les Émirats arabes unis ont vu dans ce pacte une tentative de la Turquie d'étendre son influence en Libye, où elle entretient des mercenaires qui soutiennent le gouvernement d'entente nationale de Tripoli dans sa lutte contre Khalifa Haftar. Abu Dhabi a même mis en garde contre les plans présumés d'Ankara visant à armer les rebelles au Sahel et en Afrique de l'Ouest pour contrôler les ressources naturelles et propager l'islam politique.

atalayar_turquia sudan
REUTERS/MOHAMED NURELDIN - L'ancien président du Soudan, Omar el-Béchir, accueille Erdogan à l'aéroport de Khartoum, au Soudan, le 24 décembre 2017.

Au contraire, Ankara a déclaré que l'accord de Niamey soutiendrait les forces nigérianes dans leur lutte contre Boko Haram et d'autres groupes terroristes, ainsi que la sécurisation des frontières du pays avec le Mali et le Burkina Faso voisins.

Le gouvernement turc a également été accusé d'être impliqué dans le coup d'État qui a renversé l'ancien président malien Ibrahim Boubacar Keita. Mevlut Cavusoglu, le ministre turc des Affaires étrangères, a été le premier haut responsable étranger à rencontrer les putschistes. En outre, au début de l'année, après une période de tensions entre Ankara et Paris, certains hommes politiques français ont laissé entendre que des extrémistes formés en Turquie pourraient être à l'origine d'une vague d'attaques contre des soldats français au Mali.

Le pays sahélien est depuis des années un foyer de conflit dans la région, alors qu'il est actuellement confronté à la montée du terrorisme. Par conséquent, en 2018, Ankara a commencé à former des officiers maliens tout en fournissant des armes à l'armée nationale. La Turquie a conclu des accords bilatéraux avec d'autres pays comme la Tanzanie, le Soudan, l'Ouganda ou le Bénin sur des questions similaires, à savoir l'acquisition et la maintenance d'équipements militaires et de défense. Elle a signé avec le Maroc et la Tunisie un pacte par lequel les pays du Maghreb reçoivent des véhicules de combat sans pilote.

atalayar_mali-sahel
AFP/DAPH BENOIT - Des soldats maliens, faisant partie du G5 Sahel, sont assis dans un véhicule alors qu'ils patrouillent dans la zone frontalière avec le Burkina Faso et le Niger, sur une photo d'archive.
La puissance militaire pour protéger les intérêts économiques

Cependant, Ankara n'exerce pas seulement son influence sur le plan militaire, mais exploite également une identité religieuse commune pour promouvoir ses intérêts économiques. Lorsque la Turquie a envoyé des délégations diplomatiques dans plusieurs pays du Sahel, tels que le Burkina Faso, le Niger et le Mali, elle a commencé à coopérer avec des élites tant religieuses que politiques. Les pays de la région ont donné leur feu vert aux projets d'Ankara, la plupart liés à l'économie, en concluant des accords avec des sociétés turques de construction, d'énergie et d'exploitation minière. Bien que le commerce turc au Sahel soit plutôt limité par rapport aux centaines de millions de dollars d'exportations chinoises et françaises dans la région, il a connu une croissance significative au cours des dix dernières années.

Le lancement de vols directs par Turkish Airlines d'Istanbul à Bamako, Niamey et Ouagadougou a dynamisé les relations économiques entre Ankara et le Sahel. Par exemple, le commerce entre le Mali et la Turquie est passé de 5 millions de dollars en 2003 à 57 millions de dollars en 2019.  Au Niger, les entreprises turques ont construit des infrastructures telles qu'un nouvel aéroport international, un hôtel cinq étoiles et développé d'autres projets qui ont permis la tenue du sommet de l'Union africaine à Niamey en juin 2019.

Atalayar_Ministro turco Relaciones Exteriores Mevlut Cavusoglu
AFP/ADEM ALTAN - Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu

Outre la Turquie, d'autres puissances telles que la Russie et la Chine renforcent leur présence militaire et économique en Afrique. Toutefois, certains pays considèrent parfois la présence de la Turquie de manière plus favorable en raison de liens religieux communs. Ankara, profitant du retrait français au Sahel, pourrait renforcer les liens avec les pays de la région afin de gagner en influence. Comme en Afghanistan, la Turquie cherche à s'imposer comme un acteur clé sur la scène internationale.