PUBLICIDAD

Marruecos

La première famine due au changement climatique éclate à Madagascar

Au total, quelque 1,3 million de Malgaches souffrent à des degrés divers de graves pénuries alimentaires
niños-madagascar

UNICEF/Lalaina Raoelison  -   Le sud de Madagascar connaît sa pire sécheresse depuis 40 ans.

La sécheresse la plus intense que Madagascar ait connue depuis 40 ans, ainsi que d'autres phénomènes environnementaux d'origine humaine, ont déclenché ce que le Programme alimentaire mondial appelle la "première famine due au changement climatique". 

"Nous avons quelques poches de la phase 5 de la sécurité alimentaire intégrée, ce qui signifie des conditions proches de la famine. C'est en fait la seule, peut-être la première, famine due au changement climatique sur terre", a déclaré Arduino Mangoni, directeur adjoint du Programme alimentaire mondial (PAM) à Madagascar. 

Après une récente visite "déchirante" dans un centre de nutrition d'urgence dans le sud du pays, le fonctionnaire de l'agence des Nations unies a déclaré qu'il avait rencontré "le silence et l'absence de joie", des enfants qui vous regardaient fixement et qui étaient vraiment faits de peau et d'os. 

"J'ai travaillé avec le programme dans plusieurs pays de ce continent, dans plusieurs situations d'urgence, notamment en République démocratique du Congo, en République centrafricaine, au Darfour, et je n'ai jamais vu d'enfants dans la situation dans laquelle ils se trouvent", a-t-il déclaré. 

madagascar-hambruna
PMA/Tsiory Andriantsoarana - Les habitants des communautés touchées par la sécheresse à Ifotaka, dans le sud de Madagascar, collectent l'aide alimentaire fournie par le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations unies.
La pire sécheresse de mémoire d'homme 

S'adressant aux journalistes à Genève via Zoom, Mangoni a expliqué que la région a été frappée par la sécheresse la plus intense depuis 40 ans. "Les personnes âgées que nous assistons dans le sud ne cessent de nous dire que c'est le phénomène le plus grave - le Kéré, comme ils l'appellent - depuis 1981", a-t-il déclaré. 

Au total, quelque 1,3 million de Malgaches souffrent à des degrés divers mais élevés de pénuries alimentaires. Tous se situent aux stades 3, 4 et 5 de la classification de la phase de sécurité alimentaire intégrée, selon les dernières données disponibles en avril. Les prochaines prévisions seront publiées d'ici la fin de l'année. 

Le nombre de personnes en phase 3 et plus, environ 1,3 million, est désormais plus élevé qu'en 2016, lors de la crise déclenchée par le phénomène climatique El Niño, a poursuivi le responsable de l'agence, notant qu'il y avait en fait peu de différence entre les catégories 3 à 5. 

"Si l'on regarde les prévisions pour les prochains mois, la situation est très alarmante", a-t-il déclaré, notant que les tendances depuis l'année dernière sont à la hausse. 

"Donc, si vous regardez juste la catégorie 4, environ 200 000 personnes (étaient) dans cette catégorie au dernier trimestre de l'année dernière. Aujourd'hui, nous en avons environ un demi-million, et nous prévoyons un nombre de personnes dans la phase 5 d'environ 30 000, d'ici la fin de l'année, lorsque les nouveaux résultats de la classification seront disponibles", a-t-il expliqué. 

Une famine provoquée par le climat 

Contrairement aux autres famines au Yémen, au Sud-Soudan et en Éthiopie, qui sont causées par des conflits, la crise à Madagascar est probablement le résultat de facteurs climatiques dévastateurs, a déclaré le responsable du programme alimentaire. 

"Nous avons des phénomènes aigus, comme... des sécheresses consécutives au cours des cinq dernières années, un nouveau phénomène de tempêtes de sable probablement causé par l'érosion des sols, la déforestation au cours des 20 à 30 dernières années et puis, bien sûr, les conséquences, et les effets du COVID-19", a-t-il déclaré. 

En raison de l'impact de la pandémie sur le tourisme et les chaînes d'approvisionnement, les villageois qui cherchaient auparavant du travail dans les villes en période de pénurie se sont retrouvés sans cette alternative, a déclaré Mangoni. 

 Augmentation des prix des aliments et de l'eau 

es gens ont également épuisé leurs techniques de survie habituelles, comme la vente de leurs ustensiles de cuisine : "Nous avons des prix élevés, l'inflation est vertigineuse, surtout dans les prix des aliments, y compris l'eau", a-t-il ajouté. "Et nous souffrons aussi de l'insécurité, il y a un nouveau phénomène appelé dahalo, les bandits qui sévissent dans la région". 

Selon le Programme alimentaire mondial, quelque 500 000 enfants de moins de cinq ans souffriraient de malnutrition ; 110 000 d'entre eux seraient atteints de malnutrition sévère d'ici avril 2022. 

"Ce sont les enfants qui risquent de mourir s'ils ne sont pas soutenus", a déclaré Mangoni, ajoutant qu'il est compliqué de mesurer les effets de la famine sur les très jeunes bébés, car les décès des moins de six mois ne sont souvent pas enregistrés. 

Pour aider les personnes les plus démunies, le PAM a déjà élargi les programmes de rationnement et de nutrition ; il prévoit également d'atteindre plus d'un million de personnes en phase d'urgence 3-5 à partir de décembre, au plus fort de la période de soudure, "jusqu'à la prochaine bonne récolte", qui devrait arriver en avril 2022

Pour fournir cette aide d'urgence au cours des six prochains mois, l'agence a demandé 69 millions de dollars.