La première sonde spatiale d'Emirates se dirige maintenant vers Mars

Le lanceur japonais Mitsubishi H-IIA a réussi à lancer et à positionner correctement le vaisseau spatial Al Amal en route vers la planète rouge
La première sonde spatiale d'Emirates se dirige maintenant vers Mars

 -  

Pratiquement tous les citoyens de l'Union des Émirats arabes unis ont crié et sauté de joie lorsque la première aventure interplanétaire impliquant une nation arabe a décollé avec succès à plus de 7 300 kilomètres de distance.

Video

https://www.facebook.com/watch/?v=743915339706078 

Le 19 juillet, à 23h58 et 14 secondes heure péninsulaire espagnole - 01h58 et 14 secondes au matin du 20 juillet dans les Emirats - lorsque depuis le centre de lancement de Tanegashima au Japon, les moteurs du lanceur Mitsubishi H-IIA codé F42 ont rugi et celui-ci s'est levé majestueusement de sa rampe de lancement. 
 

Sonda Hope camino de Marte

C'est alors qu'Atsutoshi Tamura, directeur du lancement de la mission qui ouvre les portes du système solaire à l'Union des Emirats Arabes, a poussé un soupir de soulagement lorsque les puissants jets de feu ont soulevé et projeté dans l'espace les 289 tonnes du lanceur japonais H-IIA, un géant de 53 mètres de haut, équivalent à un bâtiment de 17 étages. 

À une vitesse qui a atteint 34 082 km/h, soit plus de Mach 27 - plus de 27 fois la vitesse du son - en un peu moins de deux minutes, alors que la fusée se trouvait à une soixantaine de kilomètres d'altitude, les deux accélérateurs de la fusée se sont détachés et celle-ci a poursuivi son vol propulsée par les moteurs du premier puis du deuxième étage.

Sonda Hope camino de Marte

Ce qui était déjà hors de vue pour les télévisions diffusant l'événement en direct, c'est ce qui s'est passé une heure plus tard. Alors que le vaisseau spatial japonais se trouvait à environ 500 kilomètres d'altitude, la sonde Al Amal de l'émirat - qui en arabe signifie "espoir" - au sommet du deuxième étage a été doucement propulsée dans l'espace et a commencé son voyage en solo vers la planète rouge.

Une réalisation de tous les Arabes
Pour le vice-président, premier ministre des Émirats et gouverneur de Dubaï, le cheikh Mohammed Bin Rashid Al Maktoum, la sonde martienne d'Al Amal "est un accomplissement pour tous les Arabes et une source de fierté pour chaque Émirat". Et pour le prince héritier de Dubaï, Hamdan Bin Mohammed Bin Rashid Al Maktoum, il représente "un message d'espoir et d'optimisme pour l'humanité".
 

Sonda Hope

Il a ainsi entamé un long voyage de 493,5 millions de kilomètres qui durera au moins sept mois et devrait se terminer par l'arrivée du vaisseau spatial en orbite autour de Mars en février 2021, ce qui marquera le début des célébrations du 50e anniversaire de la création et de l'indépendance de l'Union des Émirats arabes.

Le voyage interplanétaire risqué avance à une vitesse de croisière de 121 000 km/h et mettra environ 200 jours pour atteindre sa destination. Pendant ce temps, différents types d'incidents sont susceptibles d'affecter la trajectoire et de rendre difficile l'accès à la planète.

Si, comme il est prévisible et souhaitable, la sonde parvient à atteindre son objectif lointain, les Émirats deviendront la première nation arabe à avoir mené une mission spatiale vers une autre planète, et la septième puissance mondiale à placer un vaisseau spatial sur l'orbite de Mars. 

Sonda Hope

Une fois positionné autour de la planète rouge, Al Amal commence à travailler pour ce qui a été créé. Son travail consiste à relayer vers la Terre une vaste quantité de données et d'informations sur l'atmosphère martienne que nous n'avons jamais connue auparavant. Surtout en ce qui concerne ses cycles saisonniers, les tempêtes de poussière qui frappent sa surface et les changements climatiques qui ont fait que Mars est passée d'un océan à une atmosphère si mince que l'eau ne peut rester que sous forme de vapeur ou de glace solide à ses pôles.

Plus de la moitié d'entre eux n'ont pas réussi
Nous devons accorder un grand crédit à une épopée que toutes les nations qui ont essayé n'ont pas réussie. Seules les grandes puissances mondiales ont réussi, et avec plus ou moins de succès, principalement les États-Unis, la Russie et l'Europe. Omran Sharaf, directeur du projet, rappelle qu'"environ la moitié des missions envoyées sur Mars se sont soldées par un échec retentissant".

L'initiative d'envoyer une sonde interplanétaire sur la mystérieuse planète rouge a été annoncée en juillet 2014 par l'émir de Dubaï lui-même, Mohammed Bin Rashid Al Maktoum. Son impulsion au cours des six dernières années a permis à la sonde interplanétaire de devenir une réalité, mais aussi de développer toute une base scientifique et industrielle dans le pays.

En outre, un objectif stratégique est d'"inspirer la jeune génération d'Émiratis à orienter leur vie vers la science et la technologie", explique Sarah bint Yousif Al Amiri, responsable scientifique de la mission et ministre de la technologie.

Sonda Hope

Quelque 150 ingénieurs et techniciens émiratis ont participé de manière cruciale au développement d'un vaisseau spatial totalement autonome et conçu pour résoudre les incidents qui surviennent pendant le vol, sans l'aide d'autres machines ou d'humains de la Terre. L'apprentissage acquis par les institutions, les ingénieurs et les techniciens émiratis a permis d'acquérir une expérience et des connaissances importantes qu'ils pourront désormais appliquer dans le cadre de nouvelles missions robotiques dans l'espace.

Cinq jours de tension due au mauvais temps qui a frappé la région de Tanegasahima et annulé deux tentatives de décollage, six ans de travail pour mettre au point un vaisseau spatial de pointe et six mois d'épreuves face au fléau du coronavirus ont été couronnés par un lancement spatial réussi qui doit trouver son aval en février 2021, lorsque Al Amal arrivera au voisinage de Mars