PUBLICIDAD

Iberdrola

La pression occidentale pour l'augmentation de la production de pétrole se tourne maintenant vers l'Irak

Le ministre irakien du pétrole a déclaré que le pays du Golfe avait reçu des messages visant à provoquer une augmentation de la production de pétrole au-delà de ce que l'OPEP a convenu
Raffinerie de pétrole en Irak

AFP/HAIDAR MOHAMMED  -   Raffinerie de pétrole en Irak

L'Occident continue de faire pression pour une augmentation de la production mondiale de pétrole face à la crise énergétique déclenchée par l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Les États-Unis et l'Union européenne (UE) avaient exhorté l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) à augmenter le niveau de production de pétrole brut afin de faire face à la hausse des prix des carburants et d'éviter la dépendance énergétique internationale vis-à-vis de la Russie après la guerre déclenchée par l'État russe en Ukraine. 

Maintenant, l'accent est mis sur l'Irak. Le pays du Golfe devrait enfreindre la discipline de l'OPEP, comme le rapporte Al-Arab, et donc ne pas respecter le volume de production de pétrole brut convenu par les membres de l'organisation. Selon Al-Arab, le ministre irakien du pétrole, Ihsan Abdul-Jabbar, a déclaré ce week-end que l'Irak subissait des pressions pour augmenter sa production de pétrole en dehors de l'accord de l'OPEP. 

L'Occident, principalement les États-Unis, comme le rapporte Al-Arab, a exhorté des pays comme l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis à rompre l'accord de l'OPEP pour augmenter encore plus la production de pétrole, ce que ces pays ont rejeté. 

Refinería de petróleo en la ciudad sureña de Nasiriyah, Irak
AFP/HAIDAR MOHAMMED ALI - Une raffinerie de pétrole dans la ville de Nasiriyah, dans le sud de l'Irak.

Les membres de l'OPEP ont défendu le dernier niveau de production convenu et n'ont pas accédé aux demandes d'augmentation de la production malgré l'insistance du géant nord-américain et de l'UE, qui y aspirent afin de faire face à la hausse des prix et à la dépendance énergétique vis-à-vis de la Russie. 

Selon Al-Arab, les analystes soulignent qu'après l'échec des tentatives de convaincre l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, les efforts sont maintenant dirigés pour essayer de convaincre d'autres pays moins puissants comme l'Irak. Le pays du Golfe, dont la principale source de revenus est le pétrole, a enregistré en mars son taux de recettes pétrolières le plus élevé en 50 ans, avec des exportations équivalentes à 11,07 milliards de dollars, dans un contexte de hausse des prix mondiaux du pétrole, dans le cadre de l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Les revenus pétroliers irakiens ont atteint en mars leur plus haut niveau depuis 1972, selon les chiffres préliminaires du ministère du pétrole.

Pendant ce temps, le président russe Vladimir Poutine et le prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed bin Salman se sont entretenus au téléphone et ont salué le travail et les accords au sein de l'OPEP. 

Fotografía de archivo, el presidente de Rusia, Vladimir Putin, junto al príncipe heredero de Arabia Saudí, Mohamed bin Salman, durante una reunión al margen de la cumbre del G20, en Osaka, Japón
PHOTO/AP - Photo d'archive, le président russe Vladimir Poutine avec le prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed bin Salman lors d'une réunion en marge du sommet du G20 à Osaka, au Japon.

Les principaux pays membres de l'organisation, tels que l'Arabie saoudite et les Émirats, ont voulu séparer le marché pétrolier de toute question politique. C'est pourquoi ils ont voulu séparer ce qui a été discuté au sein de l'OPEP+, qui regroupe les principales nations exportatrices de pétrole dans le monde ainsi que d'autres pays partenaires comme la Russie, de toute question politique, comme en l'occurrence celle liée à l'invasion de l'Ukraine.

Les sanctions économiques sévères imposées à la Russie par les États-Unis et l'UE en raison de l'opération militaire sur le territoire ukrainien ont affecté le pays et la situation a entraîné une hausse des prix du carburant, ce à quoi l'Occident tente de remédier. Mais les pressions exercées sur l'OPEP et l'OPEP+ n'ont eu aucun effet, et des pays comme l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis n'ont pas cédé à la pression occidentale. C'est ce qui ressort du dernier dialogue entre le président russe et le prince héritier saoudien, au cours duquel ils se sont accordés sur une évaluation positive du travail effectué par l'OPEP+, comme le rapporte Al-Arab.

Dans la même veine, fin mars, le président américain Joe Biden a lui-même annoncé le déblocage d'un million de barils de pétrole par jour pour lutter contre l'inflation. M. Biden a parlé d'une "libération historique" qui permettrait de mettre sur le marché 180 millions de barils des réserves stratégiques de pétrole des États-Unis au cours des six prochains mois. "Cette libération record fournira une quantité historique d'approvisionnement pour combler le fossé jusqu'à la fin de l'année, lorsque la production nationale reprendra", a annoncé Washington.

El presidente estadounidense Joe Biden
AFP/JIM WATSON - Le président américain Joe Biden

Les membres de l'OPEP ont souligné qu'il existe désormais un équilibre, que le marché pétrolier est régi par les règles de l'offre et de la demande et que la volatilité actuelle des prix est uniquement due aux tensions géopolitiques. Dans ce sens, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole est restée ferme dans sa dernière décision d'augmenter sa production à partir du mois de mai de 432 000 barils par jour par rapport au chiffre fixé précédemment, par opposition aux 400 000 barils qu'elle a augmentés récemment.

Ce scénario sous-tend également la distanciation politique de pays tels que l'Arabie saoudite et les Émirats vis-à-vis des États-Unis après que le géant nord-américain a négligé le Moyen-Orient pour se concentrer davantage sur la zone indo-pacifique afin de s'opposer davantage à l'expansionnisme politique et économique de la Chine, désormais considérée comme son principal rival. Par le passé, les États-Unis s'intéressaient davantage au Moyen-Orient en raison de questions telles que le pétrole et la protection d'Israël, leur principal allié dans la région, mais ils sont aujourd'hui plus autonomes sur le plan énergétique en raison de leurs propres ressources et Israël se trouve dans une situation plus favorable après que les accords d'Abraham, parrainés par les États-Unis, ont établi des liens diplomatiques avec plusieurs pays arabes qui lui confèrent une plus grande stabilité dans la région, et la situation a changé. Même les États-Unis ont décidé de se retirer d'Afghanistan, ce qui a entraîné l'arrivée au pouvoir des talibans et une plus grande instabilité régionale, et ont réduit le soutien militaire à la coalition arabe qui mène la guerre au Yémen contre les rebelles Houthis, une milice chiite proche de l'Iran qui a mené des attaques de drones et de missiles contre les installations pétrolières et aéroportuaires saoudiennes et émiraties, ce qui a conduit à l'éloignement actuel du géant nord-américain. 

Coordinateur pour les Amériques : José Antonio Sierra