La réunion OPEP+ est reportée à jeudi pour permettre de nouvelles consultations

Les Émirats exigeraient qu'avant d'étendre la réduction de la production, tous les pays participants respectent pleinement leur part de l'engagement, tandis que la Russie préfère rétablir progressivement la production à partir de janvier
Atalayar_ OPEP reunión pospuesta

AFP/RYAD KRAMDI  -   Réunion des ministres de l'OPEP+ reportée à jeudi

La réunion des ministres de l'alliance OPEP+ qui devait avoir lieu ce mardi a été reportée à jeudi afin de permettre plus de consultations sur les barils de pétrole qu'ils veulent pomper à partir du 1er janvier, après que les producteurs aient mis fin à une réunion télématique lundi sans accord.

Des sources du ministère de l'énergie du Kazakhstan ont déclaré à Efe que les "participants au processus de négociation ont décidé de reporter la réunion de l'OPEP+ au troisième jour.

Les ministres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) ont clos lundi une réunion télématique, indécis, divisés sur le niveau de pompage qui devrait avoir lieu à partir de 2021, face à deux scénarios divergents, l'un axé sur la deuxième vague de la pandémie et l'autre sur les vaccins contre le COVID-19.

Une décision sur ce sujet devait être prise ce mardi avec l'alliance OPEP+, formée par des membres de l'OPEP et des producteurs indépendants, mais compte tenu de l'absence de consensus et d'une négociation qui s'annonçait longue et difficile, il a été décidé d'attendre jusqu'à jeudi.

Les marchés s'attendent alors à ce qu'il soit décidé de maintenir au moins pendant le prochain trimestre la réduction de l'offre de 7,7 millions de barils par jour (mbd) en vigueur depuis le mois d'août et qui prendrait fin le 31, selon un accord scellé en avril dernier.

Le pacte vise à limiter le pompage pendant deux ans, avec un plan par étapes dont la première phase (de mai à juillet) a consisté à retirer du marché 9,7 millions de barils d'or, soit près de 10 % de l'offre mondiale d'"or noir", avant de modérer cette baisse pour atteindre les 7,7 millions de barils actuels.

A partir du 1er janvier, la troisième et dernière étape était prévue : une nouvelle modération, à 5,7 mbj, qui implique de facto une augmentation partielle des extractions, de 1,9 mbj, qui s'appliquerait jusqu'en avril 2022.

Selon le ministre iranien du pétrole, Biyan Zanganeh, bien que "certains membres" aient été réticents à poursuivre la réduction actuelle, "il existe un consensus relatif au sein de l'OPEP" pour en prolonger la validité. Il a également déclaré que la Russie et le Kazakhstan ont des doutes et que, en particulier, ce dernier préfère que l'augmentation entre en vigueur, au moins pour les trois premiers mois.

En revanche, "il n'y a pas de consensus entre les Emirats arabes unis, la Russie et l'Arabie saoudite", a déclaré lundi une source de l'OPEP à l'agence russe TASS.

Les EAU exigeraient qu'avant d'étendre la coupe, tous les pays participants respectent pleinement leur part de l'engagement, tandis que Moscou préfère rétablir progressivement la production à partir de janvier et que Riyad insiste sur une prolongation de trois mois des restrictions actuelles sur le pompage.