PUBLICIDAD

Iberdrola

La réactivation de l'accord nucléaire entre les mains de l'Iran

Le projet final présenté par l'Union européenne attend l'approbation de Téhéran
presidente-ebrahim-raisi

AFP/ ATTA KENARE  -   Le président élu de l'Iran, Ebrahim Raisi, donne sa première conférence de presse dans la capitale Téhéran, le 21 juin 2021

Depuis que l'ancien président républicain, Donald Trump, a abandonné l'accord nucléaire en mai 2018, les efforts diplomatiques se sont multipliés afin de parvenir à une réconciliation qui permettrait de réaliser l'objectif principal du Plan global d'action conjoint : freiner les ambitions nucléaires du pays chiite, considéré comme une menace non seulement pour la région, mais aussi pour la sécurité internationale.

Bien que le chemin pour parvenir à ce rapprochement ait été qualifié de difficile, les pourparlers sur l'accord étant complètement au point mort, l'Union européenne a présenté ce qu'elle a appelé "le texte final" qui comprendrait toutes les conditions et clauses que les pays signataires doivent inclure, y compris, entre autres, les États-Unis et l'Iran.

conversaciones-nucleares-iran
WANA/MAJID ASGARIPOUR - Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif (G), rencontre le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique, Rafael Grossi (D), à Téhéran (Iran), le 21 février 2021

En réponse à la proposition européenne, les responsables américains ont indiqué que "les États-Unis sont prêts à conclure l'accord rapidement" et que le texte de l'UE "est la seule base possible" pour le faire. Dans ce contexte, tous les autres États membres - Allemagne, France, Royaume-Uni, Russie et Chine - se sont prononcés en faveur du plan de l'UE, à l'exception d'un seul : l'Iran. Si le texte de l'UE a permis un rapprochement entre les parties, cela ne signifie pas pour l'instant que Téhéran soit prêt à y souscrire.

En fait, beaucoup ont été sceptiques quant à la signature de l'Iran. Même les États-Unis ne sont pas convaincus que Téhéran donnera le feu vert au plan. Bien que le document n'ait pas encore été rendu public, le simple fait que, lors de la récente tournée diplomatique du président américain Joe Biden au Moyen-Orient, il ait réaffirmé en Israël que les Gardiens de la révolution iraniens continueraient d'être un groupe terroriste pour Washington s'éloigne encore davantage des conditions posées par Téhéran pour parvenir à un accord.

Pour l'Iran, le fait que les États-Unis considèrent les Gardiens de la révolution comme un groupe terroriste franchit une ligne rouge que le pays chiite n'est pas prêt à négliger. Entre autres questions, il est également extrêmement important pour l'Iran que l'Agence internationale de l'énergie (AIE) mette fin aux enquêtes sur la découverte d'uranium enrichi dans trois territoires israéliens non reconnus. 

iran-instalaciones-nucleares
AFP -  Carte de l'Iran montrant les principales installations nucléaires

Pour Daniel Bashandeh, analyste et spécialiste du Moyen-Orient, l'Iran tente de négocier avec ambiguïté afin de "gagner du temps", car Téhéran "peut retarder ses objectifs, mais pas les éliminer". Par ces objectifs, Bashandeh fait référence aux aspirations de l'Iran à fabriquer une bombe nucléaire, ce qu'"il a déclaré à de multiples occasions (...) et qu'il peut faire parce que la partie la plus difficile, c'est-à-dire l'obtention d'uranium enrichi, ils l'ont déjà".

En effet, puisque Biden a refusé d'éliminer les Gardiens de la révolution en tant qu'organisation terroriste, l'Iran a décidé d'installer neuf centrifugeuses avancées dans des endroits souterrains qui auraient réussi à enrichir l'uranium à 60 %, une quantité qui est loin d'être utilisée uniquement à des fins civiles. 

D'autre part, Bashandeh souligne que, bien que la pression internationale semble peser sur l'Iran, "il pourrait être dans l'intérêt de l'administration de Joe Biden de revenir à l'accord car il y a beaucoup en jeu", notamment "le soutien populaire". 

joe-biden-preisdente
PHOTO/FILE - Le président des États-Unis Joe Biden

Il fait valoir que dans ce "calme tendu", l'un des principaux objectifs de l'Iran - s'il signe l'accord - est "d'être traité sur un pied d'égalité avec les États-Unis", ce qui est loin d'être une mise en scène. En outre, le fait que la Russie et la Chine fassent partie du Plan joue un rôle clé dans la géopolitique régionale. Pour commencer, et si l'accord est finalement conclu, les États-Unis devraient signer un nouveau plan avec la Russie et la Chine dans un scénario très différent de celui de 2015 et, pour continuer, Washington est conscient de l'influence que Pékin et Moscou ont actuellement en Iran, ce serait donc une nouvelle façon de réduire ces deux influences.

Dans ce sens, Bashandeh souligne l'importance de l'accord commercial que l'Iran a conclu avec la Chine, qui serait un "accord stratégique qui renforcerait la coopération économique et politique entre les deux pays". En outre, des responsables russes se sont rendus à plusieurs reprises en Iran, notamment le président russe Vladimir Poutine, qui s'est récemment rendu dans le pays dans ce qui serait sa première visite hors de Russie depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

rafael-grossi
PHOTO/ WANA vía REUTERS  - Le chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique, Mohammad Eslami, et le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Rafael Grossi, assistent à une conférence de presse, à Téhéran, en Iran, le 12 septembre 2021

En outre, la Chine a joué un rôle clé dans l'allègement des sanctions économiques imposées à l'Iran par les États-Unis, puisque les achats de pétrole ont augmenté, même si l'achat de produits chinois est resté constant, avec peu de changement. De plus, aujourd'hui, avec la crise énergétique provoquée par le conflit russo-ukrainien, l'Iran pourrait avoir un joker en tant que pays capable de fournir du pétrole à un moment où les prix sont restés élevés.

Compte tenu de ces facteurs, l'accord nucléaire va au-delà de l'intérêt personnel d'empêcher l'Iran de devenir une puissance nucléaire. Comme dans de nombreuses autres situations, les États-Unis, la Chine et même la Russie ont beaucoup à perdre, en tant que pays influents dans la région, avec la signature de l'accord, sans parler du fait qu'au cours des quatre dernières années et dans ce qui a été une négociation tumultueuse, l'Iran a continué à acquérir de l'uranium enrichi, ce qui ne l'a pas détourné de son objectif de fabriquer une bombe nucléaire, ce qu'il a toujours nié.

Coordinateur pour les Amériques : José Antonio Sierra.