La Russie annonce une future coopération militaire avec l'Iran

De Moscou, il a été annoncé qu'il y aura une collaboration militaire avec Téhéran à partir du 18 octobre
Caucaso-2020

AFP/DIMITAR DILKOFF  -   Une fusée lancée depuis un système de défense aérienne Pantsir-S sur la base militaire d'Ashuluk lors des exercices militaires "Caucase-2020" rassemblant des troupes de Chine, d'Iran, du Pakistan et du Myanmar, ainsi que de l'ancienne Arménie soviétique, de l'Azerbaïdjan et du Belarus

L'opération Kavkaz-2020 impliquant des navires de la marine iranienne a débuté lundi et constitue une annonce préliminaire de ce que sera la coopération officielle conjointe entre la Russie et l'Iran dans le domaine militaire le mois prochain.  

Ces opérations, appelées « Caucase-2020 », concerneront plus de 80 000 personnes. Au cours de ces journées, prévues jusqu'au 26 septembre, il y aura des entraînements, des manœuvres avec des unités de combat, un soutien logistique et technique, l'exposition d'unités de défense aérienne, de la Marine, ainsi que de la Garde nationale et du Ministère de l'urgence. 

Les armées nationales invitées à participer aux manœuvres sont celles de l'Arménie, du Belarus, de la Chine, du Myanmar et du Pakistan. Des représentants de l'Azerbaïdjan, de l'Indonésie, de l'Iran, du Kazakhstan, du Tadjikistan et du Sri Lanka sont présents en tant qu'observateurs.

Il semble qu' « une attention particulière sera accordée à la lutte contre les missiles de croisière et les drones », ont déclaré les porte-parole des manœuvres à divers médias. Actuellement, 250 chars, 450 véhicules de combat d'infanterie et véhicules blindés de transport de troupes et 200 systèmes d'artillerie et de missiles y participent. 

Les manœuvres des troupes se dérouleront dans le district militaire sud de la Russie et dans la mer Noire et la mer Caspienne, plus précisément dans les champs de tir internes du district militaire sud Prudboy, Ashuluk, Kapustin Yar, ainsi que dans les champs de tir aérien au sol d'Arzgir et de Kopanskaya.

Caucaso 2020
AFP/DIMITAR DILKOFF - Une fusée est lancée à partir d'un système de missiles S-400 sur la base militaire d'Ashuluk lors des exercices militaires "Caucase-2020".
La présence de l'Iran met les États-Unis au défi 

Cette invitation à l'Iran en tant qu'observateur et participant aux manœuvres déclenche un certain malaise au sein des États-Unis. Certains médias affirment qu'il s'agit d'un « véritable défi », surtout après le rétablissement des sanctions contre l'Iran.  

Le Kremlin a annoncé une coopération militaire avec le régime iranien à l'expiration de l'embargo international sur les armes le 18 octobre. Vladimir Dzhabarov, chef adjoint de la commission des affaires étrangères du Conseil de la Fédération de Russie, a déclaré lundi que Moscou poursuivra la coopération technico-militaire avec l'Iran, malgré le décret de Washington permettant de punir les États étrangers qui ne respectent pas le rétablissement unilatéral des sanctions.

« Je crois que notre coopération avec l'Iran va se poursuivre et j'espère que ces sanctions ne l'affecteront pas », a déclaré Dzhabarov. Le représentant de la commission des affaires étrangères a énuméré les sanctions auxquelles ils sont confrontés dans leurs relations avec l'Iran : « D'une part, il y a les sanctions du Conseil de sécurité des Nations unies, dont le respect est obligatoire ». Et puis il y a les sanctions d'un État, en l'occurrence les États-Unis, qui pense, pour une raison peu claire, qu'elles sont encore plus élevées que les sanctions du Conseil de sécurité de l'ONU. 

Le 18 septembre, le Conseil de sécurité des Nations unies sera contraint de se conformer à la résolution 2231 levant l'embargo sur les armes et aux dernières sanctions politiques et économiques contre l'Iran (certaines ont déjà été progressivement levées depuis 2015).  

Le vice-ministre russe des affaires étrangères, Sergei Riabkov, a annoncé que « de nouvelles perspectives s'ouvriront à nous en termes de coopération militaire avec l'Iran ». La question de savoir quel type de coopération ils auront et dans quelle direction leurs nouveaux objectifs seront orientés « reste à voir », a déclaré le vice-ministre. 
 

Caucaso 2020
AFP/DIMITAR DILKOFF - Des avions de combat russes larguent des bombes sur la base militaire d'Ashuluk lors des exercices militaires "Caucase-2020".
Les États-Unis vont de l'avant avec les sanctions contre l'Iran et ses alliés 

Le 19 septembre, le gouvernement américain a considéré que toutes les sanctions internationales contre l'Iran, levées en 2015 par Barack Obama dans le cadre du pacte nucléaire, avaient été rétablies. Il faut rappeler qu'en 2018, le président Donald Trump a retiré les États-Unis de l'accord en faisant valoir que Téhéran n'avait pas respecté ses obligations.

Depuis que les États-Unis ont abandonné l'accord, l'Iran s'est permis de violer légèrement certaines des lignes du pacte. Selon un récent rapport de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), elle avertit que « la quantité d'uranium que possède l'Iran est dix fois supérieure au quota autorisé par l'accord nucléaire de 2015 ». 

Ces déclarations alertent la presse internationale. Mais la vérité est que les chiffres de l'enrichissement de l'uranium en Iran sont bien inférieurs à la moyenne mondiale, surtout si on les compare à ceux des grandes puissances du Conseil de sécurité de l'ONU.  

L'Association nucléaire mondiale (World Nuclear Association) a établi un tableau des 17 pays qui possèdent le plus d'uranium enrichi sur leur territoire. Sur cette liste, l'Australie, le Kazakhstan, la Namibie, l'Afrique du Sud, la Chine et le Niger figurent en tête et à aucun moment, pas même à la fin de la liste, l'Iran n'y figure.

Les États-Unis ont averti qu'ils allaient imposer des sanctions aux États membres de l'ONU qui s'opposent à la mesure de Washington. « Si les États membres de l'ONU ne respectent pas pleinement leurs obligations d'appliquer ces sanctions, les États-Unis sont prêts à utiliser leur autorité nationale pour imposer des conséquences à ces manquements et pour s'assurer que l'Iran ne récolte pas les bénéfices des activités interdites par l'ONU », a déclaré le secrétaire d'État Mike Pompeo. 

Il semble que le pays américain devra ouvrir un nouveau de pays ayant un veto pour sanctionner, car il y a beaucoup d'États qui attendent le retrait des sanctions pour coopérer économiquement, technologiquement et militairement avec l'Iran, à commencer par la Russie et la Chine, la Turquie, le Qatar et le Venezuela.