PUBLICIDAD

Marruecos

La Russie apporte son aide au Kazakhstan alors que le gouvernement fait feu sur la population

Compte tenu de la fragilité de la situation à Tokayev, l'OTSC a envoyé plus de 3 000 militaires pour "stabiliser la situation"
presidente-tokayev-kazajistan

Web oficial del Presidente de Kazajistán via REUTERS  -   Le président du Kazakhstan, Kassym-Jomart Tokayev, s'exprime lors d'une allocution télévisée à la nation suite aux protestations provoquées par la hausse des prix du carburant à Nur-Sultan, au Kazakhstan, le 7 janvier 2022

Le président du Kazakhstan, Kassym-Jomart Tokayev, se retrouve dans le collimateur de la communauté internationale. Dans son dernier geste et face à l'escalade de la violence et des protestations dans le pays, Tokayev a ordonné de tirer "sans avertissement" sur la population.

Dans ce scénario et face au mécontentement populaire croissant, le Kazakhstan a demandé à la Russie d'intervenir afin de maintenir "l'ordre" dans le pays, ce à quoi Moscou n'a pas tardé à répondre en approuvant le déploiement de 3 811 militaires de l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC). Le Kazakhstan s'arme alors que la population continue d'affronter son gouvernement, écrivant une étape cruciale dans l'histoire de l'ancienne république soviétique.  

tropas-aliadas-kazajistan
PHOTO/ RU-RTR Russian Television via AP - Plus de 70 avions cargo sont déployés dans le cadre de la mission de maintien de la paix de la Russie au Kazakhstan.

Les Kazakhs ont provoqué la chute du gouvernement kazakh dans un épisode sans précédent dans l'histoire du pays. La raison de ce renversement a été déclenchée par une mobilisation populaire qui cherchait à remédier à la situation dans son secteur énergétique.  Depuis dimanche dernier, l'ancienne république soviétique organise une vague de protestations en réponse à un problème de longue date : une production nationale de gaz limitée, une demande croissante et des prix en hausse. 

Le Kazakhstan, pays disposant d'importantes ressources en gaz liquéfié, fait l'objet d'une privatisation par des entreprises étrangères. Dans les champs pétrolifères de Tengiz et Korolev, deux sociétés américaines (Chevron et ExxonMobil) contrôlent 50 % et 25 % des parts. La Russie, à son tour, partage ses parts, laissant à la société d'État kazakhe le contrôle de seulement 20 % des ressources, ce qui a entraîné une dépendance importante du pays vis-à-vis du marché des exportations. 

kazajistan-manifestaciones
AFP/ABDUAZIZ MADYAROV - Des manifestants prennent part à un rassemblement contre la hausse des prix de l'énergie à Almaty, le 5 janvier 2022.

Face à cette situation, le gouvernement kazakh a dû faire face à la fois aux prix du marché intérieur et aux prix à l'exportation, une situation qui a explosé depuis le 2 janvier après le doublement du prix de 60 tengue par litre à 120 tengue par litre (0,14-0,28 dollars). Cette situation a été aggravée par le mécontentement populaire, qui a été exacerbé par les derniers licenciements dans le secteur. 

La région occidentale de Mangystau a été l'allumette et le problème du gaz la mèche qui a déclenché une vague de protestations qui s'est étendue à tout le pays. Ce qui était au départ une manifestation pacifique pour des raisons économiques et sociales a rapidement pris une tournure politique. Les raisons sont multiples : les Kazakhs ont dû faire face à des années de lassitude à l'égard d'une élite obsolète qui ne se soucie pas des problèmes populaires, auxquelles s'ajoute un manque d'opposition dû à l'absence de démocratie dans le pays et à l'absence quasi totale de multipartisme.

"Tirer pour tuer

En réponse, les protestations se sont rapidement radicalisées et ont pris un caractère extrêmement violent contre les forces de sécurité. Cette violence a été alimentée par les brutalités policières, qui auraient fait des centaines de morts.

protestas-kazajistan
REUTERS/MARIYA GORDEYEVA - Des soldats sur la place principale où des centaines de personnes ont protesté contre le gouvernement, après la décision des autorités de lever le plafonnement des prix du gaz de pétrole liquéfié, à Almaty, au Kazakhstan, le 6 janvier 2022.

Ces batailles de rue rangées ont laissé une image iconique : le renversement de la statue de l'ancien président du pays, Nursultan Nazarbayev, qui a réussi à diriger le pays depuis l'indépendance du Kazakhstan jusqu'en 2019. Le monument de l'ancien président n'a pas été la seule figure à être renversée, puisque les manifestations ont abouti à la révocation par Tokayev du premier ministre et de son cabinet et à sa prise de contrôle du Conseil de sécurité, qui était jusqu'à présent dirigé par Nazarbayev. 

Dans les villes d'Alma Ata, d'Aktobe, d'Aktau et d'Atyrau, des manifestants ont tenté de prendre d'assaut les sièges du gouvernement, qui ont tous été repris après l'intervention des forces de sécurité, qui ont laissé derrière elles une liste de morts.

L'escalade de la violence a conduit à la proclamation de l'état d'urgence dans toute la république, le Kazakhstan s'armant de militaires et de policiers. Cette situation a entraîné l'intervention des forces de l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC), une organisation militaro-politique post-soviétique comprenant l'Arménie, le Belarus, le Kazakhstan, le Kirghizstan et le Tadjikistan sous la direction de la Russie.

sede-gubernamental-kazajistan
AFP/ABDUAZIZ MADYAROV - Un bâtiment administratif a été incendié dans le centre d'Almaty après que des violences aient éclaté à la suite de manifestations contre la hausse des prix du carburant.

Nur Sultan, l'ancien président d'Astana, a appelé la Russie à intervenir dans la situation, qualifiant les manifestants de "terroristes". Moscou a rapidement réagi en approuvant le déploiement de plus de 3 800 militaires de l'OTSC pour "stabiliser la situation". L'intervention des forces de l'OTSC est déjà devenue historique, car c'est la première fois depuis sa création qu'elle intervient pour défendre l'un de ses membres.

Tokayev a déjà remercié Poutine pour ce geste, saluant "leur camaraderie". Par la suite, le président kazakh a ordonné des "tirs inopinés" sur les manifestants, tout en qualifiant les civils eux-mêmes de "criminels et d'assassins". Selon le dernier bilan, 26 militants ont été "liquidés" tandis que 3 811 autres ont été placés en détention dans tout le pays. Il note également que "18 policiers ont été tués".

rusia-putin
FOTO/ ARCHIVO - Le président russe Vladimir Poutine

L'intervention de l'OTSC soutient Tokayev et l'aide à rester au pouvoir et à répondre à toute menace. Alors que le pays se blinde militairement, Poutine tente de maintenir l'influence de la Russie dans les anciens territoires soviétiques. La Russie continue de jouer le rôle de "gardien" de ses anciens territoires en maintenant des figures autoritaires qui, en retour, répondent favorablement à Moscou et garantissent leur loyauté. 

Réactions internationales

Ce qui est déjà un conflit civil entre le gouvernement et les manifestants a rapidement pris un caractère international. Quelques jours avant la fusillade des manifestants, l'Union européenne et les États-Unis ont félicité Tokayev à l'occasion du 30e anniversaire de l'indépendance du pays.

tropas-rusas-kazajistan
Servicio de Prensa del Ministerio de Defensa ruso vía AP - Des soldats de la paix russes montent à bord d'un avion militaire russe sur un aérodrome situé à l'extérieur de Moscou, en Russie, pour se rendre au Kazakhstan, le jeudi 6 janvier 2022.

"La poursuite de notre étroite coopération nous permettra de relever les défis mondiaux dans l'intérêt de nos peuples. Les États-Unis apprécient les efforts considérables déployés par le Kazakhstan en faveur de la connectivité régionale, de la prospérité économique et de la croissance dans toute l'Asie du Sud et centrale ", a déclaré M. Biden.

Aujourd'hui, les événements sont très différents et le secrétaire de presse de la Maison Blanche, Jen Psaki, a indiqué que les États-Unis "ne sont pas sûrs de la légalité du déploiement de troupes au Kazakhstan" et prévient que "le monde nous regarde". La Chine, pour sa part, a félicité M. Tokayev pour avoir "pris des mesures énergiques à un moment critique pour désamorcer rapidement la situation". 

tropas-kazajistan
AFP/AFP - Vue générale des violentes émeutes au Kazakhstan, déclenchées par une augmentation du prix du gaz de pétrole liquéfié le jour de l'an.

Outre les États-Unis, l'Afghanistan a déjà déclaré qu'il "suivait de près" la situation au Kazakhstan. Le communiqué a été publié par le porte-parole du ministère des Affaires étrangères de l'Émirat islamique d'Afghanistan, Fazilrabi Zahin, qui a déclaré que son pays "suit de près la situation au Kazakhstan" car, en tant que proche voisin et partenaire économique, "l'Afghanistan est préoccupé par les récents troubles". 

Le porte-parole Abdul Qahar Balki a partagé cette déclaration sur Twitter et a ajouté que "l'Émirat islamique estime que la sécurité et la stabilité politique dans la région sont essentielles pour la croissance économique, le commerce et la prospérité des populations". 

Ces déclarations des talibans interviennent un mois après avoir reçu une délégation de Nur Sultan conduite par le ministre kazakh du commerce, Bakhyt Sultanov. À cet égard, les relations avec le pays seraient restées harmonieuses, Sultanov lui-même ayant déclaré que la réhabilitation économique de l'Afghanistan était importante pour eux", car ils ne cherchaient pas seulement à exporter leurs produits vers l'Afghanistan mais aussi "à ce que leurs exportations atteignent les marchés d'autres pays en passant par l'Afghanistan". Ainsi, le gouvernement taliban a exhorté les parties à parvenir à "une résolution pacifique du conflit par le dialogue".

taliban-afganistan
PHOTO/AFP  -   Les militants talibans afghans

La prise de position de l'Afghanistan intervient à un moment où la violence et la répression continuent de sévir dans le pays. Dans ce contexte et selon ce que l'on sait depuis quelques heures, les moudjahidines qui commettent des attentats-suicides disposeront d'un "Bureau des brigades du martyre" selon le porte-parole des talibans, Mujahid, qui a déclaré que "nos moudjahidines, qui sont des brigades du martyre, feront partie de l'armée, mais ce seront des forces spéciales". Avec cette approbation, l'Afghanistan montre que, loin de chercher à fuir la violence, il continue à la soutenir, ce qui n'aide pas la position internationale.

Les protestations au Kazakhstan ont déstabilisé l'ordre dans la région. Poutine tente de maintenir la sécurité en envoyant des troupes afin de s'assurer que rien ne change. Les attaques directes contre les civils semblent, pour l'instant, ne susciter aucune réaction manifeste de la part de l'ONU ou de la communauté internationale. Pendant ce temps, le Kazakhstan connaît l'une de ses phases les plus tendues dans un scénario où une solution pacifique semble s'éloigner de plus en plus.