PUBLICIDAD

Iberdrola

La Russie constitue-t-elle une menace pour l'Occident ?

Les services de renseignement américains et britanniques accusent l'armée russe de voler des adresses électroniques et des informations
Le site web de Kaseya est vu à travers une loupe devant un code binaire présenté dans cette illustration.

REUTERS/DADO RUVIC  -   Le site web de Kaseya est vu à travers une loupe devant un code binaire présenté dans cette illustration

Washington a accusé à plusieurs reprises la Russie d'ingérence dans les élections et de cyberattaques. Toutefois, le président Vladimir Poutine souligne que "ce ne sont que des accusations sans fondement". Malgré cela, la Russie fait actuellement l'objet de sanctions pour ses "campagnes de cyberespionnage, ses tentatives d'influencer les élections et d'autres agressions".

Pas plus tard que mercredi 7 juillet, la société américaine Kaseya a subi des cyberattaques qui ont touché plus de 1 500 entreprises internationales, y compris des écoles et des jardins d'enfants (Nouvelle-Zélande). La société de cybersécurité Huntress Labs a qualifié l'attaque de "colossale et dévastatrice", bien qu'elle ait causé des "dommages minimes" aux États-Unis, selon le président Joe Biden.

Le groupe REvil, lié à la Russie, est accusé de l'attaque. Malgré l'absence de certitude quant à l'attribution de l'attaque à Poutine, "la porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki, a déclaré que si le gouvernement russe ne peut ou ne veut pas prendre de mesures contre les acteurs criminels résidant en Russie, ils prendront des mesures ou se réserveront le droit d'agir de leur propre chef". (Atalayar)

"Malgré les déclarations de Moscou selon lesquelles elle entend se dissocier de la cyberattaque, cet événement pourrait tendre davantage les relations américano-russes.

El presidente de EEUU, Joe Biden, llega a la Casa Blanca el 7 de julio de 2021, a su regreso de Illinois para promover sus planes económico
AFP/NICHOLAS KAMM - Le président américain Joe Biden arrive à la Maison Blanche le 7 juillet 2021, à son retour de l'Illinois pour promouvoir ses plans économiques.

Outre cette récente attaque du 1er juillet, les services de renseignement américains et britanniques accusent l'armée russe d'avoir volé des adresses électroniques et des informations, ce qui a affecté des agences du monde entier, mais surtout les parlements des pays européens. Le même groupe est intervenu pendant la campagne de l'élection présidentielle américaine de 2016, selon la BBC.

La dernière scène impliquant la Russie a eu lieu hier, le 8 juillet. Pedro Sánchez rendait visite aux troupes espagnoles stationnées sur la base aérienne de l'OTAN à Šiauliai, en Lituanie. La conférence de presse du Premier ministre espagnol et du président lituanien Gitanas Nausėda a été interrompue par la présence de deux avions russes Su-24 survolant le site.

La gravité de cet événement réside dans la violation de l'espace aérien de la République balte par les troupes russes, un acte qui a été classé comme fréquent. Après avoir envoyé deux avions de chasse espagnols à la recherche de l'avion russe, l'engagement s'est poursuivi quelques minutes plus tard sans incident.

Ciberataques notables desde 2006
AFP/AFP - Cyberattaques notables depuis 2006
L'OTAN comme "bouée de sauvetage" de l'Occident face à la "menace" russe

À la suite des tirs de sommation russes contre le destroyer britannique HMS Defender, les armées des autres États membres de l'OTAN ont entamé des exercices militaires en mer Noire dans le cadre de la mission Sea Breeze 2021. Les pays participants sont le Japon, l'Espagne, Israël, l'Italie, la France et le Maroc. Pour les États-Unis, le grand nombre de participants à l'exercice démontre "l'engagement commun à garantir le libre accès aux eaux internationales". (Atalayar) https://atalayar.com/content/aumentan-las-tensiones-entre-la-otan-y-rusia-en-el-mar-negro

Outre les affrontements électroniques, les États-Unis ont rejoint les opérations dans cette région qui, depuis la crise ukrainienne, est devenue un foyer de tensions entre l'OTAN et la Russie. Surtout après l'incident entre la Russie et le Royaume-Uni au large des côtes de Crimée. Le navire britannique avait navigué jusqu'à trois kilomètres dans les eaux revendiquées par la Russie et avait été intimidé par les troupes russes après avoir été averti que des armes seraient utilisées s'il franchissait la frontière russe.

La mer Noire sépare les deux régions, léchant les rives de plusieurs membres de l'OTAN, dont la Bulgarie, la Roumanie et la Turquie. Il s'agit donc d'un point de rencontre entre les troupes russes et occidentales. Selon Mark Simakovsky, de l'Atlantic Council, cette mer "crée le potentiel d'une explosion de la tension entre les États-Unis et la Russie".

Sistemas informáticos de cientos de empresas en los Estados Unidos y alrededor de 1.500 empresas en todo el mundo fueran pirateados por el grupo "Rival"
REUTERS/KACPER PEMPEL - Les systèmes informatiques de centaines d'entreprises aux États-Unis et d'environ 1 500 entreprises dans le monde ont été piratés par le groupe "REvil".
"L'histoire sans fin" entre la Russie et les États-Unis

La relation entre ces deux pays montre une situation conflictuelle qui se retourne constamment contre elle-même. D'une part, la Russie ne cesse ses cyber-campagnes pour déstabiliser les pays occidentaux et ses voisins d'Europe de l'Est. D'autre part, les États membres de l'OTAN, dirigés par les États-Unis, répondent aux menaces russes en soutenant et en défendant les États membres, en particulier les républiques baltes - Estonie, Lettonie et Lituanie - ainsi que les pays d'Europe de l'Est que sont la Roumanie, la Bulgarie, la Slovaquie et la Slovénie.

En outre, après l'adhésion du dernier membre, la Macédoine du Nord, en mars 2020, à l'Organisation atlantique, la Géorgie est un futur membre potentiel de l'organisation. Ce pays "est devenu aspirant en 2017 et a développé depuis des manœuvres conjointes avec des pays de l'organisation. En outre, comme le souligne EFE, plus de 70 % des citoyens du pays sont favorables à l'adhésion à l'OTAN, et encore plus après la guerre russo-géorgienne de 2008".

 Pie de foto: Combinación de imágenes que muestra al presidente de Estado Unidos Joe Biden y al presidente ruso Vladimir Putin
AFP/JIM WATSON/GRIGORY DUKOR - Combinaison d'images montrant le président américain Joe Biden et le président russe Vladimir Poutine.

Toutefois, la Russie ne se réjouit pas de ce rapprochement, car il signifierait une nouvelle ingérence de l'OTAN dans la mer Noire, qui, comme nous l'avons vu plus haut, est un lieu stratégique entre les deux régions.

Malgré cette incertitude constante concernant les relations entre la Russie et les pays d'Europe, y compris son "mandataire", les États-Unis, les deux dirigeants politiques, Joe Biden et Vladimir Poutine, organisent des réunions dans les moments de tension accrue qui permettent de rétablir les relations diplomatiques, ou plutôt de faire baisser les tensions incessantes : L'Ukraine, le Belarus, les manœuvres russes dans l'Arctique, l'emprisonnement de l'opposant Alexei Navalny, les cyber-attaques et l'ingérence de la Russie dans les élections, parmi de nombreux autres sujets.