PUBLICIDAD

Iberdrola

La Russie et la Chine sur l'échiquier en Afghanistan

Les bonnes relations entre les deux pays se sont maintenant intensifiées sur le plan militaire, dans un contexte où l'instabilité dans des pays comme l'Afghanistan peut devenir une occasion de renforcer leur influence
putin-xi jinpun

 -  

Les relations diplomatiques entre la Russie et la Chine sont allées plus loin. En juin dernier, le président russe Vladimir Poutine et son homologue chinois Xi Jinping ont tenu une réunion qui a été le point culminant des bonnes relations entre les deux pays. Les deux dirigeants ont conclu leur rencontre en décrivant les relations diplomatiques comme "un modèle et un exemple de coopération".

 Poutine a ajouté que les relations bilatérales "ont accumulé l'expérience positive de siècles de développement des relations entre nos États, reflétant pleinement les profondes traditions historiques de bon voisinage et d'amitié entre les peuples russe et chinois". Il a ajouté qu'ils avaient réussi à "porter les relations russo-chinoises à un niveau sans précédent et à en faire un modèle de coopération interétatique au XXIe siècle". 

chijinpin-vladimir putin
PHOTO/AP  -  Le président russe Vladimir Poutine et le président chinois Xi Jinping, au centre gauche, au Kremlin à Moscou, dans cette photo d'archive.

Cette coopération interétatique entre les deux États va désormais au-delà de la collaboration économique et politique, puisque la Russie et la Chine ont commencé à effectuer des exercices militaires conjoints. Les ministères de la défense chinois et russe ont annoncé que ces opérations, baptisées par les deux pays "Exercices occidentaux conjoints 2021", se déroulent dans la région de Ningxia, dans l'ouest de la Chine, et impliquent plus de 10 000 soldats. Les opérations comprendraient des exercices liés à la reconnaissance "d'alerte précoce", à la guerre électronique et aux frappes conjointes.

Ces opérations se déroulent dans un contexte international secoué par l'expansion rapide des talibans en Afghanistan. Ces derniers jours, les talibans, confrontés au retrait des troupes américaines et internationales, ont pris le contrôle de six capitales provinciales du pays. À cela s'ajoute la dernière attaque du groupe contre la ville de Faizabad, dans le Badakshan, au nord du pays, dans le cadre d'une attaque "à grande échelle" qui a vu une offensive dans "au moins six directions". À cet égard, les forces de sécurité afghanes ont déjà lancé un appel à l'aide et déclaré qu'elles avaient "un besoin urgent de soutien aérien".

talibanes-afganistan

Face à l'expansion des talibans, la Chine a accueilli une délégation talibane de haut niveau en juillet dernier, lors d'une réunion qui a renforcé les liens avec les insurgés et, de la part de Pékin, leur a accordé une légitimité internationale. De son côté, la Russie évite de répéter son histoire, car la guerre de l'ancienne Union soviétique en Afghanistan a été très impopulaire et s'est soldée par de lourdes pertes, plus de 15 000 soldats soviétiques ayant perdu la vie dans le conflit. Ainsi, bien que le Kremlin ait promis de "faire tout son possible pour éviter une nouvelle escalade du conflit", il a décidé d'emprunter une autre voie et organise des pourparlers avec les talibans dans le cadre de négociations dont Moscou espère qu'elles fourniront des garanties quant à la limitation des activités des talibans au territoire afghan et, en partie, qu'elles rehausseront le profil de la Russie en tant que médiateur et négociateur. Le 8 juillet, des représentants des talibans ont rencontré l'envoyé spécial de la Russie pour l'Afghanistan à Moscou.

Les exercices militaires témoignent désormais du développement de capacités opérationnelles conjointes sino-russes. Dans le contexte de l'Afghanistan, il est clair que les États-Unis n'ont plus de pouvoir dans le pays. Son retrait imminent dans ce qui est déjà connu comme "la plus longue guerre de l'Amérique" est la preuve que le rôle des États-Unis en Afghanistan touche à sa fin. De son côté, la Russie profite de cette situation pour tenir en échec les talibans. Dans cette optique, le groupe d'insurgés avait précédemment promis, lors de pourparlers à Téhéran, qu'il "ne permettrait pas que son territoire soit utilisé pour des attaques contre la Russie".

maniobras-militares-rusas-frontera-afganistan

D'autre part, la stratégie de la Russie pourrait être axée sur la tentative de faire amende honorable pour son passé en Afghanistan. Bien que la Russie ait proposé l'utilisation de sa base militaire au Tadjikistan, le pays a tracé une ligne claire à la frontière avec le Turkménistan, le Tadjikistan et l'Ouzbékistan, la limite de ce que la Russie est prête à engager militairement. Ainsi, le principal intérêt de la Russie pour l'Afghanistan est désormais de savoir comment l'instabilité du pays pourrait affecter les pays d'Asie centrale.

En fait, la Russie a mis fin à des exercices conjoints à la frontière avec l'Afghanistan dans le cadre d'une opération qui, selon le commandant du district militaire central Alexander Lapin, a utilisé pour la première fois "un groupe de forces combinées, avec une utilisation extensive de l'aviation, de la reconnaissance, des opérations de tir et de débarquement, sur la base de l'expérience acquise en Syrie". Les exercices ont impliqué 2 500 soldats du Tadjikistan, de la Russie et de l'Ouzbékistan. Le ministre tadjik de la défense, Sherali Mirzov, a déclaré que de tels exercices antiterroristes étaient menés pour la première fois "dans l'histoire de la coopération militaire entre les trois pays". 

tropas-eeuu-afganistan

Le ministre russe de la défense a également averti que Daesh renforce sa présence en Afghanistan en envoyant des combattants depuis d'autres pays et a déclaré que "la mission des États-Unis et de l'OTAN en Afghanistan a échoué".

D'autre part, la Chine a maintenu une présence intermittente en Afghanistan. Après le 11 septembre, la Chine s'est désengagée de toute intervention militaire dans le pays, a investi peu d'argent dans la lutte contre le terrorisme et n'a jamais fait partie de la Force de sécurité internationale (FSI), mise en place pour réprimer le terrorisme. Toutefois, le retrait des États-Unis est une occasion pour la Chine de renforcer son influence dans le pays, et elle l'a fait savoir clairement. Pour le pays asiatique, la position stratégique de l'Afghanistan, ses intérêts économiques dans les réserves de minerais, de pétrole et de gaz, ainsi que son désir silencieux d'ambitions expansionnistes dans la région, cherchant à soustraire de l'influence à l'Inde ou au Pakistan, font que la Chine considère désormais les troubles dans le pays comme une occasion de prendre pied.  

intervencion-eeu-afganistan
AFP/VYACHESLAV OSELEDKO - La guerre en Afghanistan, qui a débuté après les attentats du 11 septembre, a coûté la vie à des dizaines de milliers d'Afghans et à quelque 2 400 soldats américains.

Cependant, la coopération militaire qui se prépare entre la Russie et la Chine est surprenante car, selon Roderick Lee, directeur de recherche à l'Institut d'études spatiales chinoises de l'université de l'armée de l'air américaine, "c'est la première fois que les Chinois s'engagent et permettent aux Russes de participer à l'un de leurs propres exercices".

Mikhail Barabanov, directeur du Centre d'analyse des stratégies et des technologies, a déclaré que ces exercices sont "sans aucun doute un pas vers l'approfondissement de l'interaction et de la coopération militaires" avec la Chine.

Bien que la Chine et la Russie insistent sur le fait que leurs relations ne constituent pas une alliance de défense formelle, les analystes estiment que "les armées des deux pays pourraient se donner mutuellement accès aux systèmes de communication électronique de l'autre et mettre en place des structures de commandement communes". En outre, les contingents russes et chinois ont déclaré que l'objectif de ces opérations est de "démontrer la détermination de Moscou et de Pékin à combattre le terrorisme et à protéger conjointement la paix et la stabilité dans la région".

xi jinping-cumbre-africa
PHOTO/REUTERS  - Le président chinois Xi Jinping participe à la table ronde du sommet du Forum sur la coopération sino-africaine au Grand Hall du Peuple à Beijing, le 4 septembre 2018 à Beijing, en Chine.

Dans le domaine militaire, la Russie et la Chine ont commencé à effectuer des exercices conjoints en 2005, mais uniquement pour participer aux exercices annuels des "missions de paix", sous la supervision de l'Organisation de coopération de Shanghai. Depuis 2012, Moscou et Pékin effectuent régulièrement des exercices navals conjoints. En outre, depuis 2018, l'armée chinoise a participé à trois des exercices stratégiques annuels de la Russie. Cependant, la Chine ne souhaite pas attirer l'attention de l'OTAN. Les analystes estiment donc que "l'armée chinoise ne participera probablement pas à des exercices massifs en Russie occidentale cette année".

Qu'il s'agisse d'endiguer l'insurrection terroriste dans la région, d'intérêts personnels ou de désirs expansionnistes, la réalité est que les opérations conjointes entre les deux géants asiatiques modifient le paysage politique et militaire de la région et confèrent aux deux pays une grande puissance militaire. Cette hégémonie pourrait se transformer en une influence transcendante de la Chine et de la Russie dans la région, qui, profitant de la situation convulsive de certains pays comme l'Afghanistan, pourrait prendre pied dans la région et ravaler le rôle de politique étrangère de puissances comme les États-Unis, voire l'Union européenne, qui est progressivement reléguée au second plan face à l'influence croissante de l'Asie.