La Russie et les États-Unis se bousculent pour prendre pied sur la côte de la mer Rouge

Les deux pays font tourner leurs navires de guerre dans l'espoir de renforcer leur influence dans la région du Soudan
Atalayar_buque ruso

REUTERS / YORUK ISIK  -   Un cargo de la marine russe traverse le détroit du Bosphore

Le port du Soudan est le témoin d'une lutte acharnée entre les Russes et les Américains pour prendre pied sur la côte de la mer Rouge. Quelques heures seulement ont empêché la frégate russe Admiral Grigorovich et le destroyer américain Winston Churchill de se croiser dans le port, qui connaît ces jours-ci une situation tendue avec la présence des forces navales des deux superpuissances. 

Des sources locales pensent que l'intention de Washington ne va pas beaucoup plus loin que de bloquer la stratégie de la Russie, en essayant d'éviter des situations comme celles qui se sont produites en Syrie et en Libye, où Moscou a réussi à imposer son contrôle. C'est la deuxième fois en un peu plus d'une semaine qu'un navire de guerre américain atteint la côte de la mer Rouge, après le cuirassé "Carson City" du Commandement des transports maritimes des États-Unis, qui est arrivé au port le 24 février. C'est un autre signe du rapprochement progressif que l'administration Biden effectue pour améliorer ses relations avec le Soudan après plusieurs années de stagnation. L'ambassade des États-Unis à Khartoum - la capitale du pays - a publié un communiqué dans lequel elle souligne que "la visite du navire militaire met en évidence le soutien des États-Unis à la transition démocratique au Soudan et au renforcement de l'alliance avec le Soudan". 
 

Atalayar_Buque estados unidos
REUTERS/YORUK ISIK - Le destroyer de missiles guidés USS "Ross" de la marine américaine navigue dans le Bosphore en route vers la mer Noire, à Istanbul, en Turquie

En janvier, l'AFRICOM - le commandement américain pour le continent africain - par l'intermédiaire du diplomate Andrew Young, et le directeur du renseignement, l'amiral Hedi Berg, se sont rendus à Khartoum pour faire de nouveaux progrès dans l'amélioration des relations entre les deux pays. Cependant, le Soudan et les États-Unis étaient déjà plus en phase depuis l'éviction du président Omar al-Bachir il y a près de deux ans, en avril 2019. Washington espère également établir de bonnes relations commerciales et économiques afin d'accroître son influence tant sur le plan géographique que financier.

Le retrait de l'ancien président Donald Trump de la liste des pays qui soutiennent le terrorisme avait déjà ouvert la voie juste avant l'arrivée au pouvoir de Biden. En conséquence, les restrictions entre les deux pays ont été levées. Maintenant, avec la collaboration militaire comme option, la porte est ouverte à une nouvelle phase de collaboration et de lutte contre le terrorisme et les groupes extrémistes dans la Corne de l'Afrique. A partir de ce moment, l'utilisation des installations soudanaises par les forces militaires américaines est également autorisée. Toujours par l'intermédiaire de leur ambassade à Khartoum, ils ont exprimé ce désir de maintenir une coopération militaire étroite et ont expliqué que "leur attaché militaire, Jacob Day, travaille avec l'armée soudanaise pour renforcer les relations bilatérales".
 

Atalayar_Destructor mísiles EEUU
REUTERS/MURAD SEZER - Photo d'archive du destroyer de missiles guidés USS "Ross" de la marine américaine

Du côté soviétique, l'arrivée du navire Grigorovich dans le port du Soudan est une action sans précédent dans l'histoire moderne du pays dirigé par Vladimir Poutine. Selon le bureau de presse de la flotte russe de la mer Noire, la frégate se ravitaillera en carburant pendant son séjour et ses membres d'équipage se reposeront après leur participation aux exercices navals multinationaux qui ont compté avec la présence de 45 pays, effectués en mer d'Arabie les 15 et 16 février. Cependant, la véritable intention de la Russie au Soudan est d'établir sa première base navale en Afrique. En novembre, le président russe a annoncé un accord sur la création d'un centre de soutien logistique capable d'amarrer des navires de surface à propulsion nucléaire au Soudan.

L'accélération de la démarche américaine intervient quelques mois après l'annonce par la Russie de la mise en place d'une plate-forme logistique dans le port du Soudan. La base aura une capacité de 300 soldats et civils, et quatre navires, dont des navires à propulsion nucléaire, dans le cadre de l'accord pour les 25 prochaines années et renouvelable pour dix autres années. En échange, les forces soudanaises recevront des armes et du matériel militaire russes.