PUBLICIDAD

Iberdrola

La Russie ferme le robinet du gaz à la Pologne et à la Bulgarie

Varsovie a déjà annoncé son intention de se sevrer du gaz russe d'ici la fin de l'année. Sofia, pour sa part, affirme qu'il n'est pas nécessaire de limiter la consommation de gaz "pour le moment"
Estación de compresión de gas en el gasoducto Yamal-Europa cerca de Nesvizh, a unos 130 km (81 millas) al suroeste de Minsk REUTERS/VASILY FEDOSENKO

REUTERS/VASILY FEDOSENKO  -   Station de compression de gaz sur le gazoduc Yamal-Europe près de Nesvizh, à environ 130 km (81 miles) au sud-ouest de Minsk.

L'entreprise publique russe Gazprom a annoncé la suspension des livraisons de gaz à la Pologne et à la Bulgarie suite au refus de ces deux pays de payer en roubles, comme l'exigeait Moscou le mois dernier. Selon la compagnie d'énergie, le flux de gaz sera suspendu jusqu'à ce que les paiements soient effectués en roubles.

Varsovie, qui reçoit du gaz russe par le gazoduc Yamal-Europe depuis 1996, a qualifié la suspension du gaz de "rupture de contrat". La société polonaise Polskie Górnictwo Naftowe i Gazownictwo (PGNiG) a prévenu qu'elle se réservait le droit d'introduire des réclamations en rapport avec la suspension de l'approvisionnement en gaz et "fera usage de tous les droits contractuels conférés à la société et des droits prévus par la loi", rapporte le diffuseur polonais TVN24. Toutefois, malgré la décision de Gazprom, PGNiG a assuré que ses clients "reçoivent du gaz conformément à leur demande"

Mateusz Morawieck, primer ministro de Polonia REUTERS/WOLFGANG RATTAY
REUTERS/WOLFGANG RATTAY - Mateusz Morawieck, Premier ministre de la Pologne

La compagnie énergétique publique a expliqué qu'il existe des possibilités d'acheter du gaz à l'Union européenne "grâce aux connexions avec l'Allemagne et la République tchèque". PGNiG a également pointé du doigt le marché international du gaz naturel liquéfié, mettant en avant le terminal de Świnoujście, "dont la capacité de regazéification a augmenté cette année".

Selon Forum Energii, une partie des importations de gaz en Pologne pour remplacer le gaz russe provient d'Allemagne (21 %), du Qatar (13 %), avec lequel Varsovie a renforcé ses liens énergétiques ces dernières années, des États-Unis (6 %) et de la Norvège (2 %). Les approvisionnements en gaz norvégien augmenteront considérablement lorsque le gazoduc Baltic Pipe, qui reliera la Pologne aux gisements de gaz norvégiens, sera achevé. 

Funcionarios de Polonia y Bulgaria afirman que Rusia suspende el suministro de gas natural a sus países a partir del miércoles. Los gobiernos de los dos países europeos dijeron el martes 26 de abril de 2022 que el gigante energético ruso Gazprom les informó de que interrumpía el suministro de gas AP/SEGEI GRITS
AP/SEGEI GRITS - Selon des responsables polonais et bulgares, la Russie suspend les livraisons de gaz naturel à leurs pays à partir de mercredi. Les gouvernements des deux pays européens ont déclaré, mardi 26 avril 2022, que le géant russe de l'énergie Gazprom les a informés qu'il interrompait les livraisons de gaz à leurs pays à partir de mercredi.

Le gouvernement polonais s'efforce depuis longtemps de réduire sa dépendance à l'égard de l'énergie russe. Avec l'invasion de l'Ukraine, Varsovie a intensifié ses efforts pour atteindre cet objectif. À cet égard, les autorités polonaises prévoyaient déjà de cesser d'importer du gaz russe à la fin de cette année, lorsque le contrat avec Gazprom expirera.

La Pologne a déjà exprimé son refus de payer le gaz russe en roubles, malgré les menaces de Moscou de couper les approvisionnements en gaz. "Toutes les possibilités et tous les risques sont envisagés. Nous y sommes préparés", a déclaré Piotr Naimski, secrétaire d'État plénipotentiaire du gouvernement pour les infrastructures énergétiques stratégiques, un jour avant l'annonce de Gazprom.

Naimski a également annoncé que Gaz-System, une filiale de PGNiG, lancera le 1er mai une connexion à l'usine de regazéification lituanienne de Klaipeda. Il a également noté que le pipeline Baltic Pipe sera opérationnel en octobre

La ministra francesa de Transición Ecológica, Barbara Pompili, interactúa con la ministra polaca de Clima y Medio Ambiente, Anna Moskwa, durante una reunión de emergencia para discutir la situación energética en Europa en medio de la invasión rusa de Ucrania, en Bruselas, Bélgica, el 28 de febrero de 2022 REUTERS/YVES HEMAN
REUTERS/YVES HEMAN -La ministre française de la Transition écologique Barbara Pompili interagit avec la ministre polonaise du Climat et de l'Environnement Anna Moskwa lors d'une réunion d'urgence pour discuter de la situation énergétique en Europe dans le contexte de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, à Bruxelles, en Belgique, le 28 février 2022.

Varsovie est confiante quant à la suspension du gaz russe. "Il n'y aura pas de pénurie de gaz dans les foyers polonais", a écrit Anna Moskwa, ministre polonaise du Climat et de l'Environnement, sur son compte Twitter. Moskwa a également précisé que le pays dispose "des réserves de gaz et des sources d'approvisionnement nécessaires". Selon la ministre, le stock de gaz entreposé est d'environ 80 % et, pour l'instant, " il n'est pas nécessaire d'utiliser les stocks ".

La Bulgarie, quant à elle, est presque entièrement dépendante du gaz russe. Sofia, comme Varsovie, accuse Gazprom de violer le contrat actuel. Selon la société Bulgargaz, elle a "pleinement respecté les obligations et effectué tous les paiements requis dans le cadre de son contrat actuel en temps voulu, de manière stricte et conformément à ses conditions". Malgré la gravité de la décision russe, le ministère bulgare de l'énergie a déclaré qu'il n'était pas nécessaire de limiter la consommation de gaz "pour le moment". Le gouvernement va également commencer à envisager de nouvelles alternatives pour l'approvisionnement en gaz. 

Kiril Petkov, primer ministro de Bulgaria AFP/LUDOVIC MARIN
AFP/LUDOVIC MARIN - Kiril Petkov, Premier ministre de la Bulgarie

Sofia était un allié important de Moscou, mais avec l'invasion de l'Ukraine par la Russie, la situation a radicalement changé. La Bulgarie a soutenu les sanctions économiques contre la Russie et a envoyé de l'aide humanitaire en Ukraine. À cet égard, le Premier ministre bulgare Kiril Petkov a resserré ses liens avec le président ukrainien Volodimir Zelensky.

Gazprom pourrait prendre la même mesure à l'encontre de la Slovaquie, le Premier ministre Eduard Heger ayant souligné que l'industrie gazière nationale est sûre de payer le gaz en euros, selon l'agence de presse TASR. Le dirigeant slovaque a déclaré que son pays était "prêt à résister à d'éventuelles restrictions des livraisons de gaz russe"

Tanques de almacenamiento de combustible de Lukoil en la terminal del puerto de Rosenets, cerca de la ciudad de Burgas, en la costa del mar Negro PHOTO/AFP
PHOTO/AFP - Réservoirs de stockage de carburant de Lukoil au terminal portuaire de Rosenets, près de la ville de Burgas, sur la côte de la mer Noire.

L'Ukraine et l'Union européenne ont réagi à la décision de Gazprom, la qualifiant de "chantage". Pour Kiev, cette initiative montre que la Russie utilise l'énergie comme une arme, ce dont elle se méfie depuis des années. La présidence ukrainienne appelle donc à un embargo de l'UE sur l'énergie russe.  Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, est d'accord avec les autorités ukrainiennes, décrivant cette mesure comme "une nouvelle tentative de la Russie d'utiliser le gaz comme instrument de chantage", ce qui, selon Von der Leyen, est "injustifié et inacceptable".