PUBLICIDAD

Iberdrola

La Russie lance des référendums d'annexion dans les régions ukrainiennes occupées

Le vote aura lieu à Donetsk, Lugansk, Kherson et Zaporiyia. L'OTAN et l'UE rejettent le processus électoral, le qualifiant de faux et d'illégal
ucrania-referendum-rusia

AP Photo/File  -   Une affiche à Lugansk encourage les gens à voter lors du référendum du 27 septembre pour rejoindre la Russie

Les référendums sur l'annexion ont commencé dans les régions d'Ukraine contrôlées par la Russie. Ces processus électoraux - considérés comme illégitimes par l'OTAN et une grande partie de la communauté internationale - se dérouleront jusqu'au 27 septembre dans les républiques autoproclamées de Donetsk et de Lugansk ainsi qu'à Kherson et à Zaporiyia. Ces zones représentent 15% du territoire national ukrainien. 

Depuis des mois, Moscou et les autorités des régions occupées se préparent à ces référendums, qui seront similaires à celui de 2014 en Crimée, qui a officialisé l'annexion de la péninsule ukrainienne par la Russie. Le gouvernement russe a souligné que ce processus était une occasion pour les habitants des zones occupées d'exprimer leur point de vue.

rusia-referendum-ucrania
​REUTERS/Alexander Ermochenko -Des référendums seront organisés jusqu'au 27 septembre à Donetsk, Lugansk, Kherson et Zaporiyia

"Dès le début de l'opération, nous avons fait valoir que les peuples des territoires respectifs devaient décider de leur destin, et la situation actuelle confirme qu'ils veulent être maîtres de leur destin", a déclaré le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, selon Reuters

Lors d'un discours devant le Conseil de sécurité des Nations unies - un organe au sein duquel la Russie jouit d'un droit de veto en raison de son statut de membre permanent -, Lavrov a considéré les référendums comme une réponse aux remarques formulées par le président ukrainien Volodymyr Zelensky en août.

rusia-referendum-ucrania
​REUTERS/Umit Bektas - "Non au référendum ! Restez ukrainien !", dit une affiche à Kharkov

"L'apothéose a été l'interview du 5 août de Zelensky, qui a conseillé à tous ceux qui se sentent russes de partir en Russie, pour le bien de leurs enfants et petits-enfants", a déclaré Lavrov, selon l'agence de presse russe Sputnik. Le chef de la diplomatie russe a également souligné que la tenue de référendums "représente une réponse au désir" des habitants de plusieurs régions ukrainiennes.

ucrania-referendum-rusia
​AP Photo/File - Depuis des mois, Moscou et les autorités des régions occupées se préparent à ces référendums

Toutefois, selon Serhiy Gaidai, gouverneur ukrainien de Lugansk, dans la ville de Bilovodsk contrôlée par la Russie, le chef d'une entreprise a assuré à ses employés que le vote était obligatoire et que ceux qui ne le feraient pas seraient licenciés et feraient l'objet d'une enquête par les services de sécurité, rapporte Reuters.

Gaidai a également ajouté que les autorités russes ont interdit à la population de quitter la ville jusqu'à mardi, dernier jour du processus, et ont envoyé des groupes armés pour contrôler la population et la forcer à participer au référendum.

ucrania-referendum-rusia
​AP Photo -  "Comment obtenir un passeport russe", peut-on lire sur une affiche à Lugansk à l'occasion du référendum sur l'annexion à la Russie
L'UE menace de nouvelles sanctions 

Depuis que la nouvelle de l'intention de la Russie d'organiser de tels référendums a été rendue publique, l'OTAN et l'Union européenne ont exprimé leur rejet du vote, le qualifiant de "violation flagrante de la Charte des Nations unies". "Les membres de l'OTAN ne reconnaîtront pas l'annexion illégale et illégitime du territoire ukrainien", déclare l'Alliance atlantique. L'UE, pour sa part, menace également Poutine de nouvelles sanctions en raison des référendums.

L'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), qui surveille les élections, a également rejeté les référendums car ils ne sont pas conformes au droit ukrainien et international. En outre, les zones ne sont pas sécurisées et les observateurs indépendants ne seront pas impliqués

rusia-referendum-ucrania
​REUTERS/Alexander Ermochenko - Président de la Commission électorale centrale de la République populaire autoproclamée de Donetsk Vladimir Vysotsky

Même la Turquie, membre de l'OTAN, qui entretient un dialogue avec la Russie depuis le début de la guerre, a annoncé que les résultats "ne seront pas reconnus par la communauté internationale". "Nous sommes préoccupés par les tentatives d'organiser des référendums unilatéraux dans les parties de l'Ukraine sous contrôle russe", a déclaré le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué, qui a également réitéré son "soutien à l'intégrité territoriale et à la souveraineté de l'Ukraine".

Les analystes estiment que l'objectif de la Russie, avec ces référendums, est de commencer à qualifier les attaques ukrainiennes contre les troupes russes dans ces régions d'"attaques sur le sol russe", et de réagir ainsi plus fermement. Lors de son récent discours annonçant une mobilisation militaire partielle, le président russe Vladimir Poutine a prévenu que le pays "utiliserait tous les moyens" pour protéger son territoire national. "Il ne s'agit pas d'un bluff", a-t-il souligné. 

rusia-referendum-ucrania
​REUTERS/Alexander Ermochenko - L'OSCE a rejeté les référendums car ils ne sont pas conformes au droit ukrainien et international

L'ancien président et actuel vice-président du Conseil de sécurité russe, Dmitri Medvedev, a indiqué sur sa chaîne Telegram que "l'invasion du territoire russe est un crime qui vous permet d'utiliser toutes les forces d'autodéfense". "C'est pourquoi ces référendums sont si redoutés à Kiev et en Occident", a-t-il ajouté, rapporte Reuters.

Les autorités ukrainiennes, pour leur part, affirment que ces processus montrent que la Russie "a peur". "Quelle que soit la décision prise par les dirigeants russes, cela ne change rien pour l'Ukraine", a déclaré Zelensky.